Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 16:03

Né en 1962 dans le Comté de Clare, Martin Hayes vit à présent dans le Connecticut (USA).

Dès l'âge de 7 ans, il apprend à jouer du violon tellement bien qu'à 13 ans il est déjà champion dans des compétitions de musique irlandaise.

 hayes2

A l'âge de 14 ans, il rejoint le groupe "The Tulla Ceili Band" fondé par son père le violoniste P.J. Hayes.

Fondé en 1946, Tulla Ceilli Band est un groupe très connu de musique traditionnelle qui se produit en Irlande, en Angleterre et aux U.S.A.

 

Martin Hayes est un surdoué.

Son style est à la fois précis, élaboré à la fois doux et arrondi.

Du fiddle irlandais mais qui tire parfois un peu vers le jazz, vers quelque chose de très subtil.

Une interprétation qui peut être très lente ou très rapide avec vraiment une manière spéciale de décortiquer les notes.

Une sonorité qui n'appartient qu'à lui.

 

 Au début des années '80, Martin Hayes s'installe à Chicago ou il va découvrir d'autre musiques comme le "rock celtique" qu'il pratiquera avec le groupe "Midnight Court".

C'est à cette époque qu'il rencontre le guitariste Dennis Cahill avec qui il va former un solide duo.

 

 

 

Dennis Cahill dont les parents sont originaires du Kerry est né à Chicago.

Brillant guitariste, il est "rompu" au style irlandais depuis de longues années grâce à ses collaborations avec de violonistes aussi réputés que Liz Carroll, Eileen Ivers ou Kevin Burke.

Dennis avec sa guitare tisse une toile sur laquelle viennent se poser les notes du fiddle de Martin.

 

Musiciens très renommés, Martin Hayes et Dennis Cahill tournent dans le monde entier (concerts en Australie, au Japon, en Europe , aux Etats Unis et bien entendu en Irlande).

Martin retourne d'ailleurs très volontiers dans son Irlande natale, entre autre au festival de Miltown Malbay.

Martin Hayes est d'ailleurs directeur du "Masters of Tradition Festival" qui a lieu chaque année à Bantry (Comté de Cork).

 

hayes1

 

 

Ces dernières années, Martin Hayes a aussi formé un trio (The Teetotallers) avec Kevin Crawford (le flûtiste de Lunasa ) et  John Doyle (ex. SOLAS ) un brillant guitariste également chanteur.

 

 

 

 

Et pour conclure, Martin Hayes et John Doyle se lancent un défi musical, une sorte de duel pour voir qui jouera le plus vite ?

Difficile à dire car ces gars sont complètement fous.

Accrochez-vous !

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 22:43

Ce 3 mars dernier, c'était le démarrage de la saison 2012 pour "Au Café du Monde".

L'asbl FEL et le Centre Culturel de Dison organisaient ensemble et un peu en avance cette soirée de la Saint Patrick.

Lorsqu'on évoque cette grande fête irlandaise, on se doute que la bonne musique sera au rendez-vous.

 

voyce4 

Pour cette "cuvée" 2012 c'est Luc Pilartz qui était à l'honneur.

Déjà présent l'année dernière avec ses compères Perry Rose et Didier Laloy, le violoniste Verviétois était cette fois le personnage central de cette soirée folk.

 

Luc avait décidé d'inviter "Voyce", un duo de musiciens basés en Bretagne.

"Voyce", c'est la rencontre improbable entre une Française originaire du Pérou et un Américain de Californie.

Animés tous les deux par une même passion pour les musiques, les chants et les instruments traditionnels, ils explorent des répertoires très variés.

Expériences musicales aussi diverses que les polyphonies de Géorgie, la musique classique de Turquie, les compositions folk, le chant à capella et...la musique Irlandaise.

 

voyce1

 

Denise Schaffer joue des instruments assez méconnus comme le saz et la tanbur (qui ressemblent un peu au luth), le bendir (tambour sur cadre muni de cordes) et le shruti box (sorte de petit harmonium produisant un son continu tel le bourdon d'une cornemuse).

Craig Schaffer lui joue du dulcimer (instrument des montagnes Apalaches qui ressemble à l'épinette des Vosges) et du bodhran (célèbre tambourin irlandais).

Denise et Craig ont des voix magnifiques qui s'harmonisent à la perfection.

 

Il y a déjà plusieurs années qu'ils avaient rencontré Luc Pilartz dans l'un ou l'autre festival et ils sont restés liés depuis lors.

Il y a peu de temps, ils avaient donc invité Luc dans leur Bretagne d'adoption afin de mettre au point le spectacle de la Saint- Patrick.

