Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 21:32

Cette chanson qui était sur l'album "Alan Stivell à l'Olympia" est une de celles qui m'a fait découvrir la musique irlandaise.

link



J'adorais ce titre avec la jolie voix d'Alan, les vocaux de Gabriel Yacoub et le fiddle de René Werneer.

Avec la partie instrumentale et les whistles, c'était tout simplement envoûtant...

Au fil du temps, je me suis rendu compte que cette chanson était très populaire et avait été reprise par de nombreux interprètes.


Je fus très étonné de voir qu'Angelo Branduardi, le talentueux chanteur italien, l'avait reprise en français.


Dans un tempo un peu différent, "Les arbres ont grandi" donnait d'autres belles couleurs et sonorités à ce très beau texte.

Puis j'ai découvert qu'Angelo était fan d'Alan Stivell et qu'Alan avait participé à un de ses disques en 1983.

 

 



Beaucoup plus tard, et grâce au site Harpographielink  )  j'ai découvert cette vidéo de You Tube.

 

 

 

EN 1982, le Grand Echiquier de Jacques Chancel recevait Angelo Branduardi.

Et le barde d'Italie avait invité son ami Alan pour interpréter cette chanson ainsi qu'un instrumental.

Emotion pour moi en découvrant cette vidéo. Dix ans après le concert à L'Olympia, Alan la chantait encore avec la même douceur.

Deux grands artistes unis par une même passion.



Dans les années '90, grâce à une compilation de la revue "Celtics", j'ai vu que d'autres Italiens (du groupe FBA) l'avaient reprise sous le titre "I alber a ie olt".

Une très jolie voix féminine sur cette version en italien sur une mélodie très proche de celle d'Alan.



Bien entendu, les Irlandais ne pouvaient pas être en reste par rapport à cette chanson.

Sur l'album "The Blue Idol" le groupe Altan nous en offre une splendide version  avec le titre "Daily Growing".

Invité sur ce morceau, Paul Brady vient répondre à la voix douce de Mairead Ni Mhaonaigh.

Un duo superbe !

 

The trees they grow high (Daily Growing)

 

The trees they grow high

The leaves they do grow green

Many is the time my true love I've seen

Many an hour I have watched him all alone

He's young

but he's daily growing


Father dear father

you've done me great wrong

You have married me to a boy who is too young

I'm twice twelve and he is but fourteen

He's young 

but he's daily growing.


Daughter my daughter

I' ve done you no wrong

I have married you to a great lord's son

He'll be a man for you when I am dead and gone

He's young

but he's daily growing.


Father dear father, if you see fit

We'll send him to college for another year yet

I'll tie blue ribbons all around his head

To let the maidens know that he's married.


One day I was looking o'er my father's castle wall

I spied all the boys playing at the ball

My own true love was the flower of them all

He's young

but he's daily growing.


At the age of fourteen, he was a married man

At the age of fifteen, the father of a son

At he age of sixteen, his grave it was green

And death had put an end to his growing.


I' ll buy my love some flanel

and I will make a shroud

With every stich I put in it,

the tears they will pour down

With every stich I put in it,

how the tears will flow.


Crual fate has put an end to his growing.

 


Traduction :


Les arbres deviennent grands

Les feuilles poussent vertes

Cela fait longtemps que j'ai vu mon véritable amour.

Nombreuses les heures que je l'ai observé toute seule.

Il est jeune

Mais il grandit tous les jours.


Père, cher père

Tu m'as fait un grand tort

Tu m'as mariée à un garçon qui est trop jeune.

J'ai deux fois douze et il n'en a que quatorze

Il est jeune

Mais il grandit tous les jours.


Fille chère fille

je ne t'ai pas fait de tort.

Je t'ai mariée au fils d'un grand seigneur.

Il sera un homme pour toi quand je serai mort et parti.

Il est jeune

Mais il grandit tous les jours.


Père, cher père, si cela te convient

Nous l'enverrons au collège un an de plus encore.

Je nouerai des rubans bleus tout autour de sa tête

Pour que les jeunes filles sachent qu'il est marié.


Un jour, je regardais par au-dessus du mur du château de mon père

J'espionnais tous les garçons jouant au ballon

Mon véritable amour était la fine fleur parmi eux tous

Il est jeune mais il grandit tous les jours.


A l'âge de quatorze ans, c'était un homme marié.

A l'âge de quinze ans, le père d'un fils.

A lâge de seize ans, sa tombe était verte

Et la mort avait mis un terme à sa croissance.


J'achèterai à mon amour quelque flanelle

Et je ferai un linceul.

Avec chaque point que je coudrai dessus

Mes larmes se déverseront.

A chaque point que je coudrai dessus

Que de larmes vont couler.

Cruel destin qui a mis un terme à sa croissance.



 

La version d'Altan est vraiment très jolie elle aussi !



De très nombreux autres artites l'on également chantée.

Parmi eux :


Le fameux guitariste anglais John Renbourn

 

link

 

Autre vision avec le groupe britanique Pentangle :

 

link

 

Enfin la version de Sylvain à la harpe celtique

 

link


Quelle est la plus belle ?

A vous de choisir.

 

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 21:05
Petit hommage à une jeune chanteuse que beaucoup considèrent comme une des plus belles voix de la chanson irlandaise.


Native du Conté de Londonderry (Irlande du Nord), Cara Dillon sera dès son plus jeune âge bercée dans la musique irandaise car sa mère l'enmenait très régulièrement assister à des concerts.
Au fil du temps elle deviendra musicienne (fiddle et Whistle) et une chanteuse de grand talent.
Je trouve qu'il y a dans sa voix quelque chose de très doux et d'émouvant.
Dans son regard et son sourire, il semble y avoir quelque chose de très gentil.



