Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 06:15

Instrument créé à la fin du 19 ème siècle, la harpe-guitare (ou guitare-harpe) a été remise au goût du jour il y a environ trente ans.

 

harpeg1

 

Il s'agit d'une guitare à laquelle on a ajouté une quinzaine cordes.

Ces cordes ne sont pas parrallèles à celle de la guitare ni fixées au manche de celle-ci.

Les cordes supplémentaires sont attachées à un autre manche ou à un cadre.

Le plus souvent, il y a sur l'instrument une extension de la caisse de résonance.

 

Le musicien joue donc principalement sur les six cordes de la guitare et ajoute des sonorités diverses en pinçant les cordes flottantes de la "partie harpe" de l'instrument.

Les harpes-guitares ont en général vingt cordes, six pour la guitare classique, six pour les basses et huit aigues.

 

 

 

Les musiciens qui jouent de la harpe-guitare sont au départ tous des guitaristes.

 

harpeg7

 

Le Canadien Claude Laflamme raconte dans une interview que son apprentissage ne fut pas aisé et qu'il lui a fallu plus d'un an avant de pouvoir maîtriser cette harpe-guitare.

C'est à présent bien le cas et il a sorti il y a quelques années un cd "Hors d''oeuvre" dans lequel il démontre tout le potentiel de cet instrument.

 

Voici un exemple avec la reprise d'un morceau de Mike Oldfield (qui comme chacun sait à des origines irlandaises).

 

 

 

 

 

Autre interprète : Stephen Bennet.

 

harpeg5

 

Guitariste très connu qui remporté de nombreuses distinctions et a joué  partout dans le monde, Stephen Bennet est aussi un maître de la harpe-guitare.

Ce natif de l'Oregon a aussi créé le "Harp Guitar Gathering" un rassemblement qui réunit des musiciens, des amateurs de l'instrument, des luthiers, des musiciens débutants.

A ce jour, ce compositeur de grand talent a déjà enregistré de nombreux disques de guitare et de harpe-guitare.

 

 

 

 

 

 

 

Troisième interprète : Antoine Dufour.

 

harpeg6

 

Guitariste Québecois né en 1979, Antoine Dufour a débuté à l'âge de 15 ans.

Durant son apprentissage, Antoine a écouté de grands guitaristes comme Don Roos, Michael Hedges, Leo Kottke.

Professionnel depuis 2004, il a remporté plusieurs prix en "finger style" en 2005.

Depuis il a fait de nombreuses tournées au Canada, en Angleterre et aux U.S.A.

Il a déjà enregistré six albums avec ses propres compositions.

Depuis peu, Antoine Dufour s'est intéressé à la harpe-guitare.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aurez sans doute remarqué que les trois guitaristes précédents ne font pas de la musique Celtique.

Il s'agissait surtout de faire apprécier les possibilités de ce curieux instrument si bien mises en valeur par des virtuoses.

 

 

Yaouen, l'artiste suivant lui est tout à fait dans le domaine de la musique Celtique.

 

harpeg4

 

Durant son adolescence, il apprend la guitare.

C'est à cette époque qu'il découvre toutes sortes de musiques : le hard-rock, le rock, le folk puis le funk et encore le jazz.

Devenu professeur de guitare, compositeur et arrangeur Yaouen se sent progressivement attiré par la musique Celtique.

Les paysages, l'ambiance envoûtante de la Bretagne lui donnent l'envie de composer et aussi de chanter.

Il prend des cours de chants et rencontre des paroliers qui lui donnent l'envie d'écrire ses propores chansons.

C'est ainsi que vient l'idée du personnage Yaouen le marin Breton.

 

 

 

 

Peu après, il découvre alors la harpe-guitare et devient très vite "amoureux" de cet instrument.

Yaouen demande au luthier Cedric Verglas de lui fabriquer une harpe-guitare sur mesure.

Ensembles les deux hommes conçoivent une petite merveille de vingt cordes.