 

Le résultat fut tout simplement génial.

 

 

Les voix de Craig et Denise, les sonorités spéciales de leurs instruments plus le violon magique de Luc, 

autant d'éléments pour pimenter encore un peu plus la musique de la "Verte Eirin".

 

Leur répertoire est assez varié avec des classiques comme "Black is the colour", "The night visit" ou

"Star of the County Down" (dont ils ont un peu modifié le tempo) mais aussi des chansons à cappella aux influences américaines ou en Gaélique comme la "mouth music" des Iles Hébrides.

 

De temps, à autre, Luc Pilartz entrecoupait les refrains d'un petit solo et terminait souvent les chansons par une danse irlandaise.

 

J'ai vraiment beaucoup apprécié les voix de ces deux chanteurs, leurs instruments et leur enthousiasme ainsi que les brillantes interventions de Luc au violon.

 

 

Vraiment un concert original.

 

Après le spectacle, j'ai eu la chance de pouvoir les rencontrer et le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils sont vraiment sympas.

 

voyce2

Si Denise et Craig Schaffer se produisent dans votre région, ne les ratez pas.

 

Pour plus d'infos ou commander leur cd "musique irlandaise" : link

 

 

L'entracte fut comme chaque année un moment très convivial où l'on pouvait se retrouver entre amis autour d'une bonne Guiness ou d'autres boissons celtes.

Egalement se procurer des cd de diverses musiques du Monde.

 

 

 

Pour la seconde partie, Luc nous faisait découvrir son nouveau groupe " La Bande à Pilartz" qui nous conviaient à un grand bal folk.

 

voyce3

 

Autour de Luc, Stepen Pougin était à la batterie et aux percussions, Vincent Noiret à la contrebasse, Adeline Ghilain à la flûte traversière et Simon Gielen à l'accordéon.

Tous d'excellents musiciens.

 

Une "bande à Pilartz" qui au rythme des polkas, gigues et autres an-dro procura beaucoup de plaisir aux amateurs de danse.

Une partie du public préféra retourner s'asseoir pour écouter les musiciens, d'autres choisirent de rester plus près...du bar.

 

Un moment très convivial en tout cas, que demander de plus quand la bonne humeur rencontre la

bonne musique.

 

Vénérons tous Saint Patrick !

 

 

 

Encore merci à Paul et aux autres organisateurs pour cette jolie soirée.

 

 link

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 08:26

 

peadar1

Né dans le Donégal en 1893, Peadar O' Donnell fut à la fois Républicain irlandais et socialiste militant.

Membre actif de l'I.R.A. durant la guerre d'Indépendance.

Ecrivain, il publia aussi plusieurs ouvrages entre 1925 et 1934 (dont "On the Edge of the Stream").

Peadar O' Donnell participa à la création du "Workers Revolutionary Party" avant de créer son propre journal, "The Workers' Voice"

Après la seconde guerre mondiale, il délaissa la politique pour se consacrer d'avantage à la littérature.

Publication litéraires comme "The Bell", autobiographies "There will be an other day".

Son dernier livre "Proud Island" date de 1975.

Peadar O' Donnell décède en 1986 à l'âge de 93 ans.

 

Au début des années'80, un commité universitaire de l'University College de Galway demande à Donal Lunny de composer une musique en hommage à Peadar O' Donnell.

 

lunny5.jpg

 

A cette époque, Donal Lunny fait partie du groupe Moving Hearts.

Dans leurs trois premiers albums, les Moving Hearts jouaient dans un style plutôt rock avec ça et là des incursions vers le jazz grâce au saxophone de Keith Donald et vers le folk irlandais avec l'uilleann pipe de Davy Spillane.

Leur musique était faite de chansons parfois contestataires chantées par Christy Moore puis

Mick Hanly (sur le troisième album).

De temps en temps des instrumentaux où Keith et Davy rivalisaient de virtuosité mais tout cela était assez éloigné du folk irlandais.

 

Fin 1984, Christy Moore et le guitariste Declan Sinnot ayant quitté le groupe.

Eoghan O' Neill (le bassiste), Davy Spillane et Donal Lunny décident de donner une coloration plus folk

à la musique des Moving Hearts.

Plus de chanteur, donc une musique uniquement instrumentale faite principalement de compositions et

de quelques traditionnels.

Une sorte de fusion rock-jazz-folk qui fait d'avantage penser à du traditionnel irlandais.

Donal Lunny engage même  Declan Masterson   un deuxième cornemusier pour venir épauler Davy Spillane à l'uilleann pipe.

Et en 1985 le groupe enregistre "The Storm" qui deviendra très vite un album de légende.