Au fil du temps, elle va collaborer avec de nombreux artistes dont Phil Coulter et le groupe De Dannan.
Plus tard avec Sam Lakeman qui deviendra aussi son mari.

Je l'avais découverte sur une compil et j'avais voulu en savoir plus.
J'ai donc réussi à me procurer un de ses cd "Sweet Liberty" et je suis vraiment tombé sous le charme.

Engegistré avec Sam Lakeman (claviers) et quelques très bons musiciens comme le flûtiste Brian Finningan (Flook) ce disque est d'emblée très plaisant à écouter.

Une série de chansons spendides comme "High Tide", "There Were Roses", "Were are you"... qui sont chantées avec une étonnante maîtrise.
Des orchestrations qui oscillent sans cesse entre la variété irlandaise et la musique folk.

Cara Dillon apporte encore d'autres dimensions au répertoire irlandais.
A ne rater sous aucun prétexte.


Deux petites vidéos pour illuster son immense talent.
D'abord une chanson dans le plus pur "irish style".



Puis une autre chanson traditionnelle mais cette fois avec grand orchestre.




Lovely no ?

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 21:30
Je voulais revenir sur ce groupe dont j'ai déjà parlé dans mon article consacré à Micheal O'Domhnaill.
Certes un peu de nostalgie là dedans mais le Bothy Band est un des groupes qui m'a le plus marqué quand j'ai véritablement découvert la musique irlandaise dans les années '80.
Bien sûr, j'y avais déjà été initié grâce à Alan Stivell et aux Chietains mais c'est en écoutant des disques de Planxty, Moving Hearts et Bothy Band que le véritable déclic s'est produit.



Un groupe de rêve avec trois solistes (violon, uilleann pipe et flûte) et trois musiciens pour marquer le rythme (clavecin, guitare et bouzouki), un parfait équilibre.

Tous des virtuoses aussi qui ont continué une brillante carrière après la séparation du groupe.
Triona Ni Dhomhnaill a travaillé tant en Irlande qu'aux U.S.A. à la fois comme chanteuse et comme musicienne.
Micheal O'Domhnaill a joué avec Kevin Burke puis à fait partie de groupes comme Relativity et Nightnoise.
Kevin Burke joue toujours avec Open House et avec Patrick Street.
Matt Molloy a d'abord rejoint Planxty avant de devenir le flûtiste des Chieftains.
Paddy Keenan lui s'est plus concentré sur sa carrière solo tout en collaborant avec une série de musiciens comme Paddy Glackin (fiddle).
Quant à Donal Lunny il a tout simplement joué avec... la moitié des artistes irlandais...et d'autres encore en Bretagne (Héritage des Celtes...).



Ce que j'aimais particulièrement dans la musique du Bothy Band, c'étaient leurs alternances entre des passages joués par le groupe entier et des duos comme dans la vidéo qui suit où la flûte est très bien mise en valeur par le bouzouki.


link


Autre concert pour faire écouter la voix haut perchée de Triona.
Elle et son frère se relayaient pour les chansons du groupe.
Il y avait pourtant d'avantage d'instrumentaux dans la musique de Bothy Band.
Lorsqu'on écoute aujourd'hui Lunasa, on se rend compte qu'au niveau sonorités, ils sont en partie redevables du Bothy Band.



Encore une petite dernière pour la route !
Une suite de jigs ici.
Dans la dernière partie, une série d'airs que j'avais entendu sur des disques d'Alan Stivell.
Bothy Band, un groupe mythique, que l'on ré-écoute avec autant de plaisir !



Partager cet article

Repost0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 21:00

Fondé en 1973,  De Danann est un des groupe qui a été un des plus marquant du renouveau de la musique irlandaise.
Avec Planxty et Bothy Band, De Danann aura donné une dimension internationale à cette musique traditionelle.
Le violoniste Franckie Gavin et le guitariste Alec Finn associés à Johnny (Ringo) McDonagh (bodhran) et au joueur de banjo Charlie Piggot allaient former un band particulièrment dynamique.
Il enregistrent leur premier disque en 1975.


Au même titre que Donal Lunny et Andy Irvine, Alec Finn va très vite apprendre à jouer du bouzouki qui deviendra son intrument de prédilection avec De Danann.

Franckie Gavin, originaire de Galway, est un virtuose du fiddle mais aussi de la flûte traversière en bois. Issu d'une famille de violonistes, il va très jeune apprendre plusieurs instruments dont le whistle et le piano.
Influencé par le style de Michael Coleman, Franckie est un musicien de très grand talent dont la manière de jouer du fiddle est très reconnaissable.

La chanteuse Dolores Keane va rejoindre le groupe sur leur premier enregistrment.
L'année suivante, ce sera au tour de Johnny Moynihan de devenir membre du groupe. A la fois comme chanteur et comme multi-intrumentiste (bouzouki, fiddle, bodhran).

Ensuite, De Danann va un peu changer d'orientation musicale en engageant l'accordéoniste Jackie Daly. Parce que leur musique qui avait plutôt une "dominance" fiddle-banjo sera désormais tirée par des sonorités d'accordéon.
Jackie Daly quittera ensuite le groupe au milieu des années '80 pour s'orienter vers d'autres collaborations et plus tard, vers le groupe "Patrick Street".
Il sera remplacé par un autre virtuose: Mairtin O'Connor.
Lorsque Mairtin et son accordéon auront été appelés par les sirènes de "Riverdance", De Danann engagera alors Aidan Coffey.
Vers la fin des années '90, ce sera au tour du jeune Derek Hickey de prendre le relais.