Six cordes pour la guitare, six basses accordées en fa-sol-la-si-do-ré et 8 aigues accordées en la-si-do-ré-mi-fa-sol-la.

la harpe-guitare permet donc à Yaouen de composer à troix voix et de donner libre cours à son imagination.

 

Début 2014, Yaouen a enregistré un cd "Entre Ciels et Terres".

Dans ce disque, Yaouen rend hommage à la Bretagne, aux Bretons et aux marins.

 

Pour plus d'infos : link

 

harpeg8

 

Au gré des vibrations de sa harpe-guitare, Yaouen exprime ses émotions internes et la beauté des paysages qui   l'entourent.

La vidéo ci-dessous est remarquable tant au niveau musical qu'au niveau des images qu'elle contient.

 

 

 

 

 

Laissons-nous emporter par ce vent celtique...

 

 

 

harpeg2

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 20:35

"Fallen on hard times" est le titre d'une chanson de Jethro Tull.

Un mythique groupe rock Anglais qui avait démarré à la fin des années '60.

 

jethro2

 

Un groupe dont le style au fil des années passa du rock progressif au folk rock puis au hard rock.

Rien à voir avec la musique celtique me direz-vous.

 

Lorsque j'avais une vingtaine d'années, en dehors du celtique, j'écoutais des groupes anglais et de la chanson française.

Déjà fort passionné par les flûtistes, je m'étais intéressé à Jethro Tull parce que leur leader, Ian Anderson

jouait de la flûte traversière, cela m'intriguait.

J'avais donc acheté quelques 33 tours à l'époque afin de découvrir comment la flûte pouvait se marier à ce type de musique.

Dans Jethro Tull, je n'aimais pas tout mais il y avait des morceaux qui me plaisaient beaucoup.

J'étais quand même assez sous le charme de Ian Anderson.

De formation classique, Ian en plus d'être un remarquable flûtiste joue de divers instruments.

Sa manière de chanter est assez spéciale et je trouve même que sur scène il a l'air un peu inquétant mais

quel musicien !

 

 

En 1982, Jethro Tull avait enregistré l'album "Broadsword and the Beast".

 

jethro1

 

Ian Anderson (chant, flûte, guitare acoustique) était entouré de Peter John Vettese (claviers, chants), Martin Barre (guitares acoustiques et électriques), Dave Pegg (basses, mandoline, chant), Gerry Convay (batterie, percussions).

j'ai toujours eu une préférence pour ce disque, peut-être parce que les morceaux y étaient plus structurés que dans les autres albums ?

 

Assez bizarrement, la chanson "Fallen on hard times" m'a toujours fait penser à de la musique celtique.

Est-ce le jeu des guitares, mandoline, flûte ? En tout cas, j'ai toujours adoré ce titre et j'avais envie de le partager sur ce blog.

J'espère que les puristes me pardonneront.

 

 

 

 

 

 

Fallen on hard times

Fallen on hard times --- but it feels good to know
that milk and honey's just around the bend.
Running on bad lines --- we'd better run as we go,
Tear up, tear up the overdraft again.

Oh, dear Prime Minister --- it's all such a mess.
Go right ahead and pull the rotten tooth.
Oh, Mr. President --- you've been put to the test.
Come clean, for once, and hit us with the truth.

Looking for sunshine --- oh but it's black and it's cold
Yet, you say that milk and honey's just round the bend.
Giving us a hard time, my friends
handing us the same line again.

Fallen on hard times --- and there's nowhere to hide
Now they've re-possessed the Rolls Royce and the mink.

Turning on the peace sign --- and it's back to the wood.
Soon there will be raised a holy stink.

Somebody wake me. I've been sleeping too long.
Oh, I don't have to take this lying down.
You can keep your promises. Shove `em where they belong.
Don't ask me to the party --- won't be around.

 

 

 

Merci à Ian Anderson

 

 

jethro3

 

 

n.b. si cette chanson vous donne envie de bouger ou même de danser, essayez de ne pas être sur les rotules !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 21:06

Une fois n'est pas coutume, j'ai été touché par une chanson que j'ai envie de partager avec vous même si elle n'a rien à voir avec la musique celtique.

