Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 08:02

J'avais autrefois fait un article à propos de Carlos Nunez dans lequel je parlais de son disque "Un Galicien en Bretagne" sorti en 2003.

Pour cet enregistement, Carlos Nunez avait invité quelques "pointures" de la musique Bretonne comme Alan Stivell, Dan Ar Braz, Gilles Servat et Patrick Molard.

Un magnifique album vraiment intéressant de bout en bout  où Carlos nous faisait une fois de plus admirer toute sa virtuosité.

Maître de la gaita (cornemuse de Galice) et de la flûte à bec, Carlos était entouré de ses musiciens habituels.

Ube solide équipe composée de Paloma Trigas et Sara Pérez (violons), José Vera (basse), Pancho Alvarez (bouzouki) et Xurxo Nunez (percussions, claviers, guitares) des musiciens très efficaces qui épaulent Carlos Nunez de façon magistrale.

 

Tous les titres de ce cd sont excellents et la chanson que je préfère est "Yann Derrien".

Chanson inspirée par la gwerz (récit) Yann Derrien qui raconte l'histoire d'un Breton qui part en pélérinage

à Saint-Jacques de Compostelle (en Galice).

Traduite en galicien par Castelao (écrivain qui étudiait les similitudes entre les calvaires galicien et bretons).

Les paroles de ce traditionnel ont été adaptées par Gilles Servat et Carlos Nunez.

La musique elle est une composition de Carlos et Xurxo Nunez.

 

Carlos Nunez a choisi Eimear Quinn pour l'interpréter.

 

eimear1

 

Cette chanteuse irlandaise à la voix haut perchée avait fait partie du groupe Anuna.

Anuna est une chorale spécialisée dans les chants irlandais du Moyen-Age.

Cette chorale s'est fait connaître mondialement grâce à ses participations au show "Riverdance".

 

Plus tard, en 1996, Eimear Quinn sera choisie pour représenter l'Irlande au concours de l'Eurovision.

La même année, Dan Ar Braz et une formation réduite de l'Héritage des Celtes représentaient la France avec le titre "Diwanit Bugale".

Deux groupes celtiques à l'Eurovision, du jamais vu !

 

Dan Ar Braz se positionna à la mi-classement de ce concours, tandis qu'Eimear Quinn remporta la première place avec la chanson "The Voice".

Entourée de musiciens Irlandais, Eimear Quinn offrait à l'Europe entière une magnifique chanson.

link

 

 

Carlos Nunez à l'habitude d'enregistrer ses disques en plusieurs langues.

Il a donc demandé à Eimear Quinn de chanter en français pour le disque distribué en France.

Vous pouvez l'écouter et lire les paroles en cliquant sur le lien ci-dessous.

link

 

...Long si long est le chemin qui mène à Compostelle,

   Sept sortes de langages il te faudra parler.

   Onze sortes de démons aux morsures mortelles,

   Tu devras rencontrer avant d'y arriver...

 

 

Par contre, Eimear Quinn la chante en Anglais sur le cd distribué en Espagne.

Voici la version live.

 

 

Je ne me lasse pas d'écouter cette voix pleine de douceur...et vous ?
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:26

Petit détour par la Belgique qui compte elle aussi de nombreux musiciens folk.

 

Au travers de mes articles, j'en avais déjà évoqué quelques uns comme les membres des groupes

Irish Feel  et  Snakes in Exile  , comme les frères Hirsch ( Hammered Dulcimer ) ou encore le terrible

guitariste Jacques Stotzem .

Tant en Flandre (Orion, Lais...) qu'en Wallonie (Mac Rahl, Viridel, Urban Trad...) de nombreux groupes s'intéressent à la musique folk et explorent des horizons musicaux très variés.

Musiques traditionnelles et compositions diverses au confluent de multiples influences européennes et celtiques.

Un répertoire très vaste et une interprétation parfois teintée de jazz, de rock ou de musique classique.

 

  laloy1

Didier Laloy est un musicien incontournable du paysage folk en Belgique.

Il apprend l'accordéon diatonique à l'âge de 13 ans avec comme professeurs  Bruno le Tron,  Mac Perrone et Jean-Pierre Yvert.

Didier va très rapidement devenir un virtuose de cet instrument.

Il va s'intéresser à divers genres musicaux comme le folk, le rock et le jazz en imposant son style très

énergique.

A noter qu'il joue principalement en se tenant debout.

 

Didier Laloy va collaborer avec de nombreux musiciens comme Marc Malempré, Jacques Pirard, Pirly Zurstrassen...