On peut donc dire que la base intrumentale de De Danann s'est concentrée autour du fiddle de Franckie Gavin, d'un accordéoniste, le tout bien soutenu par le bouzouki d'Alec Finn et le son d'un bodhran.
Bodhran tenu au départ par Ringo McDonagh remplacé ensuite par Colm Murphy aux accompagnements très variés.

Au niveau vocal, De Danann n'a pas de chanteur fixe mais à toujours invité des artistes de grande qualité à participer à ses disques.
Après Dolores Keane, Mary Black, Maura O' Connell, Eleanor Shanley et Tommy Flemming se sont succédés avec le même brio.

J'avais découvert ce groupe grâce au cd "The Mist Covered Mountain" paru en 1980.
Dans ce disque, ils avaient invité Sean O'Conaire et Tom Phaildin deux chanteurs qui s'expriment en gaélique dans le style Sean-Nos.
Le titre "Maire Mhor" est d'ailleurs chanté à capella.
J'ai beaucoup aimé des plages comme "The cottage in the grove" ou "Cameronian reel".
Ce mélange d'accordéon et de fiddle bien ryhtmé par le banjo et les ornementations de bouzouki, c'est tout simplement très fort !



A noter que vers la fin des années '80, De Danann a changé son nom en "De Dannan" pour une raison inconnue.
De Danann, les peuples dieux de Danu, premiers occupants de l'Irlande, le terme était peut-être trop utilisés par d'autres ? Comme c'est le cas tant au niveau littéraire qu'historique ou cinématographique.


De Dannan donc va continuer à enregister toute une série de disques.
Un peu comme Paddy Moloney (des Chieftains), Frankie Gavin va tenter toutes sortes d'expériences musicales.
Avec De Dannan ou en solo, il partagera la musique irlandaise avec d'autres styles.
Des enregistrements avec des artistes aussi divers que les Rolling Stones, Yehudi Menuhin, Stéphane Grapelli ou Andy Statman.



En 1987, "Ballroom" est fait de danses traditionnelles et de belles chansons chantées par Dolores Keane. Quelques invités comme John Faulkner (guitare) et Caroline Lavelle (violoncelle) donnent une coloration très folk à cet album.

Un autre de mes disques "1/2 set in Harlem" (1991) a lui une coloration totalement différente.
Eleanor Shanley en est la chanteuse principale mais il y a aussi d'autres chanteurs sur ce disque y compris des chanteurs de Gospel.
La moitié du disque est du folk irlandais mais le reste navigue entre negro-spirituals, chansons et musique Klezmer (traditionnel juif).
Ici aussi quelques invités de marque comme Niall Martin, Bill Whelan, Arty McGlynn...



Autre cd en 1995, "Hibernian Rhapsody".
Le premier morceau n'est autre qu'une reprise du célèbre titre du groupe Queen.
C'est assez étonnant d'entendre cette chanson jouée par des musiciens irlandais.
Mais le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils l'interprètent très bien (la voix de Freddie Mercury étant remplacée par des whistles).
Le reste de l'albun est fait d'instrumentaux irlandais et de jolies chansons interprétées par la très belle voix de Tommy Flemming.
Frankie Gavin, Alec Finn, Colm Murphy et Derek Hickey sont en super-forme.
Hornpipes, gigues et reels se succèdent de façon très brillante pour le plus grand bonheur de tous les amateurs du genre.

De Dannan, des musiciens très versatiles qui ont ça et là enregistré des disques en solo:

Alec Finn avec "Blue Shamrock" revisite une série de classiques du répertoire irlandais (comme Down by the sally gardens" prouvant qu'il est aussi un très bon guitariste.

Colm Murphy avec "An Bodhran" rend hommage au tambourin irlandais.
Des musiciens de De Dannan et d'autres comme Conal O'Grada ou Ciaran O'Gealbain l'accompagnent sur ce disque de musiques trad.

"Irlande" est un concert produit par Radio-France. Cet enregistrement de grande qualité présente Franckie Gavin accompagné du guitariste Arty McGlynn et de l'accordéoniste Aidan Coffey. 16 plages de toute beauté où Frankie joue également de la flûte.

Fin 2004, Sharon Shannon (reine de l'accordéon) décide de former un nouveau groupe. Avec son guitariste Jim Murray, elle invite le flûtiste Michael McGoldrick et Frankie Gavin.Leur cd "Tunes" parait en 2005.
Bien soutenus par Tony Molloy, James Mackintosh, John J. Kelly et Mary Shannon, nos quatre virtuoses y vont de grands solos sur ce cd.
Une interprétation remarquable d'airs traditionnels et de nouvelles compositions.
Un disque à ne pas manquer, un de plus !

De De Danann à De Dannan...rien que de bonnes notes !


 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 21:27

 

 

 

 

D'origine à la fois écossaise et irlandaise, Andy Irvine est né à Londres en 1942. Sa mère était actrice et son père musicien. Il a donc grandi dans un milieu artistique tout en étudiant la guitare classique.
Dans les années '50, Andy découvre des chanteurs comme Lonnie Donegan et surtout Woody Guthrie qui aura une influence importante sur sa pratique musicale.



Andy s'installe à Dublin au début des années '60, le pub "O'Donoghue's" sera pour lui le lieu de toute une série de rencontres dont Luke Kelly et Ronnie Drew (des Dubliners).
Il formera un duo avec Johnny Moynihan (qui fut le premier à jouer du bouzouki en Irlande) . Puis Joe Dolan viendra se joindre à eux pour former "Sweeney's Men" en 1966.
Terry Woods remplace ensuite Joe Dolan et Andy restera encore jusqu'en 1968 avec ce groupe.
Les Sweeney's étaient plus un groupe de chanteurs folk (qui s'accompagnaient à la guitare, au bouzouki ou à la mandoline) qu'un groupe de musique trad. irlandaise.