 

Fin 2013, une campagne de sensibilisation a été menée sur le thème "Solid 'Air Mucoviscidose : Souffle court, grand talent ".

(La mucoviscidose, une maladie génétique qui touche les voies respiratoires et digestives).

Dans le cadre de cette campagnes, deux personnes atteintes de cette maladie ont décidé de créer une chanson pour décrire leur quotidien.

 

 

vanessa1

 

Vanessa Di Caterina-Casini avait autrefois chanté avec Scala & Kolacny Brothers.

Elle a une très belle voix à la fois puissante et pleine d'émotion.

C'est elle qui a écrit les paroles de "Prends ton envol".

Un texte rempli d'espoir et de courage, un message très positif.

 

 

 

Paroles de Prends ton envol

 

Je vous dirais qu'c'est pas toujours facile

Que bien souvent la tempête fait rage

Tu te réveilles le souffle court et fragile

Mais c'est ainsi que naît le courage

 

Je vous dirais qu’c'est malgré la douleur

Et l'impression parfois d'être en cage

Qu'est apparu en toi ce si grand cœur

Dont l'amour illumine ton visage

 

Alors tu te relèves

Et le sourire aux lèvres

Tu réalises tes rêves et ta force est nouvelle

Tu te battras plus fort

Et y croiras encore

Car ta vie vaut de l'or, fais en sorte qu'elle soit belle

 

Prends ton envol
Prends ton envol

 

Je vous dirais que quelques fois j'ai peur

Que mes pensées sont pleines de nuages

Tu lèves les yeux, aperçois une lueur

Et l'espoir te rend un peu plus sage

 

Je vous dirais que malgré les orages

Mon quotidien est rempli de joie

Et je poursuis le plus beau des voyages

Je vis ma vie et suis ma voie


Alors tu te relèves

Et le sourire aux lèvres

Tu réalises tes rêves et ta force est nouvelle

Tu te battras plus fort

Et y croiras encore

Car ta vie vaut de l'or, fais en sorte qu'elle soit belle

 

Prends ton envol
Prends ton envol

 

Alors je me réveille

Et là je m'émerveille

Je réalise mes rêves et ma force est nouvelle

Je me battrai plus fort

Et j'y croirai encore

Car ma vie vaut de l'or et je veux qu'elle soit belle

 

Je prends mon envol
Je prends mon envol

 

 

 

vanessa2

 

L'autre personne a composé la musique, il s'agit de Pierre-François Detongre qui est un claviériste connu dans la région de Namur (Belgique). 

Pierre-François Detrongre est un musicien très éclectique qui joue dans divers styles et qui a déjà participé a de nombreux projets.

Il fait aussi de la musique irlandaise avec le groupe Irish Feel  dont je vous avais parlé il y a quelques années.

Petit lien donc avec le celtique mais cette fois, ce n'est pas le plus important.

 

 

01312.jpg

 

 

Je vous laisse donc découvrir cette chanson très agréable à écouter et dont le cd-single est également en vente. Ecrire à l'adresse mail ci-dessous.

info@muco.be

 

link

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 20:33

 

Ce 11 octobre dernier,  le F.E.L. et le Centre Culturel de Dison avaient organisé une superbe soirée.

Un concert intitulé "Who knows where the time goes" qui réunissait la chanteuse folk Linde Nijland et le chanteur Iain Matthews.

Spectacle articulé en partie sur le répertoire de la chanteuse Anglaise Sandy Denny (du groupe Fairport Convention).

 

Il faut savoir que d'une part, Iain Matthews fut un des membres fondateurs de Fairport en 1967 et que d'autre part Linde Nijland a , depuis 2003, décidé de reprendre les chansons de Sandy Denny.

 

Sandy est donc leur premier point commun.

