Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 19:07

Deuxième partie cette fois à propos de deux accordéonistes dont le style est assez proche.

Né à Galway, Mairtin O'Connor apprend l'accordéon à l'âge de neuf ans.

Il va très rapidement devenir un virtuose de cet instrument.

Influencé par le style de l'accordéon irlandais de sa région Mairtin explore également d'autres styles comme le musette ou le bluegrass.

 

 

 

Héritiers (partie 2)

Il devient vite professionnel et fait partie de divers groupes folk comme Skylark, Midnight Well, De Dannan ou les Boys of the Lough.

Il enregistre son premier album solo "The Connachtman's Rambles" en 1979.

Sa renommée en fait un musicien très demandé et lui permet de jouer avec de nombreux artistes comme Cara Dillon, Moving Hearts, l'Hériage des Celtes, Davy Spillane, Tommy Sands, The Waterboys...

Durant de nombreuses années, Mairtin O' Connor fera aussi partie de l'orchestre du show Riverdance avec des tournées dans le monde entier.

Le voici ci-dessous avec le claviériste Carl Hession et Frankie Gavin le violoniste de De Dannan.

 

Héritiers (partie 2)

A ce jour, Mairtin O' Connor  a produit cinq disques en solo plus deux autres avec son groupe.

A côté de cela il a été invité sur plus de vingt-cinq cd en passant par les Chieftains, Sharon Corr ou Moya Brennan.

Ces dernières années il a aussi enregistré avec la violoniste Zoé Conway en formant un trio avec l'éternel Donal Lunny.

Son groupe principal reste cependant celui qu'il a formé il y a une dizaine d'année avec Cathal Hayden (violon et banjo) et Seamie O' Dowd (guitare).

Un trio détonnant composé de virtuoses parfois rejoints par le joueur de bodhran Jimmy Higgins.

Mairtin O' Connor Band, encore un incontournable de la musique irlandaise.

 

Originaire de Belmullet dans le Comté de Mayo David Munnelly peut donner l'impression d'être né avec un accordéon dans les mains.

Au départ très ancré dans la musique traditionnelle de sa région, David va peu à peu explorer d'autres manières de jouer afin de s'épanouir rapidement dans son propre style.

Héritiers (partie 2)

Une manière de jouer très énergique avec des basses bien présentes et des arrangements assez riches.

Assez bien d'ornementations dans son jeu qui selon les morceaux peut passer du musette au plus pur style traditionnel irlandais.

Au début de sa carrière il devient membre du groupe de la chanteuse Niamh Parsons.

Sa réputation grandissant, il est inviter à jouer sur scène et à enregistrer avec des artistes très connus comme les Chieftains, Sharon Shannon, Arty Mc Glynn, De Dannan, Gerry O'Connor.

,le voici en compagnie du guitariste Shane mc Gowan dont je vous ai déjà parlé.

 

 

A partir de 1999, il forme son propre groupe : David Munnelly Band avec lequel il donne des concerts dans toute l'Europe ainsi qu'aux U.S.A. et au Japon.

Depuis 1999 David a déjà enregistré 9 cd soit en solo soit avec son groupe.

Plus participé à une douzaine d'autres disques avec divers artistes et dans différents styles musicaux.

David donne aussi des cours d'accordéon lors de stages aux Pays-Bas, également des cours sur internet via Skype.

Ce musicien est également connu en Belgique où il a participé à plusieurs projets : Accordéon Samourai (cinq accordéonistes dont les Belges Didier Laloy et Bruno Le Tron.)

Aussi le groupe Andar avec le cd "Storms" en 2012 et (toujours en Belgique) en trio avec la chanteuse écossaise Helen Flaherty et le guitariste belge Bruno Masure (cd Whenever de 2006).

 

Dans son actualité récente David Munnelly est aussi devenu membre en 2012 du groupe Morga avec Jonas Fromseier (banjo et bouzouki), Dominic Keogh (flûte et bodhran) et Danny Diamond (fiddle).

Leur style musical se rapproche plus du style américain du début du XXème siècle.

Héritier selon moi du style de Martin O' Connor, David Munnelly est à n'en pas douter un musicien vraiment intéressant à écouter.

Héritiers (partie 2)

Partager cet article

Repost0
26 février 2018 1 26 /02 /février /2018 17:49

A présent une série de quatre articles à propos d'artistes irlandais de l'actuelle et de la précédente génération.

Si la musique traditionnelle est pratiquée depuis très longtemps, c'est seulement dans les années '60 qu'elle est sortie du contexte familial et du contexte ponctuel des fêtes et des événements de la vie quotidienne.

C'est à partir de cette époque que les premiers chanteurs et les premiers groupes folk sont apparus dans l'Ouest de l'Europe. Un mouvement qui a pris une nouvelle dimension avec le folk-revival des années '70. Puis qui a continué de se développer (avec des hauts et des bas) depuis plus de quarante ans.

J'avais cette fois envie de mettre en parallèle la carrière d'artistes des années '70 avec celle d'artistes contemporains. En soulignant les ressemblances entre les musiciens d'autrefois et leurs héritiers.

Première paire : Paul Brady et Daoiri Farrell.

Héritiers (partie 1)

Né en 1947 à Belfast, Paul Brady a été élevé dans le village de Strabane en Irlande du Nord.

Paul apprend le piano à l'âge de six ans puis se met à la guitare quand il a 11 ans et s'intéresse également au chant.

Il apprendra plus tard aussi à jouer des whistles, de la mandoline et du bouzouki.

Durant son adolescence, il écoute des artistes comme Chuck Berry, les Shadows...

Il démarre sa carrière au milieu des années '60 faisant partie en tant que pianiste d'un groupe

de R&B qui reprend des chansons de Ray Charles et James Brown.

Durant ses études à Dublin il commence à s'intéresser à la musique traditionnelle Irlandaise.

Il rejoint Planxty en 1974 en côtoyant Andy Irvine, Christy Moore, Donal Lunny et Liam O'Flynn.

Avec eux il enregistre le cd "Cold blow and the rainy night".

Paul y fait valoir ses talents de guitariste et sa voix capable de monter assez haut dans les agües.

Avec Donal et Andy il jouera aussi en trio.