 

peadar3

 

La première version de"Tribute to Peadar O' Donnel" se trouve sur ce disque.

Il s'agit d'une suite instrumentale en quatre parties.

 

 

Après "The Storm", les Moving Hearts vont cependant se séparer et on n'entendra plus parler d'eux jusqu'en 2007 quand ils décidèrent de se reformer pour une série de concerts.

Reformation qui débouchera bien sûr sur un dvd et un cd "Live in Dublin" très apprécié par leurs nombreux fans.

peadar4

La vidéo ci-dessous est tirée de ce dvd et nous offre une splendide version de cet hommage à Peadar O' Donnell.

 

La première partie est assez lente, une sorte de "lament" jouée par Davy à l'uilleann pipe et par Keith au saxophone.

Puis Davy laisse sa cornemuse au profit de son low whistle en ré.

Le rythme s'accélère, la mélodie change et tous les autres musiciens enchaînent.

D'abord le bouzouki de Donal Lunny qui vient en soutien des notes de flûtes soulignées par le fiddle de Kevin Glackin.

En fond musical, les claviers de Graham Henderson et les percussions toutes en finesse de

Noel Eccles.

 

Keith revient alors avec son saxo et on entend alors que la batterie de Matt Kelleghan et le basse d'Eoghan sont plus présentes.

Entretemps, Davy s'est remis à l'uilleann pipe.

La troisième partie est plus calme, plus planante.

 

peadar2

                                            Donal-Noel-Anton-Graham-Keith-Matt-Eoghan-Davy              

 

Les claviers y ont une place prépondérante, une musique qui fait penser à la mer, un peu comme le "Grand Bleu" ou d'autres musiques "océanes".

Davy improvise au low whistle, Noel varie ses percussions, Anton Drennan y va d'un beau solo à la guitare électrique, tandis que Donal découpe le tout avec son bouzouki.

 

La quatrième partie est la reprise de la seconde, avec encore plus d'appuis et de puissance, sax et cornemuse s'en donnent à coeur joie.

Un très grand moment, le public est comblé.

Ecoutez plutôt.

 

N.B la vidéo en public ayant été malheureusement supprimée sur You Tube, voici la version de 1985 extraite du disque "The Storm".

 

 

 

 

 

 

Et en guise de bonus, voici une autre version par l'auteur himself, Donal Lunny.

 

Donal joue ce morceau en solo au bouzouki avec sa maîtrise habituelle.

 

Il enchaîne "Tribute to Peadar o' Donnell avec "In the moutains of Holland" qui fait partie de la suite

"The Lark" également sur l'album "The Storm".

 

    

 

 

 

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 22:06

Pour une fois un peu de géographie pour vous parler d'un lieu très touristique en Irlande, the Cliffs of Moher (les falaises de Moher).

cliffs2

Situées sur la commune de Liscannor au sud-ouest de la région du Burren dans le comté de Clare.

Sur 8 kilomètres de long, ces falaises s'élèvent à plus de 200 mètres au dessus de l'océan Atlantique.

 

Ces impressionnant massifs de calcaire et de schiste attirent de très nombreux touristes depuis de longues années.

 

Du haut de ces cliffs, on peut apercevoir par temps clair, les îles d'Aran et la baie de Galway mais quand la mer est houleuse, il vaut mieux ne pas prendre de risque.

cliffs3

 

Grand amateur de rivages et de rochers, j'avais bien entendu visité l'endroit lors de mon voyage en Irlande en 1991.

Et j'avais bien sûr été impressionné par cette nature si saugage.

 

J'avais voulu photographier ces falaises majestueuses mais le soleil aveuglant (si, si) m'en avait empêché.

 

Je me suis dit que je pourrais toujours bien me procurer d'autres photos dans les boutiques de l'endroit.

Et à la place, je me suis retourné et ai photographié le paysage juste en face des cliffs.

Cette photo qui illustre ce blog depuis plus de cinq ans.

cliffs-of-moher1-co.clare.jpg

 

Il y a peu, j'ai trouvé sur le net une vue presque semblable prise du même endroit.

magnifique non ?

Cliffs

 

 

 

 

Cela valait bien un petit air de fiddle pour rester dans l'ambiance.

Ou quand Paddy Glackin retrouve un ancien pote avec qui il joua avec le Bothy Band dans les années '70.

Paddy Glackin (fiddle) et Donal Lunny (bouzouki) dans un reel fabuleux.

Encore un tout bon violoniste ce Paddy Glackin et que dire de notre ami Donal une fois de plus déchaîné  avec son bouzouki.

C'est fou ce que ce gars trouve comme variétés d'accompagnements.