Le second à cause du fait que Linde est Hollandaise et que Iain vit depuis plusieurs années aux Pays-Bas.

 

Tôt ou tard, ces deux artistes devaient se rencontrer et de cette rencontre naquit l'idée de ce concert en commun.

"Who knows where the time goes" (titre d'une chanson de Sandy Denny) est donc une création musicale dont la première représentation fut...pour le Centre Culturel de Dison.

 

linde6 

 

Linde Nijland a déjà 15 ans de scène derrière elle.

Toute jeune, elle fut bercée par la musique de Fairport Convention car son père était un fan de ce groupe.

La voix de Sandy Denny (qui chantait aussi en solo) fut pour Linde comme une révélation.

Très jeune, Linde se mit donc à écrire ses propres chansons tout en apprenant à jouer de la guitare.

Grâce a sa voix magnifique, elle ne tarda pas à se faire remarquer dans le monde de la musique folk.

 

Son premier groupe fut un duo féminin "Ygdrassil" en compagnie de Annemarieke Coenders.

Deux superbes voix accompagnées par quelques musiciens dont le multi-instrumentiste Bert Ridderbos.

Linde tourna plus de 10 ans avec Ygdrassil tout en enregistrant cinq albums.

 

Entretemps, il y eut aussi le projet "Sandy Denny " (2003) qui donna naissance à un cd.

 

 

linde7

 

J'avais eu l'occasion de voir Linde Nijland en 2005 durant cette tournée "Sandy Denny" et j'avais vraiment été

sous le charme de cette voix si claire et si belle.

Ayant eu l'occasion d'échanger quelques mots avec elle après le spectacle, j'avais été touché par sa sympathie

et sa grande simplicité. Qualités que l'on rencontre souvent chez les artistes de grand talent. 

 

 

 

 

 

Plus tard, Linde Nijland prit d'autres orientations musicales enregistrant en 2007 "Winterliederen" (du

folk Hollandais) avec Henk Scholte et Bert Ridderbos.

 

Puis plus récemment, un cd intitulé "A musical journey" qui relate en chansons un voyage imaginaire jusqu'au royaume de Buthan en Himalaya en passant par la Serbie, La Turquie, l'Iran, le Pakistan et l'Inde.

Linde Nijland chantant sur des musiques issues de ces divers pays et jouées par des musiciens locaux.

 

Enfin, un nouveau cd folk est annoncé dans les prochains mois.

 

 

 

linde9

 

 

  Né en 1946 à Scunthorpe (Lincolnshire) en Angleterre, Iain Matthews fut très vite attiré par la musique.

Le rock et le folk deviennent très tôt ses principales influences musicales.

A la fois guitariste et chanteur, il va très vite avoir envie d'écrire ses propres chansons.

Installé à Londres il forme d'abord un trio "The Pyramid" avant de se faire enrôler par Ashley Hutchings au sein

de son groupe Fairport Convention.

Après deux ans, il quitte le groupe pour s'orienter vers d'autres projets.

 

A partir de 1970, Iain Matthews va à la fois enregistrer des albums en solo et former ou faire partie de différents groupes (Matthews Southern Comfort, Plainsong...).

 

Ensuite, Iain décide d'aller s'installer aux Etats-Unis à Los Angeles.

Il restera de nombreuses années aux States où il fera de multiples rencontres musicales qui se solderont par

de nouveaux enregistrements.

 

En 2000, Iain Matthews rentre en Europe et va collaborer avec le chanteur Ad Vanderveen.

Ensembles avec Eliza Gilkyson, ils forme le trio "More than a song".

 

C'est en Hollande que Iain rencontre sa nouvelle compagne et il décide de s'installer dans ce pays.

 

A partir de ce moment, il côtoie une série de musiciens de jazz et se sent de plus en plus attiré par cette musique.

Sa rencontre avec le pianiste-compositeur Egbert Derix va être déterminante pour la nouvelle orientation de

sa carrière.

Les deux musiciens se retrouvent au sein de la formation "Searing quartet".