Paul Brady jouera aussi avec le flûtiste Matt Molloy et le violoniste Tommy Peoples.

Egalement avec d'autres artistes du circuit folk comme John Kavanagh, Paddy Reynolds et Andy Mc Gann.

En 1976, après la première séparation de Planxty, Paul va enregistrer avec Andy le disque "Andy Irvine et Paul Brady qui deviendra rapidement un standard de la musique irlandaise.

Accompagnés par le violoniste Kevin Burke et Donal Lunny, les deux chanteurs alternent des morceaux qui feront figure d'incontournables.

En 1978 Paul enregistre un autre disque de chansons irlandaises "Welcome here king stranger".

 

 

Héritiers (partie 1)

Ensuite Paul va laisser tomber le folk pour se lancer dans une carrière de chanteur pop-rock.

Paul Brady décide d'écrire ses propres chansons et va enregistrer 11 albums entre 1981 et 2017.

Durant cette période son talent universellement reconnu pourra s'exprimer pleinement au travers de ses créations dans divers styles musicaux.

Ce sera aussi l'occasion de travailler avec divers artistes comme Bonnie Raitt ou Richard Thompson.

Durant les années 2010 Paul ne manquera pas aussi de revenir à ses premières amours musicales en refaisant des concerts tant avec Irvine-Lunny-Burke pour fêter les 40 ans de l'album de 1976 qu'avec le groupe Mozaik (Irvine-Lunny-Molsky-Parov-Van der Salm) , ou bien le groupe L.A.P.D. (Irvine-Lunny-Glackin-O'Flynn ) par lesquels il se fit régulièrement inviter.

Pour leur plus grand plaisir et aussi le nôtre.

Avec sa voix si particulière, Paul Brady est toujours bien là à plus de 70 ans.

Le chanteur qui selon moi a le plus de similitudes avec Paul Brady est Daoiri Farrell.

je lui avais consacré un article en 2016.

Daoiri Farrell est né à Dublin et a été bercé dans la musique irlandaise par ses parents qui écoutaient de nombreux disques de musique traditionnelle (Planxty, Bothy Band, Christy Moore...).

 

Héritiers (partie 1)

Daoiri Farrell apprend à jouer du bouzouki à l'âge de 16 ans.

Il s'initie également au chant au sein du Goiltin's singers club de Dublin.

Daoiri devient professionnel à l'âge de 23 ans.

Il enregistre son premier album en 2009 "The first turn".

Puis devient membre du groupe Keeva en 2013 avec Gerry paul (guitare), Alan Doherty ( flûtes) et Tola Custy (violon).

Ci-dessous la vidéo par laquelle j'avais découvert ce chanteur.

J'avais été impressionné par sa voix et son jeux de bouzouki qui m'avaient fait re-découvrir cette chanson autrefois chantée par Andy Irvine.

 

 

Au fil des années, Daoiri Farell va côtoyer en session de nombreux musiciens comme John Carty, Arty Mc Glynn, Gerry O' Connor...

Et ces collaborations vont asseoir sa réputation de musicien expérimenté faisant partie de la nouvelle génération.

En 2015, Daiori forme un autre groupe avec Caroline Keane, Tom Delany et Robbie Walsh.

Un groupe qui mélange les sonorités  du concertina et de l''uilleann pipe.

Ce groupe se nomme Four Winds et leur premier disque est paru cette même année.

En 2016 Daoiri Farrell a enregistré un second album solo : True born Irisman.

En voici un extrait dans la vidéo ci-dessous.

 

 

Héritiers (partie 1)

Nul doute que ce chanteur continuera à nous étonner.

Paul Brady et Daoiri Farrell deux générations de chanteurs aux voix si spéciales qui méritent vraiment qu'on s'y attarde.

 

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 18:40
The Bothy Band

En 2008, j'avais déjà présenté ce groupe et je voulais à présent y revenir de façon un peu plus approfondie.

Ils font partie de mes groupes préférés depuis que je les ai découvert en 1985.

Formé en 1974 à l'initiative de l'accordéoniste Tony McMahon, le groupe au départ comptait sept musiciens venus de divers coins d'Irlande.

Le violoniste Paddy Glackin , le flûtiste Matt Molloy, le joueur d'uilleann pipe Paddy Keenan, le guitariste Micheal O'Domhnaill, la joueuse de clavecin Triona Ni Dhomhnaill (sa soeur) et le joueur de bouzouki Donal Lunny plus Tony McMahon.

Ils décident d'abord de prendre le nom de "Seachtar" qui signifie "sept" en Gaélique.

Tony ne restera cependant pas longtemps avec eux préférant se consacrer à la production d'émissions radio et tv.

Ensuite MIcheal O'Domhnaill qui avait peu avant séjourné en écosse propose le nom de "Bothy Band" en référence aux travailleurs Irlandais émigrés en Angleterre et en Ecosse qui étaient hébergés dans de petites maisons de pierre appelées "bothies".

Dans ces maisons, les Irlandais se réunissaient régulièrement pour faire de la musique et ces groupes improvisés s'appelaient des bothy bands.

 

Très vite les musiciens du Bothy Band vont prendre du plaisir à jouer ensembles et leur musique va rapidement plaire à un nombreux public.

Il faut dire qu'on a affaire à six virtuoses et que les arrangements qu'ils proposent révolutionnent la manière d'interpréter la musique irlandaise.

Un journaliste les décrit comme "A rock'n 'roll band in folk clothing" (en habillage folk) ce qui veut tout dire.

Bien sûr Donal Lunny (qui avait déjà fait la même approche musicale avec le groupe Planxty) est pour beaucoup dans cet aménagement de la musique traditionnelle.

Les autres musiciens s'empressent de lui emboîter le pas pour s'engager dans ce style très novateur.

Après quelques mois, Paddy Glackin quitte cependant le groupe pour s'orienter vers d'autres projets. Il est alors remplacé par le violoniste Tommy Peoples.

Le groupe enregistre un disque en 1975 qui remporte déjà un beau succès.

 

Le talent des solistes Matt Molloy, Tommy Peoples et Paddy Keenan est également pour beaucoup dans la renommée du groupe qui n'arrête pas de croître tant en Irlande qu'en dehors.