Autant de rencontres qui lui feront découvrir de nombreux univers musicaux dans lesquels il puisera l'inspiration pour ses propres compositions.

 

Accompagnateur de chanteurs comme Marka, Perry Rose...Didier fera aussi partie de nombreux groupes.

 

laloy2

 

Au début des années '90, le saxophoniste-flûtiste Steve  Houben (qui est un muscien de jazz très réputé) décide de former le groupe Panta Rhei.

Cet ensemble musical s'intéresse à toutes les musiques traditionnelles d'Europe.

Donc des airs bretons qui succèdent par exemple à de la musique suédoise ou roumaine.

 

 

Le tout interprété de façon magistrale par des musiciens issus du jazz, du folk ou de la musique classique.

Didier Laloy y mélange les sonorités de son accordéon à celles du violoncelle ou du saxophone.

Un groupe étonnant.

laloy4

 

En 1995, il compose pour le groupe Garam Masala (musiques métissées) puis forme Trio Trad avec les deux violonistes Aurélie Dorzée et Luc Pilartz.

Le répertoire de Trio Trad est également très vaste et inspiré par de nombreux folkores européens.

 

Perry Rose est un chanteur Belgo-Irlandais qui compose dans un style folk-rock et se produit en Belgique et dans les pays voisins depuis une vingtaine d'années.

Parfois, Trio Trad fait des concerts avec Perry Rose et dans ce cas, ils font carrément de la musique

irlandaise.

 

 

Au début des années 2000, le flûtiste Yves Barbieux crée le groupe Urban Trad et demande à Didier Laloy d'en faire partie.

Ce groupe représentera la Belgique à l'Eurovision 2003 et sera classé deuxième avec sa chanson

"Sanomi " écrite dans une langue imaginaire.

 

En 2004, "Didier Laloy invite..." sera le titre d'un spectacle où notre surdoué s'entoure des 27 musiciens

avec lesquels il a collaboré depuis ses débuts.

Un spectacle haut en couleurs qui fera l'objet d'un dvd.

 

Et depuis, Didier continue ses collaborations multiples pour notre plus grand bonheur.

J'ai eu l'occasion de le voir sur scène en 2007 avec Trio Trad et Pery Rose, c'était vraiment super !

Il faut dire que Luc Pilartz (qui joue aussi de la cornemuse) et Aurélie Dorzée sont de terribles violonistes.

Que Pery Rose (chant, guitare et bodhran) est quelqu'un de très attachant et qu'avec notre ami Didier,

ils forment un quatuor qui n'a rien à envier aux groupes irlandais.

 

laloy3

             Aurélie - Didier - Perry - Luc

Alors, si en Belgique ou allieurs, vous avez l'occasion de voir Didier Laloy, ne vous en privez pas.

 

 

Enfin en guise de lien avec mon article précédent, voici une vidéo extraite de Didier Laloy invite

et l'invité n'est autre que Gabriel Yacoub.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 19:55

Oui, cette fois quelques images du présent puisque Gabriel Yacoub a eu la bonne idée de reformer le groupe Malicorne le temps d'un concert le 15 juillet 2010.

C'était dans le cadre des Francofolies de La Rochelle où pour une soirée unique, Marie Sauvet (ex.Marie Yacoub), Laurent Vercambre, Hughes de Courson et Olivier Zdrzalik-Kowalski sont venus rejoindre Gabriel sur scène pour faire revivre le répertoire de Malicorne.

 

Je n'ai malheureusement pas assisté à cette soirée mais d'après tout ce que j'ai lu à ce sujet, ce fut quelque chose de mémorable et de grandiose.

Pas vraiment étonnant lorsque d'une part on connaît le talent de ces interprètes et que d'autre part, on imagine toute l'émotion et toute la nostalgie véhiculée par les très nombreux fans présents ce soir là.

 

 

En même temps que les disques d'Alan Stivell, ce sont bien entendu ceux de Malicorne qui ont fait naître en moi cette passion pour la musique celtique et le folk en général.

Il y avait d'ailleurs des liens évidents entre les deux puisque Gabriel et Marie Yacoub avaient travaillé avec Stivell.

Que Dan Ar Braz et Michel Santangeli ont enregistré avec Malicorne.

Et que René Werneer (ex.violoniste d'Alan) a fait une série de concerts avec Malicorne lorsqu'il remplaça provisoirement Laurent Vercambre.