Après avoir quitté le groupe, Andy décide de voyager dans les Balkans (particulièrement en Bulgarie et en Macédoine). C'est là qu'il va découvrir et apprécier cette musique tout en jouant avec des musiciens locaux.

En 1969, rentré en Irlande, Andy fait la connaissance de Donal Lunny avec qui il se lie d'amitié.
Leur collaboration va rapidement devenir très fructueuse.
Christy Moore qui débute sur la scène anglaise décide de s'installer en Irlande où il enregistre son second album "Prosperous". Parmi les musiciens de ce disque, Andy Irvine, Donal Lunny et un joueur d'uilleann pipe...Liam O'Flynn !
Après cet enregistrement, les quatre hommes vont continuer à collaborer et former le groupe légendaire Planxty.

C'est grâce à Planxty que j'ai découvert Andy en 1984.
Paradoxalement, je découvrais-là un groupe qui venait de se séparer un an plus tôt.
Mais la musique de Planxty fut vraiment primordiale pour moi dans mon apprentissage de la musique irlandaise.
Planxty, c'était un tiers d'instrumentaux, un tiers de chansons de Christy Moore et un tiers de chansons d'Andy.
J'aimais bien les deux chanteurs. La voix d'Andy m'a directement paru spéciale.
Sa façon de chanter, sa façon de passer de l'aigu au grave, c'est assez particulier.
Parfois, la voix se fait très douce comme dans "Kellswater", parfois elle est plus rugueuse, plus sonore aussi.
Depuis lors, je suis devenu un inconditionnel d'Andy Irvine et je n'ai eu de cesse de me procurer ses disques.



De 1972 à 1983, Planxty va donc connaître un succès considérable en Irlande et dans toute l'Europe.
Il y eut certains départs compensés par les arrivées de Johnny Moynihan (fiddle & bouzouki), Paul Brady (guitare) et Matt Molloy (flûte).
Puis le groupe se reforma dans sa composition originale (Irvine, Moore, O'Flynn et Lunny) jusqu'en 1983 avec l'album "Words and Music".
Une séparation que l'on pensait définitive jusqu'à la réunion (provisoire) de 2004.

Sept albums donc de Planxty avec une multitude de grands moments musicaux et de chansons superbes dont "As I roved out" (The well below te Valley); "You rambling boys of pleasure (After the break) ; "Roger O' Hehir" (The woman I loved se well) ; "Thousand are sailing" (Words and Music) ; "Arthur Mc Bride" (Live 2004)...

Andy Irvine n'allait bien sûr pas en rester là.
En 1976 déjà, il avait formé un duo avec le chanteur Paul Brady.



Chantant en alternance et démontrant une fois encore ses qualités de multi-instrumentiste (bouzouki, vielle, mandoline, harmonica).
Les deux chanteurs (bien soutenus par Kevin Burke et Donal Lunny) rivalisent de talent pour produire un disque de très bonne qualité avec des titres incontournables comme "Plains of Kildare", "Autumn Gold" (très apaisant) ou "Martinmas Time".
Paul Brady chante une version très personnelle de "Arthur Mc Bride" assez différente de celle chantée par Andy avec Planxty.


Andy poursuit ses expériences musicales en étant membre du groupe de Dannan (autre top-band irlandais) durant une courte période.
Il collaborera avec Mick Hanly (un autre chanteur irlandais) à la fin des années '70.
Au début des années '80, il forme avec Donal Lunny et quelques musiciens rencontrés ça et là en Europe un premier groupe "Mosaic".
Il n'a jamais caché son goût pour les métissages musicaux depuis ses voyages en 1968.

En 1982, Andy forme un autre duo avec Dick Gaughan un excellent guitariste et chanteur écossais.
Ils enregistrent en Allemagne le disque "Parallel Lines" avec Nollaig Ni Cathasaig (fiddle) et quelques musiciens allemands.
Dick Gaughan a aussi une voix intéressante et est très talentueux aux guitares électrique et acoustique ainsi qu'à la basse.
Là aussi, les deux artistes chantent en alternance avec pour Andy des titres intéressants comme "The Dodgers song" ou "Captain Thunderbolt".



En 1985-86, Andy travaillait avec Gerry O' Beirne (guitare et chant) et Kevin Burke (fiddle) aux USA. Ils décidèrent ensuite d'enrôler Jackie Dadly (virtuose de l'accordéon) et de former le groupe "Patrick Street".
Poursuivant d'autres projets, Gerry O'Beirne dut cepandant laisser sa place à Arty Mc Glynn après un an de concerts.
Patrick Street est donc le deuxième grand groupe d'Andy Irvine.
Je l'ai présenté dans un article précédent.

Dans les instrumentaux (toujours très dansants) il y a la dominante de l'accordéon et du fiddle bien contre-balancés par la guitare et le bouzouki.
Puis il y a toutes les chansons d'Andy.
Andy qui est également humaniste et prend parfois cause pour des sujets plus sérieux comme dans "A forgotten hero" ou "Facing the Chair" (Sacco & Vanzetti).
Patrick Street, un groupe que je recommande chaudement à tous les amateurs de bon folk irlandais.
Ils viennent de sortir un nouveau cd en 2007 (le neuvième déjà).

En 1992, Andy et Davy Spillane avaient consacré un album à la musique des Balkans.
"East Wind" enregistré en compagnie de Bill Whelan et de musiciens d'irlande et d'Europe de l'Est.
Je vous en parle aussi dans un post précédent.