Concerts en show télévisés sont à l'époque monnaie courante pour le Bothy Band.

Après un an, Tommy Peoples quitte cependant le groupe et est remplacé par le jeune violoniste Kevin Burke qui est également un grand musicien.

En 1976, ils enregistrent leur deuxième disque "Old Hag you have killed me" qui va aussi être très bien accueilli par les fans.

La même année un autre joueur d'uilleann pipe, Peter Browne, remplace Paddy Keenan pour certains concerts.

Le morceau ci-dessous fait partie de mes préférés. The maids of Mitchelstown est un slow reel où se rencontrent le fiddle de Kevin, la flûte de Matt Molloy et le low whistle de Paddy Keenan.

Un morceau lent que je trouve très mélodieux.

Ce titre fait partie de leur troisième album "Out of the Wind into the Sun" enregistré en 1977.

On y trouve d'autres morceaux remarquables comme "The Strayaway child", "The morning star" ou la chanson "The streets of Derry" chantée avec beaucoup de maîtrise par Triona Ni Dhomhnaill.

Nouveau disque et nouveau succès chez les amateurs de folk irlandais.

 

 

 

The Bothy Band

1978 va cependant marquer la fin progressive du Bothy Band.

Durant cette année ils semblent un peu dépassés par leur succès pourtant très grand mais qui parait un peu échapper à leur contrôle.

Certains des membres ont alors d'autres projets en tête.

Un nouveau disque sort pourtant en 1979 "After Hours" qui est en fait un album live enregistré à Paris l'année précédente.

Composé de certaines nouvelles chansons et de reprises de disques précédents ce cd sera le dernier opus du groupe.

A la grande incompréhension de leurs fans, le Bothy Band se sépare en 1979.

Un cinquième album sortira pourtant en 1995 "Live in concert" mais il s'agit en réalité d'un cd regroupant deux concerts donnés à la BBC en 1976 et 1978.

Un disque avec d''autres versions tout aussi agréables à écouter pour les amateurs.

Bothy Band s'est pourtant reformé à deux reprises.

D'abord en 1999 (voir vidéo ci-dessous) avec le rappel pour l'occasion de Paddy Glackin et Tommy Peoples donc pas de Kevin Burke ni de Paddy Keenan dans cette réunion.

Puis une seconde fois en 2007 en hommage à Micheal O' Domhnaill décédé un an plus tôt.

Particularité sur la scène se trouvait "an empty chair" (une chaise vide) destinée à Micheal...

Après la séparation de ce groupe légendaire chaque musicien va prendre des chemins en partie différents.

Paddy Keenan opte pour une carrière en solo.

Kevin Burke va jouer d'abord en duo avec Micheal O'Domhnaill puis sera membre de divers groupes : Celtic Fiddle Festival, Open House et bien entendu Patrick Street.

Triona Ni Dhomhnaill restera avec son frère Micheal au sein des groupes NightNoise et Relativity puis évoluera dans le groupe Touchstone.

Micheal de son côté collaborera aussi avec d'autres artistes comme le chanteur Mick Hanly, le le joueur de cistre Gerald Trimble et aussi son partenaire du Bothy Band Paddy Glackin.

Matt Molloy de son côté sera membre du groupe Planxty avant de devenir le flûtiste inamovible des Chieftains.

Quant à Donal Lunny, la liste des artistes avec lesquels il a collaboré serait trop longue mais on peut tout de même citer Planxty, Donal Lunny Band, Moving Hearts, Coolfin, L'Héritage des Celtes, L.A.P.D, Mozaik et le nouveau groupe Ushers Island.

 

 

The Bothy Band

Beaucoup de groupes auront été marqués par la musique et l'interprétation du Bothy Band.

Au niveau des sonorités, Lunasa est probablement le groupe irlandais qui ressemble le plus aux Boties des années '70.

Bothy Band un groupe à ré-écouter par exemple durant ces fêtes de fin d'année...

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 22:40
Ushers island

Très agréable découverte pour moi que ce groupe irlandais formé en 2015.

C'est avec du vieux que l'on fait du neuf puisque "Ushers Island" regroupe des "dinosaures" de la musique irlandaise (Donal Lunny et Andy Irvine) qui sont restés mes idoles depuis des décennies.

Donal Lunny a donc voulu ajouter un nouveau chapitre à sa carrière musicale qui avait démarré en 1966 (!) avec les "Emmett Spiceland".

A la fois musicien, producteur, arrangeur, compositeur, on ne compte plus les gens avec lesquels il a travaillé depuis plus de 50 ans.

A plus de 70 ans, il a encore et toujours l'envie de faire de la musique et quelle musique !

Andy Irvine (qui lui a 75 ans) est toujours partant pour jouer en compagnie de Donal avec lequel il collabore depuis 1970 (en duo ou avec Planxty, avec Mozaik, avec L.A.P.D.).

Avec eux dans Ushers island le violoniste Paddy Glackin (63 ans) qui avait formé le Bothy Band en 1975.

Plus deux "jeunes" de 46 ans, le flûtiste Mike McGoldrick (Capercaille) et le guitariste John Doyle (ex.Solas).

 

Si Donal, Andy et Paddy appartiennent à la génération du folk revival, Mike et John eux sont de la génération suivante.

Depuis, la musique irlandaise et la musique celtique en général ne cessent d'évoluer sous la conduite de musiciens plus jeunes, tout aussi talentueux mais avec de nouvelles idées.

Ce mouvement de neo-celtic music avec des artistes comme "We banjo three", Calum Stewart band" ou Sylvain Barou est en pleine expansion.

A côté de cela, Ushers island représente une somme incroyable de talents et d'expériences musicales très variées.

Avoir au sein d'un même groupe les gauchers les plus célèbres de la musique irlandaise (John Doyle et Donal Lunny) plus Paddy Glackin, plus Mike McGoldrick, plus Andy Irvine c'est tout bonnement inimaginable.

Et pourtant bien réel, inutile de préciser que la découverte de ce groupe m'a fait un plaisir énorme.

 

Ushers island

Bien entendu, Ushers island a enregistré un premier cd en 2017.

Ce disque regroupe des instrumentaux et des chansons interprétées par John Doyle ou Andy Irvine.