 

Gabriel Yacoub avait cependant quitté Alan Stivell car il préférait se consacrer aux chansons traditionnelles de France.

Dans un premier temps, Malicorne avait des sonorités plus acoustiques que celles d'Alan Stivell.

Ce fut pour moi l'occasion de découvrir des instruments comme la vielle à roue, le cromorne ou le nyckelharpa.

 

mali2

Laurent Vercambre - Hughes de Courson - Marie Yacoub - Gabriel Yacoub - Olivier Zdrzalik-Kowalski

 

Les deux derniers albums enregistrés dans les années '80 étaient nettement plus électriques.

La composition du groupe était assez différente aussi avec les arrivées successives de Brian Gullan (flûtes baroques), Jean-Pierre Arnoux (batterie), Patrick Le Mercier (guitare électrique, violon) et Michel Le Cam (violon, mandoline).

 

Ce qui par contre est resté une constante au fil des années c'est l'extraordinaire qualité des arrangements vocaux.

Comme pour le groupe Tri Yann, une véritable marque de fabrique tant les membres de Malicorne ont toujours soigné leur interprétation vocale.

Harmonies, polyphonies, chants en canon, à capella...tout un registre mettant en valeur des voix magnifiques, parfaitement complémentaires.

 

Que de richesse aussi dans leurs musiques parfois traditionnelles ou médiévales mais également très modernes et rythmées.

Malicorne était vraiment un groupe unique dans le paysage du folk français.

 

Grande déception donc de ma part quand j'ai appris leur séparation en 1988.

 

Déception cependant aténuée par le fait que j'ai continué à suivre la carrière de Gabriel Yacoub.

Lui dont la voix si particilière  m'enchantait déjà sur les premiers disques d'Alan Stivell et qui n'a jamais cessé de me plaire à travers ses nouvelles chansons. 

 

mali1

                         Gabriel Yacoub-Hughes de Courson-Marie Yacoub-Laurent Vercambre-Olivier Zdrzalik

 

Je connais moins bien la carrière des autres membres du groupe.

 

Hughes de Courson (qui a une belle voix grave) avait démarré sa carrière dans la chanson Française.

Multi-instrumentiste, il allait être recruté par Gabriel pour former Malicorne en 1974.

Parrallèlement à cela, Hughes de Courson était déjà producteur dans les années '70.

Il a continué cette activité après la séparation du groupe.

Très attiré par les mélanges ethniques et les expériences diverses, il est à l'origine de créations musicales comme "O' Stravaganza" (qui mélange la musique irlandaise à celle de Vivaldi) ou comme "Mozart l'Egyptien" qui est on ne peut plus novateur.

 

Laurent Vercambre a fait partie d'un autre groupe folk : La Confrérie des Fous.

Il joue à présent dans un quatuor à cordes (qui était aussi présent à La Rochelle).

 

Le bassiste Olivier Zdrzalik-Kowalski fit aussi partie du groupe "Komintern", continua a collaborer avec Hughes de Courson et se lança également dans la chanson en signant plusieurs disques.

 

J'ignore si Marie Yacoub a continué un moment sa carrière artistique.

En 2005 il y a eu une compilation : "Marie de Malicorne" qui contient les chansons interprétées en solo par Marie.

Marie Yacoub (Sauvet) travaille à présent pour une grande maison de disques.

 

 

 

Que tous les quatre soient en tout cas remerciés chaudement d'avoir accepté cette reformation d'un soir.

J'espère de tout coeur qu'un dvd et un cd feront suite à cette magnifique réunion.

Je pense ne pas être le seul à attendre cela...

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 21:33

J'ai déjà consacré un article à Gabriel Yacoub   mais je viens de découvrir d'anciennes images sur You Tube.

Alors j'avais envie de vous les faire partager.

En effet, de telles vidéos sont assez rares et ne sauraient que plaire aux nostalgiques des années '70.

Alors, savourez !

 

 

D'abord une petite interview de Gabriel Yacoub en compagnie de René Werneer (ex.Stivell) qui avait un moment remplacé Laurent Vercambre au violon.

 

 

 

 

Gabriel Yacoub, Olivier Zdrzalik-Kowalski, Marie Yacoub et René Werneer.

 

 

 

Marie Yacoub (vielle à roue) , Laurent Vercambre (Nyckelharpa) et Hughes de Courson (piano).

 

 

 

Info récente :

Gabriel Yacoub a décidé de reformer Malicorne le temps d'un concert aux Francofolies 2010 à

La Rochelle.