En dehors de cela  Andy a également produit des albums en solo.
"Rude Awakening" en 1991.



Sûrement un de mes cd préférés.
Andy est entouré de Bill Whelan (claviers) Arty Mc Glynn (guitare) Rens van der Zalm (fiddle & guitare), Davy Spillane (whistle) Carl Geragthy (saxophone).
Tout ce beau monde pour jouer des musiques vraiment superbes qui mettent si bien en valeur les mots d'Andy Irvine.
Andy nous présente ici une série de portraits de personnages qui l'on marqué (Raoul Wallenberg, James Connoly, Zapata, Douglas Mawson...)
Un peu à la manière d'un journaliste, Andy nous livre des chansons en forme de récits sur des musiques parfois rythmées ou émouvantes.
Un disque extra-ordinaire !

"Rain on the Roof" sort en 1996.
Ici, Andy a choisi une forme plus acoustique pour habiller ses chansons.
Rens Van der Zalm est de nouveau au fiddle et à la mandoline et Steve Cooney (percussions) n'intervient que dans deux titres.
Andy est d'allieurs seul sur la motié des titres s'accompagnant uniquement au bouzouki et de temps à autre à l'harmonica.
Quelques titres font partie du répertoire de Patrick Street ("A Prince among men" , Forgotten Hero") d'autres sont des instrumentaux soit irlandais ou des pays de l'Est.
Et encore d'autres titres intéressants comme "He fades away" ou "My heart's tonight in Ireland".
Un disque très représentatif de la recherche musicale d'Andy.

En 2001 sort "Way Out Yonder".



ce disque fait plus penser à "Rude Awakening" même si cette fois il n'y a pas de claviers mais uniquement des instruments acoustiques.
Rens van der Zalm plus une série de musiciens connus de la scène irlandaise (Maire Breathnach, Cormac Breathnach, Steve Cooney, Dermott Byrne).

Il y a aussi trois choristes,une contrebassiste (Lindsey Horner) plus quelques solistes comme Liam O'Flynn, Declan Masterson, Nikola Parov ou Brendan Power.
Tout ces grands musiciens au service du bouzouki et de la voix d'Andy qui a composé une partie des titres du cd.
Vraiment un très beau disque que j'ai acquis depuis peu et que je ne lasse pas de découvrir.
Des chansons très poétiques comme "Moreton Bay" ou "Born in Carrickfergus".
Egalement une très belle reprise de "The Higwayman" (chanson de Loreena McKennit).
A ne pas manquer pour ceux qui aiment Andy Irvine.

Après l'expérience "East Wind" Andy (toujours membre de Patrick Street") forme encore un autre groupe avec Donal Lunny.



"Mozaik" cette fois avec un "k", groupe dans lequel on retrouve Nikola Parov, Bruce Molsky et Rens Van der Zalm. Soit une série de multi-instrumentistes qui vont cumuler leurs talents au service d'un répertoire fait de musiques irlandaises et de musiques des Balkans.
Déjà deux cd à leur actif : "Live from the Powerhouse" en 2004 et "Changing Trains en 2006.
Dans la chanson " O'Donoghue's" Andy raconte comment il a découvert la musique irlandaise dans ce célèbre pub de Dublin.

A 66 ans bien sonnés, notre diable d'homme a encore plein de projets puisqu'il tourne pour l'instant avec Paul Brady après avoir terminé le dernier disque de Patrick Street et participé à une re-formation provisoire des Sweeney's Men !

A bientôt Andy !


link


Partager cet article

Repost0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 22:03
Quand des musiciens irlandais et écossais se retrouvent, ils ont parfois envie de faire un "jam", une session, c'est à dire de faire de la musique ensembles.
Dans ce genre de soirée, on sait où ça commence mais rarement quand ça se termine.

Ici, la belle Shraron Shannon qui est une des reine de l'accordéon en Irlande a invité un plateau des relevé de musiciens celtes.
L'Ecossais Phil Cunningham (ex. Silly Wizard) est un des maîtres de l'accordéon à touches (piano-accordeon).Après avoir tourné avec son frère Johnny Cunningham et participé à de nombreuses productions il a formé un solide duo avec le violoniste Aly Bain (du groupe Boys of the Lough).
Jim Murray est un jeune et talentueux guitariste qui accompagne Sharon Shannon depuis de nombreuses années.
Michael Mc Goldrick (le flûtiste virtuose de Capercaillie) est ici au low whistle...

D'abord quelques reels :



...avec eux, il y a aussi Gerry O'Connor au banjo (membre de "Four Men and a Dog") et Jerry Douglas au dobro (il s'agit d'un instrument hybride entre la guitare et le banjo), Russ Baremberg à la mandoline.Et pour rythmer le tout, James Macintosh aux percussions et Todd Parks à la basse.
Excusez du peu !

Pour ceux qui préfèrent les  gigues...


Si quelqu'un connaît l'adresse de ce pub...

Partager cet article

Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:24
Autre instrument assez courant dans la musique irlandaise, le concertina.

Ces curieux petits accordéons ont une sonorité particulière.
Instruments à vent et à anches libres. Des boutons sont disposés de part et d'autre du soufflet.
Ces boutons ont généralement une sonorité différente selon qu'on les pousse ou qu'on les tire.

Un peu moins répandus que les accordéons, les concertinas ont cependant fait de nombreux émules depuis des dizaines d'années.



J'ai découvert Noell Hill sur un disque de Planxty au début des années '80.
J'ai ensuite acheté son cd "The irish Concertina" pour mieux l'apprécier.
Ce disque reste un classique pour tous les amateurs du genre.
Bien mis en valeur par les accompagnements de Peadar O' Riada au piano, les airs traditionnels sont interprétés de façon magistrale par Noel Hill.