Energie, enthousiasme, virtuosité, passion... les mots sont nombreux pour décrire les qualités de ce disque où les arrangements sont particulièrement soignés.

Ushers island, un groupe à découvrir de toute urgence.

Moi c'est fait ...et je suis sous le charme.

Mais c'est vrai qu'avec moi, Donal, Andy, Mike, John et Paddy étaient déjà en pays conquis.

 

 

Quand on aime on ne compte pas, alors une petite dernière pour la route.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 14:29
Celtic Legends

Hier après-midi nous avons eu la chance d'assister au spectacle de "Celtic Legends" à Liège.

Danses et musiques irlandaises étaient bien entendu à l'honneur...et de quelle manière !

Depuis l'Eurovision 1994, l'Europe entière (puis le monde) a découvert les spectacles de danses de claquettes irlandaises grâce à la prestation du danseur Michael Flatley et la danseuse Jean Butler.

Ce qui ne devait être qu'un intermède musical pour l'Eurovision allait donner naissance en 1995 à la création du show Riverdance dont la musique fut composée par le claviériste Bill Whelan et la chorégraphie créée par Michael Flatley.

Depuis, succès planétaire pour ce show qui continue de tourner partout dans le monde depuis plus de vingt ans.

Michael Flatley crée ensuite d'autres spectacles : "Lord of the Dance", "Feet of Flames", "Celtic Tiger" dont il sera à la fois directeur de la chorégraphie, danseur principal et producteur.

Le succès de ces mega show donnera naissance à d'autres spectacles de danses à travers le monde.

Souvent de plus petites productions qui s'inspirent de ces musiques et de ces typiques danses irlandaises.

Le spectacle "Celtic Legends" est de ceux-là.

En 2017, Cettic Legends fête déjà ses 15 années d'existence et les producteurs on créé un tout nouveau show pour l'occasion.

Celtic Legends ce sont une vingtaine de jeunes danseurs et danseuses et une petite dizaine de musiciens.

Hier à Liège, vu les dimensions de la scène au palais des Congrès il y avait 12 danseurs et cinq musiciens mais leur prestation fut de très grande qualité.

 

 

 

Le particularité de Celtic Legends est d'alterner les danses avec les prestations de musiciens.

On a donc plusieurs cas de figure; les danseurs sont accompagnés par les musiciens, certains danseurs prestent sans accompagnement, les musiciens interprètent seuls des instrumentaux ou des chansons.

Le spectateur est donc par moment face un show de danses irlandaises et par moment assiste à un concert.

Jacintha Sharpe est la directrice de la chorégraphie.

Originaire de Kildare, elle avait commencé à danser à l'âge de quatre (!) ans et a fait partie durant plusieurs années des danseuses de Riverdance.

Celtic Legends

Sean McCarthy est le directeur musical.

Joueur d'uilleann pipe et de low whistle il a débuté à l'âge de 9 ans.

Six fois champion d'Irlande dans la catégorie uilleannn pipe il a été membre de divers groupes dont Fullset et Freewheel (un trio avec le violoniste Fergal Scahill et le guitariste David Howley).

Sur scène, Sean McCarty plaisante avec le public et parle même un peu le français.

J'ai eu la chance d'échanger quelques mots avec lui après le spectacle et il est vraiment très sympathique.

La nouvelle équipe se compose de :

Karen Hickey brillante violoniste (comme c'est de coutume dans ces spectacles irlandais)

Calum Morrison (un écossais) guitariste très fort pour marquer le rythme et très bon chanteur qui nous fit découvrir quelques chansons de son répertoire plus des traditionnels.

Kieran Leonard, un terrible joueur de bodhran avec beucoup d'humour qui nous gratifia de quelques beaux solos.

Michael Cloult un fameux joueur de flûte traversière en bois auteur lui aussi de quelques solos mémorables.

Plus l'accordéoniste Conor Moriarty qui n'était pas présent à Liège.

A noter aussi la bonne humeur communicative de chaque musicien qui dialoguait avec le public et le faisait participer à certains moments.

 

 

Celtic Legends

Venu nombreux, le public liégeois fut conquis par le talent de ces jeunes danseurs et musiciens qui nous offrirent un grand moment musical.

Après ce passage en Belgique (21/10 et 22/10) Celtic Legends fera un détour par le Maroc (Casablanca) avant de partir en tournée dans toute la France et la Suisse  jusqu'en arvil 2018

A ne pas manquer s'ils viennent dans votre région.

Un tout grand merci donc aux danseurs et musiciens de Celtic Legends qui nous ont permis de passer hier une magnifique fin d'après-midi sur les bords de notre fleuve la Meuse qui était devenu deux heures durant une nouvelle "Riverdance".

Calum Morrison and friends

Calum Morrison and friends

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 07:58
John Carty

John Carty est né à Londres et est issu d'une famille de musiciens.

Son père John P.Carty était flûtiste, violoniste et joueur de banjo membre du Glenside Ceili Band de Londres dans les années '60.

Dès son plus jeune âge, John Carty apprend à jouer des instruments traditionnels avec le musicien Brendan Mulkere au sein des cercles irlandais de Londres.

Rapidement il atteint un excellent niveau tant au fiddle qu'au banjo et à la flûte traversière.

Plus tard il étudiera aussi la pratique de la guitare ténor (4 cordes).

A 16 ans, il joue dans les pubs de Londres en compagnie de Bobby Casey et Finbar Dwyer.

En 1991, il quitte l'Angleterre pour aménager en Irlande dans le Conté de Roscommon.

Il devient professionnel à cette époque et enregistre un premier disque de banjo en 1994.

(The cat that ate the candle). Puis il enregistre un premier disque de violon en 1996 ( Last Night's Fun).

En 1997, il crée le groupe "At The Racket" avec Michael McCague (guitare), Seamus O'Donnell (saxophone et chant) et Brian Mc Grath (banjo et piano).

Petite vidéo de ce groupe avec ici le guitariste Jim Murray (qui joue aussi avec Sharon Shannon).

Avec ce band, John Carty va faire des tournées dans toute l'Europe et va enregistrer deux albums.

En 2000, John rencontre le célèbre guitariste Arty Mc Glynn avec lequel il décide de collaborer.