 

link

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 23:40

Nouvelle petite "entorse" à la musique celtique, le jeudi 11 mars j'ai assisté à un concert de Jacques Stotzem.
Comme cela avait été le cas pour Guillaume Maupin , une nouvelle collaboration fructueuse entre la Médiathèque de Verviers et la maison des jeunes "Les Récollets".

stot1

Jacques Stotzem est un extraordinaire (le mot est faible !) guitariste.
Né à Verviers (Wallonie) en 1959 Jacques se met assez tardivement à la guitare.
Il avait déjà 16 ans quand il vit le guitariste américain Stefan Grossman à la télévision.
Ce fut pour lui une véritable révélation qui orienta toute sa vie.
A partir de ce jour, Jacques n'avait plus qu'une idée en tête, acheter une guitare et apprendre à en jouer.
Il décide donc d'apprendre seul en s'enfermant chez lui pendant des heures et des heures.
Il progresse très rapidement au point de devenir déjà professionnel à 19 ans !
Jacques étudie ensuite l'harmonie et va petit à petit créer son propre style très influencé par le "fingerpicking".stotzi2

Comme chez tous les guitaristes (droitiers), la main gauche est utilisée pour placer des accords sur le manche de l'instrument.
La main droite joue des notes sur les six cordes.
En "picking" les quatre doigts de la main droite jouent sur les trois cordes les plus aïgues, le pouce (indépendant) joue sur les trois cordes basses.
Jacques utilise des onglets en plastique au pouce, au majeur et à l'index de la main droite.
Lorqu'on écoute un guitariste qui fait du picking, on a parfois l'impression qu'ils sont plusieurs.


Une fois professionnel, Jacques Stotzem va enregistrer plusieurs vinyles et collaborer avec une série d'artistes de sa région (Smoky Mokes, Paul de Ré, Christiane Stefansky, Lush Life...) .

Repéré et soutenu par le producteur allemand Peter Finger (Acoustic Music Records), Jacques va pouvoir démarrer sa carrière internationale.
"Clear Night" le premier cd sous ce label, parait en 1991.
Plus tard, il va donner des concerts partout en Europe puis dans le monde et principalement en Asie (Chine, Japon, Taiwan).
Attiré par de nombreux genres musicaux (rock, jazz, blues, folk) Jacques invente aussi de nouvelles sonorités inspirées par ses nombreux voyages.

Grand moment d'émotion pour Jacques en 2006 quand la firme "Martin" (le plus célèbre fabriquant de guitares acoustiques aux U.S.A.) lui propose de créer un modèle à son nom !
Un modèle "Signature Stotzem" créé de A à Z par l'artiste lui-même.

Même s'il voyage énormément, Jacques Stotzem habite toujours à Verviers et est très attaché à cette région où il aime venir se resourcer.
Avec la complicité de Francis Géron, Jacques crée en 2005 le Festival International de la guitare à Verviers.
Depuis, de très nombreux guitaristes de talent (Philip Catherine, Steve Hackett, John Mayall, Andy Mc Kee...) se sont produits au "Spirit of 66".

stot3

Aux "Récollets", Jacques nous a proposé un programme musical varié.
Des extraits de son nouvel album "Catch The Spirit" ou il emprunte des compositions à quelques uns de ses "héros" comme Jimmy Hendrix, Neil Young ou Rory Gallagher et aussi des morceaux plus anciens.

J'ai un de ses cd et je l'avais déjà vu en concert il y a longtemps.
Mais j'ai vraiment été impressionné par sa dextérité, par la finesse de son jeu et par sa créativité.
C'est incroyable les sons qu'il arrive à tirer cet instrument.
Six cordes mais on se demande s'il n'y en a pas beaucoup plus tant la musique qu'il joue est dense.
Ses mains se promènent partout sur sa guitare, parfois avec des positions qu'on est pas habitué à voir chez d'autres guitaristes.
C'est fou la sonorité et la puissance de cet instrument... une simple guitare acoustique.
Jugez plutôt...



Le concert était en deux parties.
Depuis peu, Jacques Stotzem a décidé de former un duo avec la chanteuse Géraldine Jonet.

stotzi1

Jeune Liégeoise, Géraldine a une voix magnifique, puissante et teintée d'émotion.
Sur scène, elle vit à fond les notes de guitare.
Ils ont une terrible complicité et s'écoutent en ayant l'air de dialoguer.
Ils s'amusent sur scène en se donnant à fond.
Un spectacle total !
Inutile de dire que des concerts comme ça, on en redemande.