Jamais je ne me lasserai d'écouter les notes diaboliques de cet instrument.

Quel plaisir pour un soliste (Paddy Glackin ou un autre) de se sentir soutenu par un tel musicien !

 

Immaginez-vous en train d'écouter cela en contemplant les Cliffs de Moher.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:27

Arty Mcglynn est né à Omagh dans le conté de Tyrone.

Ses parents pratiquaient tous les deux la musique traditionnelle.

 

arty1

 

Le père d'Arty jouait de l'accordéon et la mère jouait du fiddle.

Déjà à l'âge de cinq ans, Arty se débrouillait à l'accordéon.

Il se mit à la guitare à l'âge de 11 ans et ce fut une telle réussite qu'à 15 ans Arty McGlynn avait déjà le niveau d'un professionnel.

Arty McGlynn commença par écouter des guitaristes de jazz comme Barney Kessel et Wes Montgomery.

Puis développa ses horizons musicaux en voyageant en Angleterre et aux U.S.A.

 

A la fin des années '70, Arty décide de se re-centrer sur la musique traditionnelle irlandaise.

En 1979, il enregistre "McGlynn's Fancy" son premier album solo.

Ce disque ne tardera pas à devenir une référence en matière d'interprétation à la guitare.

A partir de là, la réputation d'Arty Mcglynn ne fera que grandir.

Et Arty va devenir un des guitaristes les plus "demandés" en Irlande.

Pas seulement en musique trad. puisque le rocker irlandais Van Morisson va aussi en faire son guitariste pendant plusieurs années.

En musique Irlandaise, Arty jouera avec des groupes comme De Dannan et Planxty.

Et il accompagnera de très nombreux artistes comme Matt Molloys'incliner devant s', Paul Brady ( Guitares celtiques ) ,

Liam O' Flynn, Donal Lunny, Frankie Gavin, Andy Irvine...

 

Accompagnateur hors paire, Arty est d'abord un soliste exceptionnel.

Capable de jouer toutes les notes d'une mélodie, ce qui n'est pas toujours évident avec une guitare.

Arty McGlynn fait vibrer les cordes de sa guitare ce qui lui donne une sonorité très agréable.

Jugez plutôt.

 

 

 

Au niveau de ses rencontres musicales, Arty McGlynn fera la connaissance de la violoniste Nollaig Casey qui deviendra son épouse.

Instrumentiste brillante et également chanteuse, Nollaig Casey est également très connue.

Nollaig Casey a travaillé avec de nombreux artistes.

Elle est régulièrement invitée pour de nombreux shows.

En France, on la connaît bien aussi puisque qu'elle fut la violoniste de l'Héritage des Celtes durant sept ans.

Nollaig Casey fait également partie du groupe irlandais "Coolfin" formé par Donal Lunny il y a une

dizaine d'années.

 

arty2

 

En 1989, Arty et Nollaig enregistrent " Lead the knave" leur premier album en duo.

Le suivant "Causeway" sortira en 1995.

En 2004, "The music of what happened" sera le titre de leur troisième opus.

 

 

Pas plus de trois cd me direz-vous.

Mais il faut dire que notre ami Arty n'arrête pas de se produire sur scène avec de très nombreux autres musiciens  et d'enregistrer des albums.

En consultant sa discographie (incomplète et arrêtée en 2005) j'ai pu voir qu'Arty McGlynn avait

participé à plus de 70 (!) disques.

 

Car Arty McGlynn, c'est aussi un membre fondateur du groupe Patrick Street (il joue encore parfois avec eux en concert en l'absence de Ged Foley).

Et il fait aussi partie de "Four Men and a Dog" un autre groupe irlandais dont le leader est le violoniste

virtuose Cathal Hayden.

Dans ces deux groupes, sa guitare fait un peu office de basse, parfait contrepoids musical par rapport aux accordéons, violons et autres mandolines.

 

Au même titre que Donal Lunny, on compte plus facilement en Irlande les artistes avec lesquels Arty n'a pas joué.

Des Chieftains à Shaun Davey en passant par Frances Black, Christy Moore, Christy Hennessy ou Sean Keane, tous ne peuvent que louer l'immense talent d'Arty McGlynn.

 

arty3

Un de plus qu'on ne se lasse pas d'écouter.

 

 

 

Arty, Cathal Hayden (Four men and a dog) et PJ McDonald

Partager cet article

Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 21:43

 

dermotb1

Originaire du conté du Donégal, Dermot Byrne est un des meilleurs accordéonistes d'Irlande.

C'est son père, Thomas Byrne qui lui a donné les bases de sa formation musicale.