Ils enregistrent deux disques : "Yeh that's all it is" en 2000 et "At it again" en 2003 principalement orientés sur leur duo guitare-fiddle avec des accompagnements de Brian McGrath (guitare tenor, claviers) Alec Finn (bouzouki) et James Carty (son frère) à la flûte.

Dans la suite, John Carty va encore enregistrer d'autres disques avec d'autres musiciens dont le flûtiste Matt Molloy mais Arty Mc Glynn sera presque toujours présent comme guitariste sur chacun d'eux.

John Carty

Ici une vidéo avec Arty et John qui joue de la guitare ténor (4 cordes) qui fait office de guitare basse.

Une vidéo qui souligne également toute la virtuosité d'Arty Mc Glynn qui est bien plus qu'un accompagnateur.   

En 2003, John Carty est nommé "Musicien traditionnel de l'année par la télévision Irlandaise TG4.

Dans la suite, John va poursuivre ses collaborations avec d'autres grands musiciens irlandais comme Johnny Mc Donnagh (bodhran) et Alec Finn (bouzouki) qui sont membres qu célèbre groupe De Dannan.

Ensembles et avec Brian McGrath ils enregistrent le cd "I will if I can" en 2005.

L'année suivante, John qui a le sens de la famille enregistre le premier album solo de son frère James Carty à la flûte en compagnie de leur père John P.Carty (flûte) plus Alec Finn et  Francis Gaffney (guitare).

En 2008, John Carty enregistrera aussi en duo avec le célèbre flûtiste Matt Molloy (The Bothy Band, Planxty, The Chieftains) un disque intitulé "Pathway to the Well" avec leur vieux complice Arty Mc Glynn.

 

John Carty

A la fin des années '80 Arty Mc Glynn avait été membre du groupe Patrick Street qui réunissait trois autres "légendes" de la musique irlandaise : Andy Irvine (bouzouki et chant), Kevin Burke (fiddle) et Jackie Daly (accordéon).

Fin des années '90 Ged Foley avait remplacé Arty à la guitare.

Puis Arty Mc Glynn fit son retour dans le groupe au début des années 2000 principalement sur scène.

En 2007, Jackie Daly ayant manifesté son envie de quitter le groupe, Arty Mc Glynn proposa alors à John Carty de rejoindre Patrick Street.

Un violon supplémentaire pour remplacer un accordéon ce fut un tournant dans l'histoire du groupe qui ne perdit cependant pas en qualité musicale.

John Carty avec sa polyvalence (banjo et flûte) arriva facilement à se fondre dans l'ensemble en y ajoutant aussi d'autres sonorités. 

En 2007 Patrick Street et John enregistrent "In the fly".

Un très bon disque mais qui sera le dernier du groupe qui décidera de se séparer après une dernière série de concerts en 2009.

Chaque membre ayant d'autres projets ou faisant partie d'autres groupes.

John Carty

Au début d'article, je parlais de famille de musicien.

L'héritage musical se poursuit avec Maggie Carty, la fille de John qui est aussi joueuse de banjo et chanteuse.

Depuis plusieurs années déjà John joue en duo avec Maggie accompagnés à la guitare par Shane Mc Gowan (à ne pas confondre avec Shane Mac Gowan l'exubérant chanteur des Pogues).

Le moins qu'on puisse dire c'est que la fille a hérité des dons musicaux de son père.

En 2016, nos trois musiciens ont d'ailleurs enregistré un premier cd "Settle of Court" avec la collaboration du "gourou" de la musique irlandaise Donal Lunny (bouzouki, guitare,bodhran) qui comme chacun sait est omniprésent.

John Carty, encore un artiste dont les disques et concerts sont incontournables pour tout amateur d'irish music.

 

Partager cet article

Repost0
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 22:08
Niamh Ni Charra

Née à Killarney dans le Conté de Kerry, Niamh Ni Charra a commencé à faire de la musique à l'âge de quatre ans.

Elle a été fortement influencée par le style musical de sa région appelé "Sliabh Luachra", style très énergique fait de polkas et de slides.

Son premier professeur fut un musicien local : Nicky McAuliffe.

Niamh Ni Charra va se mettre au chant et va devenir une virtuose du concertina (petit accordéon) et du violon.

Elle remportera de nombreux concours durant son adolescence.

Devenue professionnelle, elle va tourner entre 1998 et 2006 en tant que soliste dans le show Riverdance.

En 2009, Carlos Nunez (musicien traditionnel de Galice) l'embauche dans son groupe.

Elle enregistrera avec lui le cd "Alborada do Brasil".

En 2010, elle rejoint le célèbre groupe The Chieftains avec lequel elle fera de nombreuses tournées et enregistrera l'album "San Patricio" (qui évoque la guerre entre les USA et le Mexique au 19ème siècle).

En 2011, Niamh Ni Charra est invitée à participer au disque du Basque Ibon Koteron intitulé " The Basque Irish connection".

 

En tant que soliste, Niamh Ni Charra a également enregistré plusieurs cd.

"On da thaobh" (From both sides) en 2007

et "Sugach Samh" (Happy out) en 2010.

Ces disques vont être très bien accueillis par la critique internationale.

Elle recevra de nombreuses distinctions dont en 2007 "Moko's top ten folk albums" ainsi que le "Best trad music Act" en 2008.

Plus récemment aussi  Meilleure interprète solo en 2011 et Musicienne de l'année 2012.

 

 

Niamh Ni Charra

J'ai découvert cette musicienne au cours de mes "fouilles" à la Médiathèque.

Je suis tombé par hasard sur son troisième cd "Cuz" paru en 2013.

Cet album rend hommage au musicien Terry Teahan (surnommé Cuz).

Originaire du Kerry, Terry Teahan avait émigré à Chicago en 1928.

Bien avant Niamh Ni Charra, Terry "Cuz" avait donc joué de la musique irlandaise dans le style "Sliabh Luachra" propre au Kerry.

Il a donc importé ce style musical aux U.S.A. en partageant ces airs et ces chants avec les musiciens de son entourage.

 

 

 

Niamh Ni Charra

Pour ce disque Niamh Ni Charra a voulu faire participer des musiciens Irlandais et des musiciens Irlando-Américains.