Alors, si vous aimez la guitare et si notre ami Jacques passe près de chez vous, ne le ratez sous aucun prétexte !
 





 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:21
J'avais découvert cette chanson sur l'album "Ordinary Man" de Christy Moore.
Bien que datant de 1985, ce disque est rempli de trésors comme "Quiet Desesperation", "Blanthyre Explosion", "The reel in the flickering light" ou bien sûr "Ordinary Man".

"THe diamondtina Drover" est une chanson de Hugh Mc Donald, un chanteur et compositeur Australien.
La version de Christy Moore avec les guitares d'Arty Mc Glynn, de Donal Lunny et de Christy himself m'a toujours parue particulièrement apaisante.
J'avoue que je la chante régulièrement moi aussi.
C'est le genre de truc à écouter le soir au coin du feu, c'est très relaxant...


Cette version est très différente de celle que son auteur Hugh Mc Donald avait enregistré en 1988.




Version plus rock mais que j'aime beaucoup également.

Et vous, laquelle préférez-vous ?

Si vous voulez lire les paroles, cliquez ici link

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 00:57
Ce 3 décembre dernier, j'ai assisté au show case de Guillaume Maupin.
Invité par la Médiathèque de Verviers, ce chanteur se produisait à la Maison des Jeunes des Récollets.

link

link

Centre Culturel bien connu de la région Verviétoise  (Wallonie), l'Enclos des Récollets est une petite salle très conviviale où on se sent plus invité que spectateur.
Une ambiance très chaleureuse où le public composé principalement de jeunes (mais aussi de moins jeunes) réserva un excellent accueil à Guillaume Maupin.

maup2

De nationalité Française, Guillaume Maupin (ou Mopein) s'est depuis tout jeune intéressé aux folk-singers Américains.
Son spectacle est fait de chansons entrecoupées de présentations où il nous explique l'origine de ces chansons et la manière dont elles sont chantées.
Guitariste de talent, Guillaume Maupin a une voix superbe et assez puissante.
Il a magnifiquement intégré la manière de chanter des chanteurs de folk des U.S.A. et son anglais est
très bon.

Guillaume souligne d'abord le fait que le folk est un genre musical très souple que chacun est libre d'interpréter à sa manière.
Pour exprimer de nombreux sentiments, amour, révolte, souffrances...la chanson folk a été mise à toutes les sauces. Et il y a autant de styles que d'interprètes.

Ses références musicales sont très nombreuses.
De Leadbelly (que des collecteurs de chansons avaient fait sortir de prison pour qu'il puisse de nouveau
chanter) à Bob Dylan en passant par Pete Seeger et Woody Guthrie.

Guillaume est d'ailleurs intarrisable à propos de Woody Guthrie.
Ce chanteur était issu d'une famille d'ouvriers qui travaillaient pour une compagnie pétrolière aux U.S.A.
Woody Guthrie racontait les conditions de vie de ces gens.
Ces populations qui avaient aussi dû lutter contre les nuages de poussières qui avaient fait de nombreuses victimes aux Etats-Unis.
Des chansons parfois faites sur quelques accords de guitare mais qui mettaient en relief des témoignages très réalistes sur la vie des travailleurs et les revendications de l'époque.

Woody Guthrie fut une figure de proue dont le style influença de nombreux autres chanteurs dans la suite dont Bob Dylan qui avait beaucoup d'admiration pour lui.

Le discours de Guillaume Maupin parle aussi de l'influence du Blues créé par les Noirs sur les origines de la chanson folk.

maup1

Il insiste aussi sur l'importance de la transmission orale dans cette musique.
Chaque chanteur a appris et repris de chansons en y ajoutant son interprétation personnelle.
Et ce, en fonction des ses aptitudes musicales ou de ses inspirations.
Ainsi, sur une même musique, certains ont écrit des choses fort différentes. Donnant à certaines chansons des colorations assez variées.
Guillaume nous chanta aussi en Français deux versions d'une même chant qui avait traversé l'Atlantique. Les différences sont parfois étonnantes et les exemples de ce type de chansons sont assez nombreux.

La population des Etats-Unis étant trés métissée, il est normal que la chanson folk se soit nourrie de
multiples influences.
Bien sûr la musique Celtique (à travers les Irlandais et les Ecossais) en est une des racines importante.
Mais d'autres colons Européens comme les Français, les Anglais ou les... Autrichiens lui ont apporté
un certain nombre d'héritages musicaux. Sans oublier les musiques Africaines et le Blues en particulier.