A côté de cela, ils jouent aussi en duo.

 

Après avoir enregistré une trentaine d'albums et avoir fait un nombre incalculable de concerts, Iain Matthews a

déjà une fameuse carrière derrière lui.

 

 

Le concert :

Le 11 octobre, je me réjouissais donc de revoir Linde Nijland et de découvrir Iain Matthews que je

ne connaissais pas du tout.

Linde démarre devant la scène par une première chanson à capella (donc sans musiciens et sans micro).

De suite, le public est captivé par la pureté de cette voix et la beauté de ce chant.

Directement, on sent que la soirée va être grandiose.

Linde Nijiland monte alors sur scène accompagnée de ses musiciens.

Bert Ridderbos (cistre, guitare et accordéon), Eddy de Jonge (guitare basse) et Joost van Es (violon).

 

Egalement à la guitare, Linde Nijland nous offre alors quatre ou cinq chansons (certaines de Sandy Denny et

d'autres composées par elle).

 

Bert Ridderbos accompagne Linde depuis de nombreuses années.

 

linde3

 

Entre eux, on sent une grande complicité.

Très bon musicien, Bert passe d'un instrument à l'autre avec beaucoup de facilité. Il est un support essentiel pour la voix de Linde.

Souriant et sympathique, il a également beaucoup d'humour.

 

Eddy de Jonge était déjà là sur le cd "Sings Sandy Denny". J'avais aussi eu l'occasion de le voir à Welkenraedt.

 

linde5

 

Bassiste qui joue assis, il marque bien le rythme en tapant par moment sur les cordes avec sa main droite.

Musicien discret mais efficace, il donne la profondeur nécessaire à la musique folk de Linde.

Lui aussi semble avoir beaucoup de complicité avec les autres membres du groupe.

 

Enfin Joost van Es est un brillant violoniste qui joue dans différents styles.

 

linde2

 

Selon les morceaux, il joue de manière classique ou bien folk-country ou même dans un style jazzy (plus tard dans le spectale, il accompagna aussi Iain Matthews).

Joost est un fameux musicien qui exploite toutes les possibilités de son instrument.

 

Pas étonnant donc qu'avec tout son talent et de tels musiciens, Linde Nijland nous aie fait passer de sublimes moments.

 

 

Quelques titres plus tard, nos amis quittent la scène et c'est au tour de Iain Matthews de venir sur l'estrade.

Un concept tout à fait unique que ce double concert en un seul et même spectacle.

 

 

Iain Matthews au chant et à la guitare et Egbert Derix au piano.

 

Né en 1969, Egbert Derix a commencé à apprendre le piano à l'âge de 15 ans.

 

linde8

 

Au conservatoire de Maastricht, il s'oriente dans la section jazz et obtient plusieurs diplômes en 1994 et 1995.

Plus tard il décide de se perfectionner en allant suivre des cours à New York auprès de Mark Levine.

Pianiste et compositeur, il fait partie du "Searing Quartet" puis recontre Iain Matthews avec qui il décide de former un duo.

Egbert est aussi professeur à l'accadémie de Tilburg.

Egbert Derix a également enregisté un album solo (Paintings in Minor Lila).

 

 

Au moment où ils commencent à jouer, je suis un peu déconcerté par le fait d'être sous le charme des chansons de Linde Nijland et de subitement devoir passer à autre chose.

Poutant, cela ne dure que quelques secondes car je me mets très vite à apprécier les qualités vocales et

la "présence" sur scène de Iain Matthews.

A 67 ans, Iain est toujours très dynamique.

Son registre vocal est trés étendu et il est très agréable à écouter.

Et puis il y a ce pianiste, ce Egbert Derix aux accompagnements si subtils.

Les chansons sont de longues durées car Iain arrête son chant pour laisser libre cours aux improvisations d'Egbert.

 

 

 

 

C'est alors Iain Matthews qui marque le rythme à la guitare et Egbert Derix qui y va de fantistiques solos.