De manière à faire co-exister les modes d'interprétations qui étaient familiers chez Terry Teahan Cuz.

Ainsi, on retrouve côté irlandais des musiciens comme les accordéonistes Seamus Begley et Donal Murphy (lui aussi du kerry), le guitariste Donogh Hennessy (Lunasa), le guitariste Matt Griffin, le violoniste NIcky Mc Auliffe (son premier preofesseur)..

Et côté américain la violoniste Liz Carroll, l'accordéoniste Jimmy Keane et le joueur de banjo virtuose Mick Moloney

Terry Cuz avait enregistré une cassette audio avec des morceaux de sa composition.

Niamh Ni Carra a utilisé des extraits de ce document sonore dans son cd.

Pour certains, on entend jouer et chanter Terry Cuz puis Niamh et ses musiciens reprennent le morceau à leur manière.

C'est le cas dans l'extrait ci-dessous..

 

Niamh Ni Charra

Artiste complète qui quand elle ne se produit pas donne également des cours de musique ou fait partie de jurys dans des concours musicaux.

Niamh Ni Charra se partage entre les U.S.A. et l'Europe.

C'est le genre d'artiste à ne pas rater si elle venait à se produire dans votre région.

Pour terminer, un autre duo fiddle-guitare. Excellent !

Partager cet article

Repost0
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 20:38
Gerry O' Beirne
  • Cette fois présentation d'un chanteur et guitariste irlandais que je connais depuis longtemps puisque son nom figure sur de nombreuses pochettes de cd.

Gerry O' Beirne a en effet collaboré avec beaucoup d'artistes qui font partie de mes préférés, j'ai donc appris à connaître ses qualités de musicien.

Né à Ennis dans le Conté de Clare (ouest de l'Irlande), Gerry O' Beine a passé une partie de son enfance au Ghana où il a d'abord entendu des musiques africaines.

Il a également vécu en Angleterre, aux Etats-Unis et au Mexique.

Rentré depuis longtemps en Irlande, il vit à présent dans le Kerry.

Bercé dans la musique traditionnelle mais aussi influencé par d'autres cultures il se mettra au fil du temps à l'apprentissage de divers instruments.

Guitare douze cordes et six cordes, mandoline, ukulele, steel guitare n'ont plus de secret pour lui.

Très tôt, il va se mettre aussi à composer ses propres chansons.

Sa manière de chanter se situe d'avantage dans un style de jazz, blues tout en douceur qui s'écarte assez bien de ce qu'on entend d'habitude chez les chanteurs irlandais.

Sa voix est claire et planante mène à la rêverie.

Certaines de ses chansons ont été reprises par Mary Black, Maura O'Connell et Cathie Ryan.

 

 

 

 

Titre "Caperucita" extrait de son cd Half Moon Bay

Actif depuis la fin des années '70, Gerry a été l'accompagnateur de musiciens ou groupes irlandais comme les Waterboys, Martin Hayes, Sharon Shannon ou Kevin Burke.

Dans la foulée il va aussi rejoindre Andy Irvine et Kevin au sein du groupe Patrick Street avec lequel il enregistre l'album "Irish Times" en 1990.

C'est à ce le moment là que j'avais découvert sa voix puisqu'il chante sur deux titres de ce disque.

Collaborations internationales diverses avec la chanteuse Anglaise Marianne Faithfull, avec le chanteur Ecossais Andy M.Stewart  ainsi qu'avec Alan Stivell (sur l'album Brian Boru).

Plus récemment, il a enregistré avec le célèbre groupe Irlandais Lunasa.

 

Gerry O' Beirne

A présent, une vidéo avec Andy M.Stewart l'ancien chanteur du groupe Silly Wizard.

Après la séparation de ce groupe, Andy avait entamé une carrière en solo accompagné par le guitariste lrlandais Manus Lunny.

Lorsque Manus retourna définitivement au sein de son groupe Capercaillie, Andy fit appel à Gerry O' Beirne pour l'accompagner tant sur scène que sur disques.

Hommage à ce grand chanteur trop tôt disparu avec une chanson très connue des Silly Wizard "The Queen of Argyll" (une jolie femme qui faisait tourner les coeurs). 

Gerry O' Beirne

Même s'il a participé à des dizaines d'enregistrements, Gerry O' Beirne n'a pas une discographie très remplie en tant qu'artiste solo.

En 1997, il enregistre le cd "Half Moon Bay" que je me suis procuré il y a peu de temps.

Un cd tout en finesse où Gerry passe d'un instrument à l'autre avec une maîtrise étonnante.

Il fait vibrer les cordes de ses diverses guitares et lorsqu'il utilise ukulele ou steel guitare, ce sont d'autres vibrations et d'autres sonorités qui sont proposées de façon délicieuse.

Le disque alterne les instrumentaux et les chansons qui sont interprétées avec une grande délicatesse.

Entre autre la chanson ci-dessous "The holy ground" que j'avais d'abord découverte via Patrick Street dans la version d'Andy Irvine.

Ici Gerry est accompagné par Pete Grant au dobro (genre de steel guitare).

 

En 2008, Gerry enregistre un cd instrumental " The Bog Bodies and other Stories" où il mélange le son de ses diverses guitares et de ses autres instruments à cordes.

Puis en 2010, autre disque, cette fois en duo avec la violoniste américaine Rosie Shipley "Yesterday I Saw the Earth Beautiful".

Accompagnés par le bassiste Trevor Hutchinson (Lunasa), Gerry et Rosie (également chanteuse) rivalisent d'ingéniosité dans un album très abouti.

Treize chansons ou instrumentaux issues du répertoire irlandais mais aussi de Cape Breton ou de la région des montagnes Appalaches (USA).

 

Gerry O' Beirne

Une dernière chanson avec le joueur de violoncelle Neill Martin (qui participe lui aussi à beaucoup de disques de musiques irlandaises).

Gerry O' Beirne, un interprète assez différent des autres mais un artiste vraiment très intéressant.

Une fois de plus, je ne saurais que vous le conseiller..

Partager cet article

Repost0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 18:52
Saint Patrick était de retour

Le 17 mars est une date importante pour des centaines de milliers d'Irlandais et d'Américains qui célèbrent de façon très démonstrative la fête de la Saint Patrick.