Le voici en solo dans un show télévisé de la télévision irlandaise.



La génération suivante a donné naissance à d'autres solistes tout aussi talentueux.
Niall Vallely est issu d'une famille de musiciens.


Son frère est d'allieurs très connu également puisqu'il s'agit de Cillian Vallely le piper du groupe Lunasa.
Je ne possède pas d'album solo de Niall Vallely mais j'ai peu apprécier son talent en écoutant les disques du groupe Nomos, un autre band très réputé de la scène irlandaise.
Niall Vallely est un excellent musicien.



La nouvelle génération n'est pas en reste puisque que la toute jeune Edel Fox est également une virtuose de cet instrument.



Edel est souvent en compagnie du violoniste Ronan O' Flaherty avec lequel elle pratique la musique trad.depuis des années.
Je les ai découvert sur le cd "Edel Fox & Ronan O' Flaherty" paru en 2006.
Accompagnés par Michael Mc Cague (bouzouki et guitare) et Brian McGrath (claviers) nos deux jeunes musiciens ont revisité toute une série d'airs et de danses traditionnelles.
Un disque à la fois dynamique et plein de nuances.




Partager cet article

Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 22:16
Moving Hearts  (2) car je vous avais déjà parlé une première fois de ce groupe et également  parce qu'il s'agit d'une re-formation.
Leur dernier disque "The Storm" datait de 1985 et le groupe avait encore tourné jusqu'en 1987 pour une séparation que l'on pensait définitive.
Fin 2007, ils décident donc de reformer Moving Hearts en donnant une série de concerts au célèbre "Vicar Street" de Dublin.

  moving1.jpg

Bien sûr, les reformations sont dans l'air du temps et l'aspect mercantile n'est pas à dédaigner.
Mais au delà de ça, il y a tout le côté nostalgique des fans des années '80 qui sont tout heureux de revoir et de ré-entendre leur groupe favori.
Puis il y a aussi l'intérêt d'un public plus jeune qui n'était pas né à l'époque et qui est tout heureux de découvrir des groupes que leurs aînés avaient présentés comme "mythiques".
Pour les mêmes raisons, j'avais été très heureux de la reformation de "Planxty" en 2004.

Ainsi donc, Donal Lunny, Matt Kelleghan, Eoghan O' Neill, Noël Eccles, Keith Donald et Davy Spillane sont remontés sur scène pour notre plus grand bonheur.
Antony Drennan (guitare électrique), Graham Henderson (claviers) et Kevin Glackin (fiddle sont venus les renforcer.

link

Moving Hearts était au départ une formation jazz-rock avec l'une ou l'autre passerelles vers la musique traditionnelle.
L'originalité était l'incorporation du saxophone couplée aux notes d'uilleann pipe.
Christy Moore puis Mick Hanly se relayèrent comme chanteurs au début des années '80.
Des chansons d'auteurs qui étaient parfois engagées (Hiroshima, Nagasaki; Remember the braves one ou Allende).
En 1985, Moving Hearts change d'orientation avec l'album "The Storm" uniquement instrumental et qui est une fusion folk-jazz-rock.
Et ce disque va remporter un succès énorme à l'époque.
Un enregistrement dans lequel chaque musicien (il faut encore citer Declan Masterson l'autre "piper" et le guitariste Greg Boland) donne la pleine mesure de son talent.
Chaque morceau superbement arrangé par Donal Lunny, Eoghan O'Neill ou Davy Spillane qui sont des musiciens fabuleux.

Les concerts de 2007 ont été conçus dans le même esprit que le cd "The Storm" avec en plus quelques titres des albums précédents comme "Category" ou" The Lake of Shadow".

Les années ont passé mais n'ont eu aucune emprise sur le talent de ces musiciens hors pair.
Ce Moving Hearts 2007 est un très grand crû !

link



Partager cet article

Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 22:24
Christy Moore est une figure emblématique de la musique irlandaise.

Plongé très tôt dans la musique puisqu'il reçoit ses premières leçons de piano alors qu'il n'a pas encore 10 ans.
Il se met à chanter en 1964 et enregistre son premier album "Paddy on the road" en 1969.
Depuis lors il n'a pas arrêté de chanter et d'enregistrer des disques (une trentaine, sans compter les compilations et les collaborations).

moore8.jpg

Je l'ai découvert avec le groupe Planxty (6 albums) puis avec Moving Hearts (2 albums) avant de m'intéresser à sa carrière solo.
J'aime beaucoup sa voix grave (même si son accent n'est pas toujours facile à comprendre) et sa façon de chanter très dynamique.
Bon guitariste, Christy est aussi un excellent joueur de bodhran et se débrouille également aux claviers.


Au hasard de ses concerts et de ses expériences musicales, Christy rencontre Donal Lunny puis Liam O'Flynn et Andy Irvine.
Avec eux, il va enregistrer son deuxième album "Prosperus".
Ensuite, ce joyeux quatuor décide de former un groupe de folk irlandais.
Planxty enregistre donc son premier disque en 1972.


moore9.jpg
Et Planxty va devenir un des plus grand groupe irlandais des années 70' et 80'.
Le brillant uilleann pipe de Liam, le bouzouki de Donal, la mandoline d'Andy et la guitare de Christy, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de ce band un super groupe dont la réputation allait bien vite dépasser les frontières de L'Irlande.
L'originalité aussi était qu'il y avait deux chanteurs puisque Andy et Christy alternaient les chansons lentes ou rapides chacun avec sa voix et sa personnalité.
Une série titres comme "The well below the valley" ou "Cold blow and the rainy nigt" avaient été autant de succès de Christy durant cette période.