 

link

(une vidéo assez rare de Dermot enfant)

 

Dermot a cottoyé de nombreux autres grands musiciens comme Manus et Seamus Mac Guire, Sharon Shannon, Frankie Gavin.

Dermot Byrne fut même invité à accompagner le violoniste de jazz Stéphane Grappelli.

 

Après avoir participé à deux disques du groupe Altan, Dermot en devient membre à partir de 1994.

Altan, c'est bien entendu une "pointure" au niveau des groupes irlandais.

Formé par la violoniste Mairead Ni Mhaonaigh et le regretté flûtiste Frankie Kennedy, Altan est une formation de six musiciens.

Deux guitares, deux violons, un bouzouki et...un accordéon.

Le tout donnant une musique traditionnelle de très haut niveau qui se décline en instumentaux décoiffants et en très jolies ballades interprétées par Mairead.

 

 

J'apprécie particulièrement le jeu d'accordéon de Dermot Byrne qui est tout en finesse.

Et je trouve que son style est d'ailleurs très reconnaissable.

 

dermotb2

 

 

(Dermot en compagnie du grand violoniste irlandais Tommy Peoples)

 

 

Pour terminer, une autre vidéo avec trois accordéonistes.

Les émissions télé "Highland Sessions" faisaient se rencontrer toute une série de musiciens irlandais et écossais.

Voici Dermot (accordéon à boutons) en compagnie de Donald Shaw (accordéon à touches) et Niall Vallely (concertina).

A savourer !

 

 

Partager cet article

Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 21:01

Avec quelques jours d'avance, le Centre Culturel de Dison avait décidé de fêter la Saint Patrick.

Après avoir réussi le tour de force de faire venir les Tannahill Waevers en novembre dernier, Paul, Jacky et les autres organisateurs remettaient le couvert.

Et de quelle façon.

Perry Rose Trio, on ne pouvait pas mieux rêver pour la circonstance.

Un trio d'exception composé de Perry Rose himself, de Luc Pilartz et de Didier Laloy.

Soit, trois des meilleurs musiciens folk de Belgique.

Des musiciens dont la réputation a largement dépassé nos frontières d'ailleurs.

 

perry3

 

Plus de vingt ans déjà que le plus cécèbre des chanteurs belgo-irlandais arpente les scènes de tous les coins de Belgique.

Perry Rose chante ses propres compositions en faisant apprécier une très jolie voix.

Son style oscille entre le rock et le folk et sa manière de chanter est pleine d'entrain.

Des chansons comme celle-ci :

 

 

J'étais vraiment très heureux à l'idée de le revoir sur scène.

 

 

 

Trois concerts étaient donc progammés le 11 mars en la salle des fêtes de Dison.

 

Tout d'abord "Feileacan" (qui veut dire papillon en gaélique) un duo féminin qui nous offrait là son tout premier spectacle.

Viviane Doucet joue de la harpe celtique ( instrument symbolique en Irlande) et chante.

Frédérique Outmans est à la fois violoniste, flûtiste et joueuse de kalimba (percussions africaines), elle chante également.

J'ai beaucoup aimé cette ambiance très feutrée sur une scène aux couleurs automnales.

Leur interprétation de morceaux puisés dans le répertoire irlandais comme "Sally Gardens" ou dans le folk français comme "Pierre de Grenoble" m'a paru très prometteuse et m'a beaucoup plu.

De très jolies voix, de bonnes musiciennes pleines de douceur et de créativité.

A revoir assurément.

 

Après un court entr'acte, le nombreux public a le plaisir d'accueillir sa "sainteté" Perry Rose et ses deux complices.

Je vous avais déjà parlé d'eux dans l'article consacré à Didier Laloy .

Des musiciens très versatiles qui ont participé séparément à de nombreux projets et pas seulement dans la musique folk.

 

laloy2

 

Des amis qui ont toujours de plaisir à se retrouver pour jouer ensembles.

Il y a quelques années, Trio Trad était composé de la violoniste Aurélie Dorzée, de Didier Laloy et de Luc Pilartz.

Ils interprétaient des musiques traditionnnelles de nombreux pays européens et bien sûr de Wallonie.

Lorsque Perry Rose les invitait c'était alors pour faire du folk irlandais.

Je les avais vus à Herve il y a trois ans pour un concert vraiment très entraînant.

 

perry2

 

Egalement joueur de cornemuse, Luc Pilartz est originaire de la région de Verviers.

Ses collaborations multiples et ses passages dans de nombreux groupes comme Trio Trad, Panta Rhei, Verviers- Central,  Urban Trad, lui ont forgé une très solide réputation.

Et on peut certainement le citer parmi les meilleurs musiciens du paysage folk en Belgique.