Musiques, danses, bières à volonté, tenues extravagantes de couleur verte sont des choses incontournables en ce jour de liesse populaire.

En Bretagne et dans certaines villes européennes, bon nombre de sympathisants de l'Irlande emboîtent le pas de ces joyeux fêtards pour rendre hommage à ce grand Saint.

Depuis plus de 10 ans, le Centre culturel de la petite ville de Dison (dans l' Est de la Belgique) organise des concerts de musique irlandaise pour célébrer cette belle fête.

Ce samedi 18 mars dernier, Paul et les autres organisateurs avaient donc invités deux groupes musicaux pour cet événement.

Comme chaque année, j'étais bien entendu présent à ce rendez-vous très convivial.

Double concert donc dans des styles très différents.

Tout d'abord "Celtic Arts Trio" qui nous ont fait voyager à travers les musiques d'Irlande, d'Ecosse et même des Etats-Unis.

 

 

Saint Patrick était de retour

Celtic Arts Trio sont des musiciens de formation classique.

Leur originalité est de créer un pont entre musique classique et musique traditionnelle. Explorant les spécificités des musiques d'Europe et des U.S.A. en y ajoutant leurs influences personnelles.

Anne-Marie Hivon originaire du Québec est la violoniste du groupe.

Fabrice Bonnet (Nord de la France) joue du violon alto.

James Scott est quant à lui originaire des Etats-Unis et joue de la contrebasse.

Le quatrième musicien est le Belge Freddy Kruft joueur de flûte traversière.

Ils jouent soit à quatre soit à trois, à Dison, Fabrice Bonnet n'était pas présent.

Celtic Arts Trio joue de manière classique et c'est assez étonnant d'entendre ces airs traditionnels joués de cette façon.

Une interprétation de haut vol car Anne-Marie Hinon, James Scott et Freddy Kruft sont bien entendu des virtuoses.

 

Saint Patrick était de retour

Un style inhabituel donc mais bien agréable à écouter car on sent que ces musiciens ont pris plaisir à s'approprier ce répertoire.

Il ne faut pas oublier non plus que de nombreux Ecossais et Irlandais avaient émigré aux U.S.A. et au Canada au cours des siècles précédents en y important leurs musiques.

Des racines musicales qui devaient tôt où tard attiser la curiosité de musiciens comme Anne-Marie ou James.

Merci à Celtic Arts Trio pour ce concert posé et innovant.

Le deuxième groupe n'était pas une découverte pour moi puisque j'avais déjà vu "Snakes in Exile" à trois reprises.

Il s'agit d'un groupe flamand originaire de Hasselt qui s'est spécilaisé dans la musique irlandaise.

Je les avais vus pour la première fois en 1999 au Green Space folk festival (déjà une organisation de mon ami Paul) et j'avais beaucoup aimé ce groupe aux qualités vocales exceptionnelles.

En 2009 et 2010, le festival folk ayant déménagé à ...Dison, nos chers organisateurs avaient eu la bonne idée de ré-inviter les Snakes (serpents en exile) pour fêter la Saint Patrick.

D'excellents concerts que j'avais autrefois relatés sur mon blog, enthousiasmé que j'étais par leur énergie communicative.

Vous pouvez relire ces articles ci-dessous :

Snakes in Exile, alias Luc Baillieul (chant, guitare et bodhran), Peter Van Aken (chant et accordéon), Gert Meulemans (basse, contrebasse électrique et chant) , Kristiaan Malisse (batterie, percussions, chant et guitare).

Et en invité le violoniste Dirk Naessens (autrefois membre du groupe Urban Trad).

Soit une équipe de choc !

Saint Patrick était de retour

Inutile de préciser que ce fut grandiose tant leurs instrumentaux sont entraînant et joués à une vitesse folle, tant leurs chants avec instruments ou à capella sont superbement harmonisés.

De très belles voix au registre à la fois étendu et puissant tant pour Luc que pour Peter qui se donnent vraiment à fond.

Avec sa voix basse, Gert apporte de la profondeur aux chants et Kristiaan qui a une belle voix aussi complète très bien un ensemble on ne peut mieux rôdé.

Leur répertoire est fait de traditionnels irlandais mais aussi de compositions des divers membres du groupe.

Une autre qualité des Snakes in Exile c'est leur bonne humeur.

Ils n'arrêtent pas de plaisanter en présentant leurs morceaux.

Pour des néerlandophones, ils se débrouillent très bien en français et quand ils ne savent pas un mot, ils le disent en anglais.

Ils nous ont également fait participer à certains titres et nous fûmes très réceptifs car une partie de ces chansons sont assez connues.

Après le spectacle, les membres du groupe furent une fois de plus très disponibles pour dédicacer leurs cd et échanger avec les spectateurs le tout en dégustant quelques bonne bières belges.

Ce fut bien agréable de converser avec eux ainsi qu'avec Paul et Wilfrid, mes amis folk de toujours.

 

 

Saint Patrick était de retour

Merci encore aux organisateurs pour cette superbe soirée.

Merci également aux Snakes, revenez quand vous voulez les gars et Saint Patrick aussi !

Allez, le petit verre du départ...

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 21:54
Tola Custy

J'ai évoqué ce musicien dans mon article précédent consacré au joueur de bouzouki Cyril O' Donoghue. Cyril et lui avaient enregistré un cd en duo en 1994.

Tola Custy est né à Toonagh dans le Conté de Clare.

Son père Frank Custy jouait du banjo et était passionné par la musique traditionnelle et les instruments anciens.

Frank Custy (qui était également un sportif et pratiquait le hurling) exerçait le métier d'instituteur.

En plus des matières scolaires, il avait décidé d'initier ses élèves à la pratique de la musique traditionnelle.

Depuis tout jeunes, les enfants apprenaient donc à jouer d'un ou de plusieurs instruments de musique.

C'est ainsi que ses enfants se mirent également à la musique : Mary Custy (fiddle), Frances Custy (fiddle), Cathy Custy (concertina) et Tola Custy (fiddle).