Enfin, dans son récital, Guillaume Maupin nous prouve qu'il a aussi beaucoup d'humour en nous chantant certaines de ses compositions plutôt amusantes.
Un musicien décidément très complet !
maupin                    Guillaume Maupin à Verviers (photo : Cédric Mordant)


Même si je connais beaucoup moins ce style musical (j'ai écouté autrefois quelques chansons de Woody Guthrie) j'ai vraiment fort apprécié le spectacle de Guillaume Maupin.
J'ai appris pas mal de choses et franchement bien aimé sa façon de chanter.

Un troubadour des temps modernes que je vous recommande chaudement !
S'il passe dans votre région, ne le ratez pas !


 link
 

  
 
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 23:21
Même si au départ, je ne suis pas trop friand des mélanges ethniques dans le domaine musical, je dois reconnaître qu'il y a des "mariages" qui sont plutôt réussis.
En surfant sur You Tube, j'ai découvert ces terribles joueurs de tambours du Japon.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir qu'ils avaient rencontré un certain Donal Lunny !

Rencontre improbable mais pourtant bien réelle entre le "gourou" de la musique Irlandaise et ces étonnants percussionnistes Japonais.

Dans les années '90, Donal avait composé le titre "Cavan Potholes" pour l'accordéoniste Sharon Shannon.
Voici donc une version insolite de ce morceau que se partagent les Kodo Drummers et le groupe Coolfin.

Avec Donal Lunny et Sharon Shannon, on reconnaîtra au passage le piper John McSherry, la violoniste
Nollaig Casey (qui était dans l'Héritage des Celtes) et le batteur "fou" Ray Fean (également dans l'Héritage).
Une performance de choix pour les Kodo Drummers qui se sont magnifiquement adaptés à la musique
d'Irlande.



Partager cet article
Repost0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 22:52
Quelques lignes pour présenter un groupe du Québec.
Aux 18 ème et 19 ème siècles de nombreux Européens ont migré vers les Etats Unis et le Canada à la recherche d'une situation économique plus favorable.
Tous ces gens ont importé une partie de leurs cultures, de leurs langues et de leurs musiques vers le "Nouveau Monde".
Si l'Anglais s'est peu à peu imposé dans le nord et l'Espagnol (ou le Portuguais) dans le sud de ce continent, le Français a tenu bon dans une petite partie du Canada, le Québec.

En chanson Française, de nombreux grands artistes québecois se sont fait apprécier chez nous depuis des décennies.

En musique folk, il y a aussi un certain nombre d'artistes dont la réputation à traversé l'Atlantique.
En France, "Mes Souliers Sont Rouges" est probablement le groupe le plus connu.
Ces musiciens de Normandie se sont beaucoup inspirés de folklore québecois dans leur répertoire.
Entre autre des chansons du groupe "La Bottine Souriante".



Fondé en 1976, la Bottine Souriante a toujours associé qualités musicales et bonne humeur.
Depuis toutes ces années, un nombre incroyable de musiciens se sont succédés dans ce band.
Des musiciens venus d' horizons les plus divers et jouant des instruments aussi variés que le trombone, la trompette, le violon, l'accordéon ou la flûte.



Comme musique, c'est vraiment très surprenant !
Un morceau démarre comme un reel irlandais avec accordéon et violon puis arrivent des cuivres qui font plus penser à du jazz ou de la musique latino.
La dessus, ils chantent en Français avec un terrible accent québecois.
des chansons traditionnelles qui ne sont jamais bien loin de nos chansons francophones.
Sur la compil "Anthologie", il y a d'ailleurs un titre "Le Rossignol sauvage" qui est, à peu de chose près, le même que la chanson "Rossignolet du bois" chantée par Gabriel Yacoub sur l'album "Pierre de Grenoble".
Autre caractéristique, l'orsqu'ils chantent, ils s'accompagnent souvent en tapant des pieds.

la Bottine Souriante, une musique folk teintée d'influences diverses qui ne laisse vraiment pas indifférent.

Un lien vers une chanson sur You Tube qui a eu la bonne idée de nous livrer les paroles...ça aide !
 

link
 
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 23:13

 

 

 

 

IL  ME RESTE UN VOYAGE A  FAIRE


Une prière en passant pour tous les voyageurs
Pour tous les pélerins et les marins-pêcheurs
Les routes de campagne et des tonnes d'acier
Qui tous les jours s'envolent et se posent à mes pieds.