Deux musiciens incroyables qui ont une terrible complicité.

De temps à autre, le violoniste Joost van Es vient se joindre à eux pour harmoniser l'ensemble avec son violon

magique.

 

Ce piano-jazz me touche particulièrement.

Mon père avait été pianiste de jazz dans un groupe amateur.

A la maison il jouait souvent du piano et j'avais donc été bercé en partie dans le jazz durant toute ma jeunesse,

bien avant de tomber dans la "marmite" de la musique celtique.

J'ai vraiment été impressionné par ce musicien car il est vraiment très doué...Egbert (!)

 

 

Après quatre ou cinq titres  Linde Nijland et ses musiciens viennent rejoindre les deux jazzmen.

 

linde4

 

Et à six, ils vont encore chanter d'autres titres de Sandy Denny.

Les deux voix de Linde de de Iain s'accordent à merveille.

Et on perçoit l' admiration que Linde resssent pour Iain Matthews.

Le première partie s'achève donc de cette manière.

 

Laissant place à un entr'acte où chacun à le loisir de siroter l'un ou l'autre 'jus de houblon", de s'entretenir avec les musiciens où fouiller le stand cd (qui est chaque fois présent aux organisations du Centre Culturel).

 

 

La seconde partie sera construite sur le même canevas que la première.

 

 

 

 

Linde démarre de nouveau à capella avec le titre "Rising for the Moon". Puis monte sur scène avec ses musiciens

pour d'autres superbes chansons.

 

linde11

 

 

Puis Iain nous revient pour d'autres titres chantés avec la même maîtrise dans son style de crooner de jazz.

Egbert y allant de nouveau de superbes solos pleins d'imagination.

 

Puis les six artistes reviennent encore pour une dernière série de chansons, pontuées par plusieurs rappels.

Le public est vraiment sous le charme...dommage que cela doive se terminer.

 

 

Si vous en avez l'occasion, je vous conseille vivement d'écouter ces artistes.

 

Une fois de plus, une magnifique soirée organisée par le Centre Culturel de Dison.

Grand merci à Paul, Jacky et les autres.

 

 

linde10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 22:02

 

 

cormier1

 

Né en 1969 dans l'Ontario, John Paul Cormier est un guitariste Canadien.

Guitariste mais aussi multi-instrumentiste et chanteur.

Il joue dans divers style : Bluegrass, folk, musique celtique.

 

 

 

 

John Paul apprend a jouer de la guitare à l'âge de cinq ans.

Dès l'enfance, son entourage est étonné par sa faculté à apprendre à jouer d'oreille toute une série d'instruments (fiddle, banjo, ...)

A neuf ans, il remporte un premier concours de guitare.

Durant son adolescence, JP Cormier perfectionne sa technique en écoutant des guitaristes de country et de bluegrass comme Doc Watson et Chet Atkins.

 

Il enregistre son premier disque (instrumentaux de bluegrass) à l'âge de 16 ans et devient alors professionnel.

JP Cormier s'installe alors aux U.S.A. où il se fait connaître comme musicien de sessions.

Il participe alors à de nombreux festivals.

Son talent ne passe pas innaperçu et il cottoie de nombrfeux guitaristes de country comme Marty Stuart, Bill Monroe, Waylon Jennings...

 

cormier3

 

Aux Etats Unis, J P Cormier s'inscrit au Northeast Mississippi Junior College pour encore se perfectionner dans la pratique des instruments de la musique bluegrass

Il apprend donc en plus à jouer du piano et du dobro.

 

Parallèlement, John Paul compose et écrit des chansons faisant ainsi apprécier ses talents d'interprètes dans la musique country.

 

JP Cormier a déjà une bonne quinzaine d'albums à son actif.

Des disques instrumentaux de violon, de banjo ou de guitare et des disques de chansons.

John Paul a déjà reçu de nombreuses distinctions pour ses cd.

Il a remporté plusieurs fois le "East Coast Music Award" et le "Canadian Folk Music Award".