Après trois disques avec Planxty, Christy Moore va enregistrer pas moins de cinq albums de chansons jusqu'en 1978.
Je n'en connais qu'un seul "Live in Dublin" mais il est vraiment très bon.

moore3.jpg
Donal Lunny (guitare et bouzouki) et Jimmy Faukner (guitare & slide guitare) sont avec lui pour ce disque enregistré en plein air.
Trois guitares pour soutenir des chansons dont certaines sont de ptits bijoux comme "Little Mother", "The crack was ninety in the isle of Man" ou le traditionnel "Balck is the colour of my true love's hair".
Je garde un excellent souvenir de ce disque qui reste pour moi un des meilleur de Christy.

Retour à Planxty avec l'album "After the break" en 1979.
Durant les premières années du groupe, d'autres musiciens comme le guitariste Paul Brady ou le joueur de bouzouki Johnny Moynihan avaient fait partie de Planxty.
Cette fois, c'est au tour du flûtiste Matt Molloy (ex.Bothy Band) de venir renforcer le groupe.
Mêmes recettes que pour les albums précédents avec des titres inoubliables comme "The goog ship Kangaroo" ou "The pursuit of farmer Michael Hayes" chantées par Christy.

moore2.jpg

En 1980, sortie du cd "The woman I loved so well" toujours avec Matt Molloy, plus Bill Whelan (claviers) et quelques autres.
Un autre terrible disque du groupe dans lequel Christy se charge de titres plus lents comme "True love knows no season" ou "Little Musgrave".

Ensuite, changement radical de style avec le groupe "Moving Hearts".
Ici, il n'est plus question de folk irlandais mais bien de chansons rock.
Premier disque en 1981 pour le guitariste Declan Sinnott, le batteur Brian Calnan, le bassiste Eoghan O'Neill. Donal Lunny les rejoint aux synthés et teste un bouzouki électrique. Avec eux le saxophoniste virtuose Keith Donald et un tout jeune piper, Davy Spillane.
Christy Moore chante et joue de la guitare acoustique et du bodhran.
Le moins qu'on puisse dire c'est que ça déménage !
Superbes intrumentaux avec des dialogues fous entre le sax et l'uilleann pipe.
Des chansons "musclées" comme "Hiroshima Nagasaki Russian Roulette" ou "Before the deluge" ou encore "No time for love" dans lequel Keith Donald y va d'un extraordinaire solo.

Deuxième opus en 1982 avec "Dark end of the street". Même groupe sauf Matt Kelleghan qui a remplacé Brian Calnan à la batterie.
Avec les Hearts, Christy Moore me donne l'impression de chanter de façon plus "sonore" et plus aigüe que dans ses autres enregistrements.
Ici aussi des  titres que j'ai adoré comme "Remember the braves one" (sur le débarquement) ou "Allende" (chanson engagée à propos du Chili).
Dark end of the street est un superbe album.

En 1983, Moving Hearts sortira un troisième disque "Live Hearts" mais avec un nouveau chanteur : Mick Hanly.
Et en 1985, le groupe changera de concept musical en enregistrant un cd folk-rock "The Storm" uniquement instrumental.

moore5.jpg

"Words and Music " qui est le dernier disque de Planxty parait en 1983.
Toujours notre quatuor magique plus quelques invités comme Bill Whelan, Eoghan O'Neill, James kelly et Nollaig Casey.
Deux nouveaux titres pour Christy, "Lord Baker" et "I pity the poor immigrant" (une chanson de Dylan) les autres étant chantés par Andy Irvine.

De 1983 à 1987, Christy va de nouveau enregistrer cinq disques en solo.



En 1985 parait un autre de mes albums préférés "Ordinary Man".
En plus de ses amis de Planxty d'autres musiciens comme le guitariste Arty McGlynn et la chanteuse Enya viennent lui prêter main forte sur ce disque.
Vraiment des titres que j'adore comme "The reel in the flickering light", "the diamondtina drover", "Quiet desesperation" ou encore "Blantyre explosion" qui relate une catastrophe dans une mine. Douze titres d'une égale beauté avec bien sur le fameux "Ordinary Man" où les guitares sont fantastiques








moore1.jpgAutre disque en 1989 "Voyage".
Declan Sinnott et Donal Lunny sont les principaux musiciens de ce disque sur lequel il y a une série d'invités comme Sinead O'Connor, Mandy Murphy, Paul Moran...
Des orchestrations plus électriques avec quelques titres remarquables comme "Mystic Lipstick" "The night visit" ou "Missing you".

"Smoke and strond whiskey " sort en 1991.
Puis "king Puck" en 1993.
Autre disque, autre sonorité avec des musiciens comme Jimmy Faulkner (guitares) ou la violoniste Maire Breathnach.
Il y a dans cette album une belle reprise de "Before the deluge" et des titres intéressants comme "Lawless".



Jusqu'en 2002, encore cinq albums mais que je ne connais pas.

Puis en 2004, grosse surprise pour moi en découvrant "Planxty live 2004" ;
Je vous parle de cette reformation provisoire dans un post précédent.


En 2005, Christy s'associe de nouveau au guitariste Declan Sinnott qu'il avait bien connu dans Moving Hearts.
Declan joue toute une série de guitares (acoustiques, électriques, slides, basses) plus de la mandoline et des claviers démontrant qu'il est lui aussi un accompagnateur pridigieux.
Leur cd "Burning times" est à la fois très homogène et bien agréable à écouter.


moore7.jpg

En 2006, Christy Moore décidément infatiguable a encore enregistré un disque "Live at the Point 2006" (que je ne connais malheureusement pas).
Vous l'aurez compris, Christy Moore est un de mes artistes préférés !