 

Grande clameur du public lorsque le "Perry Rose Trio" monte sur scène et ceux-ci démarrent en force avec la chanson "Lords and Thieves" qui est on ne peut plus rythmée.

 

 

 

  (ici une version lors du spectacle "Didier Laloy invite...s")

 

Très sympathiques sur scène, Perry, Luc et Didier n'arrêtent pas de plaisanter et de dialoguer avec le public. De le faire participer aussi.

Des instrumentaux à vous couper le souffle où nos trois amis rivalisent de virtuosité.

Tels des funambules, ils revisitent le folk irlandais en se promenant sur des fils de leurs portées musicales.

A la guitare ou au bodhran (tambourin irlandais) Perry marque le rythme et soutien les terribles envolées d'accordéon et de violon.

Et entre les gigues, les reels ou les polkas, Perry Rose interprète l'une ou l'autre de ses chansons comme Hocus Pocus, Why should I worry...

 

Alors que Luc Pilartz se tient très droit quand il joue, Didier Laloy n'arrête pas de bouger sur scène.

L'accordéon en bandoulière, il joue dans toute les positions, parfois presqu'à genoux, c'est assez impressionnant.

Dans les chansons, Perry Rose s'arrête parfois pour laisser place à l'un ou l'autre solo de ses deux compères.

Une très grande complicité entre eux pour le plus grand plaisir du public qui en redemande.

 

Dans une telle ambiance, on pouvait certainement se croire dans un pub de Dublin.

Un fameux hommage à la musique irlandaise et à l'Irlande.

Nul doute que ce cher Saint Patrick a dû apprécier.

 

Après plusieurs rappels, nos trois amis prirent congé d'un public ravi dont une partie s'était mise à danser sur les côtés de la salle.

 

Et de danse, il allait bien entendu être question dans la troisième partie.

Juste le temps d'un deuxième entr'acte où les nombreux spectateurs prirent le temps de se déguster la fameuse Guiness et les irish whiskeys.

Une ambiance très conviviale faites de retrouvailles et de parlotes avec l'un ou l'autre artiste.

Avec, comme chaque fois dans ces spectacles, un stand de cd pour combler les amateurs du genre.

 

Pour le troisième concert, les organisateurs avaient invité Celtiorix.

Un autre trio belge composé de Patrick Jacob (uilleann pipe et low whistle) , Jacques Lognay (chant, guitare et bouzouki) et Wim Poesen (flûte, whistle, mandoline).

La salle avait été ré-aménagée pour la danse et les nombreux amateurs de danses traditionnelles s'en donnèrent à coeur joie.

Danses irlandaises bien-sûr mais aussi des autres pays celtiques comme l'Ecosse et la Bretagne.

De très bons musiciens rompus aux subtilités des musiques celtiques qui donnèrent beaucoup de plaisir aux danseurs et à ceux qui préféraient regarder.

 

 

Très grand merci aux organisateurs de cette superbe soirée.

En espérant ne pas devoir attendre un an pour revivre de telles sensations.

 

 

 

Pour d'autres infos, voir le reportage sur Télévesdre

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 22:25

Quelques nouvelles (musicales) du groupe PATRICK STREET dont je vous avais déjà parlé dans un post précédent.

La musique de Patrick Street a toujours été basée sur un mélange d'accordéon et de fiddle bien soutenus par une guitare et un bouzouki ou une mandoline.

Quatre musiciens virtuoses ayant un vécu hors du commun dans et en dehors de la musique Irlandaise.

 

En achetant leur premier disque fin des années '80, il était clair pour moi que ce serait un très bon disque.

Car un band réunissant Arty Mc Glynn, Kevin Burke, Andy Irvine et Jackie Daly ne pouvait être que fantastique !

Et je n'ai pas été déçu bien sûr.

 