Il y a un navire tout en bas dans la baie
L'ancre est déjà levée et il attend à quai.
J'ai aussi un charter pour toutes mes colères
Qui est prêt à partir pour le tour de la terre.

Il me reste un voyage à faire et puis un autre à défaire.
Et je m'endormirai sur les galets
Et je n' partirai plus jamais (bis).

Courir à en pleurer sans regarder derrière
Hurler comme un damné sur le bord de la mer
Suivre les vagabonds, revêtir leurs guenilles
Imiter leur sourire, attendre le matin.

ll me reste un voyage à faire et puis un autre à défaire
Et je m'endormirai sur les galets
Et je n' partirai plus jamais (ter).

yacoub1.jpg

Cette chanson est ma préférée de Gabriel Yacoub.
Elle était sur "Les Cathédrales de l'Industrie" leur dernier album sorti en 1986.
Gabriel a écrit beaucoup de très jolies chanson mais celle-là (tout comme "Je resterai ici") a vraiment quelque chose de particulier.

Au début des années '70 quand j'ai découvert Alan Stivell, j'avais été sous le charme de ce musicien et choriste qui avait vraiment une voix spéciale.
J'avais donc été déçu d'apprendre qu'il avait quitté Alan après l'album "Chemins de terre".
Heureusement, un copain m'a alors parlé du groupe Malicorne...

Né d'un père Libanais et d'une mère Française, Gabriel Yacoub s'est très tôt intéressé au chant et à la musique traditionnelle.
Après l'expérience Stivell cet excellent musicien (guitare, banjo,dulcimer...) s'est intéressé au folk français.
D'abord un premier enregistrement "Pierre de Grenoble" avec sa femme Marie Yacoub (chanteuse et joueuse de vielle) et des amis comme Dan Ar Braz, Alan Kloatr (bombarde) ou le violoniste Marc Rapilliard.
Un disque de musique traditionnelle aux sonorités électro-acoustiques.

yacoub5.jpg

Puis en 1974, la formation de Malicorne avec en plus de Marie, le violoniste Laurent Vercambre et le multi-instrumentiste et chanteur Hughes de Courson.
Une belle aventure qui va durer plus de douze ans.
Un peu moins électrique que Stivell, Malicorne revisite le répertoire traditionnel de France avec un mélange de sonorités modernes et médiévales.

 

 

Ce fut pour moi l'occasion de me familiariser à des instruments inhabituels comme la vielle à roue, le cromorne ou le nyckelharpa (sorte de violon avec un archet et des touches).
Quelques années plus tard, le bassiste Olivier Zdrzalik-Kowalski vient renforcer le groupe.
Durant ce laps de temps, Gabriel et ses amis produiront 9 albums originaux jusqu'à la séparation du groupe en 1987.

Ecouter Malicorne fut pour moi prépondérant dans mon apprentissage de la musique folk.
Car ici on ne peut pas vraiment parler de musique celtique puisque leur répertoire s'étend sur toutes les régions de France avec même certaines influences canadiennes.
Un fameux travail de collectage de la part de Gabriel et de ses complices pour resituer les chansons de leur contexte (voir entre autre les pochettes des disques "Almanach" et "Le tour de France d'A.Rousseau qui sont des réalisations magistrales).

Le groupe se lança peu à peu également dans les compositions.

Malicorne était aussi un groupe vocal. Un certain nombre de titres à capella mettent en valeurs leurs grandes qualités de chant ainsi que des arrangements très subtils.
Il faut dire que la voix haut perchée de Gabriel est teintée de beaucoup d'émotion.
Emotion qui est perceptible dans chacune de ses chansons.

yacoub4.jpg

Après la séparation du groupe, Gabriel va poursuivre sa carrière en solo.
Carrière qui prendra deux grandes directions.
D'une part la collaboration avec un nombre très important d'artistes folk venus de tous azimuts (Didier Laloy, Les Gargouilles, Alan Simon, Sylvie Berger...).
D'autre part il se lance dans la création de ses propres chansons.
Si son répertoire s'éloigne de la musique traditionnelle, il n'en est pas complètement détaché pour autant.