 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 22:15
Une

Pourquoi vouloir parler d’un disque qui (bien qu’il n’ait pas pris une ride) est tout de même sorti en 1985 
?

Simplement parce qu’il est extra-ordinaire !


Cette fois sans le chanteur Christy Moore et le guitariste Declan Sinnot, ce quatrième album du groupe est peut-être le meilleur.

 

 

 

D’une coloration plus folk et plus traditionnelle que les précédents. En fait un très bon compromis entre le folk et le rock.





 


 



 


 


 

moving2.gif

 

C’est sûr qu’avec des musiciens comme Davy Spillane (uileann pipes, low whistle) Donal Lunny (bouzouki, bodhran, synthés) , Eoghan O’Neill (basses) soit trois « pointures de la musique irlandaise, ce groupe ne pouvait qu’être bon.


Bien secondés par le saxophoniste virtuose Keith Donald, Declan Masterson
 ( uilleann pipes),


Matt kelleghan (batterie) et Noël Eccles aux percussions ils avaient du répondant.

 

Que ce soit des airs traditionnels ou de compositions, ce qui frappe le plus quand on écoute Moving Hearts, c’est la qualité des arrangements.


Ceux-ci mettent tellement bien en valeur des mélodies superbes interprétées par des solistes de haut vol.


Donal Lunny n’est bien sûr pas étranger à cela lui qui est passé maître dans l’art de doser les accompagnements jouant toujours les notes qu’il faut là où il les faut.


Comment ne pas aimer aussi les dialogues subtils et animés entre pipes et sax que l’on entend tout au long de ce cd ?

 

 

Non vraiment on ne se lasse pas d’écouter les huit morceaux (qui sont en fait 14 !) de cet album fabuleux.


Bien entendu tous les membres de ce groupe ont continué à faire une belle carrière sur la scène irlandaise et même internationale mais quel dommage qu’ils se soient séparés !

 

Ce disque fût pour moi une étape clé dans la découverte de la musique irlandaise.

 

Avec « Alan Stivell à l’Olympia » cet album est celui qui m’a le plus marqué dans ma passion pour la musique Celtique.

Ici une version "2007" de "May mornig dew" qui se trouvait sur l'album The Storm.
Davy Spillane y est fantastique au low whistle !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Les albums de ma jeunesse (22) Andy M. Stewart & Manus Lunny : At it again
    Cette fois un mélange de musiques écossaises et irlandaises avec ce vinyle qui date de 1990 et qui sera un de mes derniers car un an plus tard je passais au format cd. Un duo donc entre le guitariste et joueur de bouzouki Manus Lunny et le chanteur écossais...
  • Les albums de ma jeunesse (21) : Andy Irvine & Paul Brady
    Dans la continuité de mes découvertes à retardement depuis le groupe Planxty (1985) je m'étais efforcé de me procurer tous les albums manquants à ma collection. J'ai donc trouvé (chez Green Linnet, USA) ce disque enregistré par Paul Brady et Andy Irvine...
  • Les albums de ma jeunesse (20) Kevin Burke & Micheal O' Domhnaill : Promenade
    J'avais déjà chroniqué deux fois ce duo mais je voulais y revenir dans cette série de LP qui ont marqué la fin de ma jeunesse. Ici on se retrouve fin des années '80 ou début des années '90 suite aux découvertes de 1985 à la Fnac de Bruxelles. J'avais...
  • Les albums de ma jeunesse (19) Christy Moore : Ordinary Man
    C'est à la Fnac (mais cette fois à Liège) que j'ai acheté ce vinyle fin des années '80. J'avais découvert Christy Moore quelques années plus tôt avec le groupe Planxty et j'avais directement aimé ce chanteur. Après la séparation de Planxty, Christy avait...
  • Les albums de ma jeunesse (18) : Stockton's Wing "Light in the Western Sky"
    C'est durant les années '80 que j'ai découvert les Stockton's Wing en achetant ce vinyle. Paru en 1982 "Light in the Western Sky" était déjà le troisième opus de ce groupe. Originaires de Ennis dans le Conté de Clare, Paul Roche (flûte & whistles), Kieran...
  • MoïRa : Sortie de "A New Age"
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson ... En janvier de cette année je vous avais présenté la chanteuse...
  • Les albums de ma jeunesse (17) : Patrick Street
    Tout comme Silly Wizard, J'ai découvert "Patrick Street" au tout début des années '90 dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Les Américains faisaient de beaux efforts de marketing en y présentant les groupes avec les noms des musiciens, le type...
  • Les albums de ma jeunesse (16) : Silly Wizard "A glint of silver"
    C'est seulement au tout début des années '90 que j'ai découvert ce groupe écossais via ce trente-trois tours commandé chez Green Linnet aux U.S.A. A l'époque j'avais déjà plus de trente ans mais je considère tout de même ce disque comme un album de ma...
  • Les albums de ma jeunesse (15) : Fairport Convention "Liege and Lief"
    En 1977, Alan Stivell sort "Raok Dilestra" un disque consacré à l'Histoire de la Bretagne. Il est accompagné par de nombreux musiciens sur ce disque. Cependant deux titres "Gwrizad Diffenet" (Racines interdites) et "Naw Breton Ba' Prizon" (Neuf bretons...
  • Les albums de ma jeunesse (14) Moving Hearts "The Storm"
    Troisième album acheté à la Fnac en 1985 avec ce 33 tours des Moving Hearts. Ici aussi j'avais pris le train en marche car il s'agissait déjà du quatrième opus de ce groupe. En effet en 1981 Donal Lunny et Christy Moore (alors membres de Planxty) avaient...