Au fil du temps, d'autres musiciens ont fait partie du groupe pour l'un ou l'autre album.
C'est le cas de Gerry O' Beirne, de James Kelly ou de Declan Masterson.
Des claviéristes comme Enda Walsh, Bill Whelan ou Donal Lunny sont venus aussi ajouter ça et là
des accompagnements judicieux.
En 1996, Arty Mc Glynn quitte le groupe et est remplacé par Ged Foley (qui chante également).
Excellent guitariste lui aussi, Ged Foley avait autrefois joué avec le Battlefield Band avant de former aux U.S.A. un autre groupe : The House Band.
Jusqu'en 2002, le groupe tournera aux Etats Unis et en Europe tout en prenant le temps d'enregistrer quatre nouveaux cd.
Cinq ans s'écouleront ensuite avant l'enregistement de leur dernier album (On the Fly) en 2007.
Il faut dire que tous les membres de Patrick Street font aussi partie d'autres groupes où mènent de front une carrière en solo.
Le violoniste John Carty sera partie prenante de ce nouveau cd.
Par contre, peu après la réalisation de ce disque, Jackie Daly décide de quitter Patrick Street.
Une révolution en soi puisque comme dit plus haut, toute la ligne mélodique était basée précisément sur l'accordéon et le violon.
Voici donc à présent un deuxième violoniste surdoué et bien plus que cela puisque John Carty joue aussi du banjo et de la flûte traversière.
Ce qui veut dire des variantes supplémentaires dans l'interprétation de Patrick Street.
Franchement, c'est un peu différent mais la qualité de ce groupe de légende n'a pas changé.
Jugez plutôt.
A noter que dans cette vidéo de 2010, c'est de nouveau Arty Mac Glynn qui est le guitariste.
 
Et pour terminer une autre vidéo qui fait le lien avec The Diamondtina Drover un article précédent.
Cette fois, la chanson est interprétée par Ged Foley dans une version qui n'a rien à envier aux autres.
Bonne écoute !
Terrible suite que celle-là car après la chanson, la gigue qui suit est extra-ordinaire.
Non seulement les solos de John Carty au violon qui est bien suivi par Kevin Burke mais aussi le jeu précis d'Andy Irvine et un terrible accompagnement de Ged Foley à la guitare !

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 22:10

Comme déjà expliqué dans des articles précédents, les très nombreux Irlandais qui sont allés vivre aux U.S.A. aux 18 ème, 19 ème et début du 20 ème siècle ont importé leurs musiques traditionnelles.

Aux States, la musique irlandaise a évolué dans deux grandes directions.

La première est celle de la continuité.

D'avantage inspirés par la tradition, toute une série de musiciens et chanteurs ont continué à interpréter des gigues et des reels ou des ballades comme ils le faisaient et comme leurs aieux le faisaient en Irlande.

Des gens comme Mick Moloney, Seamus Egan, Robbie O' Connell rentrent dans cette catégorie.

 

La seconde direction est celle de l'évolution et  de la transformation.

Cotoyant d'autres musiciens, au milieu d'autres influences, une partie des musiciens Irlandais commencèrent à jouer leur musique de façon  différente.

Incorporant d'avantage de guitares, de banjos de mandolines et aussi d'autres instruments comme le dobro, la slide-guitar, la guitare électrique...

Au fil du temps, le fiddle (violon) ne se jouait plus tout à fait de la même manière.

Blues, Ragtime, Blue-grass allaient constituer autant d'étapes pour que la musique héritée des Irlandais s'appelle à présent "musique western" et "Country Music".

 

davy2

 

Après la séparation (provisoire) du groupe Moving Hearts, Davy Spillane décide d'entamer une carrière en solo.

Je vous ai déjà parlé souvent de ce fabuleux joueur d'uilleann pipe et de low whistle qui fait partie de mes musiciens favoris.

En 1987, Davy enregistre l'album "Atlantic Bridge" qui est fait de morceaux traditionnels et de compositions de Davy.

Pour ce disque, Andy se fait aider par quelques amis des Moving Hearts (Christy Moore, Eoghan O' Neill, Noel Eccles, Greg Boland) plus le batteur John Donnelley et quelques Américains comme Bella Fleck (banjo), Albert Lee (guitare), Jerry Douglas (dobro).

 

Un très bon cd où Andy s'amuse à mélanger la musique irlandaise à celle des U.S.A.

Une très bonne expérience où les musiciens nous proposent une palette très variée de sonorités et où

la recherche musicale est omniprésente.

 

Ce titre "Atlantic Bridge" est on ne peut plus évocateur à ce sujet puisque le morceau démarre comme une sorte de slip-jig irlandaise avant de monter sur le "pont" (au dessus de l'Atlantique) sur un rythme de reel qui devient progressivement de la country-western.

 

Ecoutez plutôt.

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 16:32

C'est le titre d'un morceau de Davy Spillane.

"Whistle" en anglais signifie "sifflet" et par extension désigne un instrument de musique très populaire qui est le tin whistle une petite flûte en métal.

Fin des années '60, le musicien irlandais Finbar Furey fut à l'origine de la création du low whistle.

D'abord discret, cet instrument va peu à peu prendre une place prépondérante dans la musique irlandaise.

 

low1

 

De plus en plus de musiciens vont adopter cet instrument même si son jeu est plus compliqué que celui du tin whistle.

Les écarts pour les doigts et la taille des trous sont plus grands; il faut aussi mieux maîtriser son souffle que pour le tin whistle.