Comme il le dit dans la vidéo ci-dessous, la musique trad. ne lui permettait plus de s'exprimer complètement.
Les chansons de Gabriel ont un caractère très personnel tant au niveau des mots que des  musiques qui sont parfois surprenantes.
Au fil des disques, il y a une série de titres qui m'ont beaucoup marqués comme "Bon an mal an" ou "Les choses les plus simples" sur l'album "Bel".
Sur le cd "Quatre", "Le sel et le sucre" et "Ces dieux-là" sont incontournables.
De même "Rêve à-demi" sur le disque Babel qui mélange création et chanson traditionnelle est un titre que j'adore.

En 2003, Gabriel réunit 10 musiciens pour un concert au théatre de Cornouaille à Quimper.
Lui qui d'habitude aime tourner en petite formation avec Gilles Chabenat (vielle) et Yannick Hardouin (claviers-guitares) se lance dans une autre aventure.
Ce concert est une sorte de rétrospective de sa carrière solo avec aussi quelques titres de Malicorne.

yacoub3.jpg

Enregistement remaquable qui fera l'objet d'un double cd "Je vois venir" sorti en 2004.
Un disque à ne pas manquer pour tous les admirateurs de ce chanteur qui sort vraiment de l'ordinaire.
Un musicien qui m'enchante toujours autant qu'il y a...35 ans !




Et je m'endormirai sur les galets et je n'partirai plus jamais...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Les albums de ma jeunesse (25) Runrig : Play Gaelic
    C'est en août 1984 que j'ai découvert ce groupe originaire de l'île de Skye en Ecosse. Ce jour-là FR3 diffusait une émission qui couvrait le Festival Interceltique de Lorient. A l'époque je n'avais pas de magnétoscope et j'avais donc enregistré le son...
  • Les albums de ma jeunesse (24) Dick Gaughan & Andy Irvine : Parallel Lines
    Toujours à la recherche de disques d'Andy Irvine, j'avais découvert ce trente-trois tours dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Après une tournée en Allemagne en 1980 Andy Irvine et Dick Gaughan s'étaient retrouvés pour des enregistrements en compagnie...
  • Les albums de ma jeunesse (23) Davy Spillane : Atlantic Bridge
    Né à Dublin en 1959, Davy Spillane encouragé par son père se met à l'apprentissage de l'uilleann pipe dès l'âge de douze ans et ce parallèlement à l'étude du tin whistle (qui est un instrument de base par lequel passent de très nombreux jeunes musiciens)....
  • Les albums de ma jeunesse (22) Andy M. Stewart & Manus Lunny : At it again
    Cette fois un mélange de musiques écossaises et irlandaises avec ce vinyle qui date de 1990 et qui sera un de mes derniers car un an plus tard je passais au format cd. Un duo donc entre le guitariste et joueur de bouzouki Manus Lunny et le chanteur écossais...
  • Les albums de ma jeunesse (21) : Andy Irvine & Paul Brady
    Dans la continuité de mes découvertes à retardement depuis le groupe Planxty (1985) je m'étais efforcé de me procurer tous les albums manquants à ma collection. J'ai donc trouvé (chez Green Linnet, USA) ce disque enregistré par Paul Brady et Andy Irvine...
  • Les albums de ma jeunesse (20) Kevin Burke & Micheal O' Domhnaill : Promenade
    J'avais déjà chroniqué deux fois ce duo mais je voulais y revenir dans cette série de LP qui ont marqué la fin de ma jeunesse. Ici on se retrouve fin des années '80 ou début des années '90 suite aux découvertes de 1985 à la Fnac de Bruxelles. J'avais...
  • Les albums de ma jeunesse (19) Christy Moore : Ordinary Man
    C'est à la Fnac (mais cette fois à Liège) que j'ai acheté ce vinyle fin des années '80. J'avais découvert Christy Moore quelques années plus tôt avec le groupe Planxty et j'avais directement aimé ce chanteur. Après la séparation de Planxty, Christy avait...
  • Les albums de ma jeunesse (18) : Stockton's Wing "Light in the Western Sky"
    C'est durant les années '80 que j'ai découvert les Stockton's Wing en achetant ce vinyle. Paru en 1982 "Light in the Western Sky" était déjà le troisième opus de ce groupe. Originaires de Ennis dans le Conté de Clare, Paul Roche (flûte & whistles), Kieran...
  • MoïRa : Sortie de "A New Age"
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson ... En janvier de cette année je vous avais présenté la chanteuse...
  • Les albums de ma jeunesse (17) : Patrick Street
    Tout comme Silly Wizard, J'ai découvert "Patrick Street" au tout début des années '90 dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Les Américains faisaient de beaux efforts de marketing en y présentant les groupes avec les noms des musiciens, le type...