D'autres musiciens irlandais connus comme Sean Conway, Gary Shannon, Siobhan Peoples (fille de Tommy Peoples) ou Sharon Shannon ont aussi fait leurs premières armes en fréquentant les classes musicales de Frank Custy.

Si Cathy Custy est d'avantage une musicienne de session, Mary et Tola sont devenus des professionnels à part entière.

Mary Custy a, entre autre joué avec Sharon Shannon, Quentin Cooper et Eoin O'Neill.

de son côté, Frances Custy est d'avantage connue pour être propriétaire d'un magasin d'instruments de musique et de cd irlandais.

Elle et son mari avaient en effet ouvert en 1992 à Ennis ce "Custy's Traditional Music Shop" qui est une véritable mine d'or pour tous les amateurs du genre.

Depuis le début de sa carrière, Tola Custy a collaboré avec de nombreux musiciens.

Le voici ici en duo avec la harpiste Laoise Kelly.

Ils interprètent ici "Aube mauve" qui est une composition bretonne qui faisait partie du répertoire du groupe "Den".

Après son cd avec Cyril O'Donoghue, Tola Custy rencontre deux membres de la famille Moynihan (une famille de musiciens très réputée en Irlande dont une partie des membres fait de la musique classique).

Diarmaid moynihan (uilleann pipes) et Donncha Moynihan eux se consacrent à la musique traditionnelle. Avec Tola et Pat Marsh (bouzouki) ils forment le groupe "Calico" en 1998.

Ensembles ils enregistrent deux cd : "Celanova Square" et "Songdogs".

je ne connais pas le deuxième album mais je peux vous assurer que "Celanova Square" est un excellent disque.

Après ce groupe, Tola Custy va travailler avec l'accordéoniste Alan Kelly et son frère le flûtiste John Kelly. Avec eux, ils va donner de nombreux concerts et enregistrer plusieurs disques.

Tola Custy

Plus tard, Tola Custy devient membre du groupe "Guidewires" avec lequel il va s'initier aux musiques traditionnelles de Grèce, de Macédoine et de Bulgarie.

Après cette parenthèse, retour à la musique en Irlande en trio avec le flûtiste Cormac Breatnach et Laoise kelly (déjà citée).

D'autres collaborations encore avec les chanteuses Edi Reader et Heidi Talbot ou les guitaristes Donogh Hennessy et Arty Mc Glynn.

Autre expérience musicale avec des membres de la génération montante comme le guitariste Gerry Paul et le flûtiste Alan Doherty.

Ensembles ils forment le groupe "Keeva" auquel vient parfois s'ajouter un autre jeune prometteur : Daoiri Farrell.

Comme son père Frank, Tola Custy était également instituteur de formation.

Il dispose à présent de moins de temps pour exercer ce métier mais se consacre toujours à l'enseignement...de la musique en donnant de nombreux cours et stages de fiddle dans le Conté de Clare.

Nul doute que ses jeunes élèves sont en de bonnes mains.

Tola Custy

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Les albums de ma jeunesse (22) Andy M. Stewart & Manus Lunny : At it again
    Cette fois un mélange de musiques écossaises et irlandaises avec ce vinyle qui date de 1990 et qui sera un de mes derniers car un an plus tard je passais au format cd. Un duo donc entre le guitariste et joueur de bouzouki Manus Lunny et le chanteur écossais...
  • Les albums de ma jeunesse (21) : Andy Irvine & Paul Brady
    Dans la continuité de mes découvertes à retardement depuis le groupe Planxty (1985) je m'étais efforcé de me procurer tous les albums manquants à ma collection. J'ai donc trouvé (chez Green Linnet, USA) ce disque enregistré par Paul Brady et Andy Irvine...
  • Les albums de ma jeunesse (20) Kevin Burke & Micheal O' Domhnaill : Promenade
    J'avais déjà chroniqué deux fois ce duo mais je voulais y revenir dans cette série de LP qui ont marqué la fin de ma jeunesse. Ici on se retrouve fin des années '80 ou début des années '90 suite aux découvertes de 1985 à la Fnac de Bruxelles. J'avais...
  • Les albums de ma jeunesse (19) Christy Moore : Ordinary Man
    C'est à la Fnac (mais cette fois à Liège) que j'ai acheté ce vinyle fin des années '80. J'avais découvert Christy Moore quelques années plus tôt avec le groupe Planxty et j'avais directement aimé ce chanteur. Après la séparation de Planxty, Christy avait...
  • Les albums de ma jeunesse (18) : Stockton's Wing "Light in the Western Sky"
    C'est durant les années '80 que j'ai découvert les Stockton's Wing en achetant ce vinyle. Paru en 1982 "Light in the Western Sky" était déjà le troisième opus de ce groupe. Originaires de Ennis dans le Conté de Clare, Paul Roche (flûte & whistles), Kieran...
  • MoïRa : Sortie de "A New Age"
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson ... En janvier de cette année je vous avais présenté la chanteuse...
  • Les albums de ma jeunesse (17) : Patrick Street
    Tout comme Silly Wizard, J'ai découvert "Patrick Street" au tout début des années '90 dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Les Américains faisaient de beaux efforts de marketing en y présentant les groupes avec les noms des musiciens, le type...
  • Les albums de ma jeunesse (16) : Silly Wizard "A glint of silver"
    C'est seulement au tout début des années '90 que j'ai découvert ce groupe écossais via ce trente-trois tours commandé chez Green Linnet aux U.S.A. A l'époque j'avais déjà plus de trente ans mais je considère tout de même ce disque comme un album de ma...
  • Les albums de ma jeunesse (15) : Fairport Convention "Liege and Lief"
    En 1977, Alan Stivell sort "Raok Dilestra" un disque consacré à l'Histoire de la Bretagne. Il est accompagné par de nombreux musiciens sur ce disque. Cependant deux titres "Gwrizad Diffenet" (Racines interdites) et "Naw Breton Ba' Prizon" (Neuf bretons...
  • Les albums de ma jeunesse (14) Moving Hearts "The Storm"
    Troisième album acheté à la Fnac en 1985 avec ce 33 tours des Moving Hearts. Ici aussi j'avais pris le train en marche car il s'agissait déjà du quatrième opus de ce groupe. En effet en 1981 Donal Lunny et Christy Moore (alors membres de Planxty) avaient...