Mais jouer du low whistle est tellement gratifiant à cause de la profondeur du son et de l'émotion que l'instrument provoque.

 

Paddy Keenan en jouait parfois avec le Bothy Band mais j'ai vraiment commencé à apprécier l'instrument grâce à Davy Spillane.

 

davy1

 

D'abord sur les disques de "Moving Hearts" puis sur les albums solo de Davy.

Des tas d'autres flûtistes comme Phil Hardy, Joe Mc kenna, Mike Mc Goldrick, Declan Masterson, Kevin Crawford...en jouent à merveille mais Davy Spillane reste pour moi la référence numéro un.

Il y a dans son jeu quelque chose de particulier au niveau de la puissance et de la sonorité.

Jugez plutôt.

 

D'autres musiciens celtes ne sont pas en reste non plus.
L'Ecossais John Mc Cusker est à la fois violoniste, joueur de sistre et de low whistle.
Le voici associé à l'Irlandais Mike Mc Goldrick (qui est aussi le flûtiste de "Capercaillie") pour une suite à deux low whistles.
Avec à la guitare, un certain John Doyle.
Et pour terminer, le groupe "Meristem" avec Cormac Breatnach dont je vous ai déjà parlé.
Accrochez-vous !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Les albums de ma jeunesse (22) Andy M. Stewart & Manus Lunny : At it again
    Cette fois un mélange de musiques écossaises et irlandaises avec ce vinyle qui date de 1990 et qui sera un de mes derniers car un an plus tard je passais au format cd. Un duo donc entre le guitariste et joueur de bouzouki Manus Lunny et le chanteur écossais...
  • Les albums de ma jeunesse (21) : Andy Irvine & Paul Brady
    Dans la continuité de mes découvertes à retardement depuis le groupe Planxty (1985) je m'étais efforcé de me procurer tous les albums manquants à ma collection. J'ai donc trouvé (chez Green Linnet, USA) ce disque enregistré par Paul Brady et Andy Irvine...
  • Les albums de ma jeunesse (20) Kevin Burke & Micheal O' Domhnaill : Promenade
    J'avais déjà chroniqué deux fois ce duo mais je voulais y revenir dans cette série de LP qui ont marqué la fin de ma jeunesse. Ici on se retrouve fin des années '80 ou début des années '90 suite aux découvertes de 1985 à la Fnac de Bruxelles. J'avais...
  • Les albums de ma jeunesse (19) Christy Moore : Ordinary Man
    C'est à la Fnac (mais cette fois à Liège) que j'ai acheté ce vinyle fin des années '80. J'avais découvert Christy Moore quelques années plus tôt avec le groupe Planxty et j'avais directement aimé ce chanteur. Après la séparation de Planxty, Christy avait...
  • Les albums de ma jeunesse (18) : Stockton's Wing "Light in the Western Sky"
    C'est durant les années '80 que j'ai découvert les Stockton's Wing en achetant ce vinyle. Paru en 1982 "Light in the Western Sky" était déjà le troisième opus de ce groupe. Originaires de Ennis dans le Conté de Clare, Paul Roche (flûte & whistles), Kieran...
  • MoïRa : Sortie de "A New Age"
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson ... En janvier de cette année je vous avais présenté la chanteuse...
  • Les albums de ma jeunesse (17) : Patrick Street
    Tout comme Silly Wizard, J'ai découvert "Patrick Street" au tout début des années '90 dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Les Américains faisaient de beaux efforts de marketing en y présentant les groupes avec les noms des musiciens, le type...
  • Les albums de ma jeunesse (16) : Silly Wizard "A glint of silver"
    C'est seulement au tout début des années '90 que j'ai découvert ce groupe écossais via ce trente-trois tours commandé chez Green Linnet aux U.S.A. A l'époque j'avais déjà plus de trente ans mais je considère tout de même ce disque comme un album de ma...
  • Les albums de ma jeunesse (15) : Fairport Convention "Liege and Lief"
    En 1977, Alan Stivell sort "Raok Dilestra" un disque consacré à l'Histoire de la Bretagne. Il est accompagné par de nombreux musiciens sur ce disque. Cependant deux titres "Gwrizad Diffenet" (Racines interdites) et "Naw Breton Ba' Prizon" (Neuf bretons...
  • Les albums de ma jeunesse (14) Moving Hearts "The Storm"
    Troisième album acheté à la Fnac en 1985 avec ce 33 tours des Moving Hearts. Ici aussi j'avais pris le train en marche car il s'agissait déjà du quatrième opus de ce groupe. En effet en 1981 Donal Lunny et Christy Moore (alors membres de Planxty) avaient...