Désigné aussi à plusieurs reprises "Musician of the year" par "Music Industry Association Nova Scotia".

Tous sont unanimes pour reconnaître son immense talent.

 

 

 

 

Les musiques de country et de bluegrass étant des "descendantes" de la musique celtique, il y a donc aussi des musiques irlandaises dans le répertoire de JP Cormier.

 

 

Musicien d'une précision diabolique, JP Cormier joue avec tous les doigts de la main droite.

Il utilise aussi la technique du"finger-picking" (technique du pouce indépendant).

 

cormier2

 

Depuis 2009, JP Cormier se produit sur scène avec les Elliott Brothers ( Mike Elliott à la basse et Bill Elliott à la guitare. Deux fameux accompagnateurs qui donnent encore plus de relief à la virtuosité de JP Cormier.

 

En ce qui me concerne, j'ai découvert ce fabuleux musicien parce qu'il a joué sur scène avec le guitariste

Tim Edey  que je vous ai aussi présenté.

Leur complicité est étonnante et ils se complètent à merveille.

Jugez plutôt.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 19:59

Andy Irvine, Donal Lunny...encore les mêmes me direz-vous...

mais cette fois avec des musiques qui n'ont rien à voir avec la musique Irlandaise.

 

Tout commence fin des années '60 lorsque deux jeunes musiciens Irlandais ( Andy Irvine et Johnny Moynihan ) voyagent et séjournent plusieurs mois dans les Balkans.

Johnny rentrera avec des bouzoukis dans ses bagages et sera à la base de l'incorporation de cet instrument dans la musique irlandaise ( voir La révolution du bouzouki ).

Andy lui tombera sous le charme de la musique de ces pays (Bulgarie, Grèce, Macédoine...) qui deviendra pour lui une seconde passion après la musique Irlandaise.

 

Après avoir quitté le groupe "Sweeney's Men", Andy rencontre le chanteur Christy Moore qu'il se propose d'accompagner avec deux autres musiciens, le joueur d'uilleann pipe Liam O' Flynn et un certain Donal Lunny.

Après un disque de Christy intitulé "Prosperous" les quatre amis décident de former un groupe et de l'appeler "Planxty".

Nous sommes en 1971 et très vite la notoriété des Planxty va dépasser les frontières de l'Irlande.

Avec Clannad, De Dannan, Bothy Band...Planxty sera à la base du "folk revival" dans les années '70.

 

Au mileu des chansons, des reels et des gigues, Andy Irvine arrive à convaincre ses partenaires de jouer

de temps à autre des danses de Bulgarie ou de Macédoine.

Sur chaque album de Planxty et dans les concerts on entend donc quelques musiques des Balkans.

 

irlandais

 

C'est le cas en 1979 sur le disque "After the break" avec le morceau "Smeceno Horo" qui est un air Macédonien.

Donal Lunny (bouzouki), Andy Irvine (mandoline), Matt Molloy (flûte), Liam O' Flynn (uillean pipe & whistles),Christy Moore (guitare & bodhran) s'en donnent à coeur joie sur ce titre on ne peut plus rythmé.

 

 

 

 

Après la séparation( provisoire) de Planxty en 1984, Andy va poursuivre une carrière en solo agrémentée de collaborations avec Paul Brady ou Dick Gaughan.

Durant cette période, il continera à prolonger certaines chansons par des musiques des pays de l'Est.

 

En plus de sa carrière en solo, Andy forme le groupe " PATRICK STREET " fin des années '80.

Patrick Street qui existe toujours actuellement mêle musiques tradtitionnelles irlandaises et nouvelles compositions.

 

En 1992, Andy Irvine embarque son ami Davy Spillane (célèbre cornemusier des Moving Hearts) dans un projet de cd consacré à la musique des Balkans.

 

irlandais2

 

C'est ainsi que naît le disque "East Wind " que je vous avais présenté autrefois.

Andy Irvine & Davy Spillane : East Wind

 

irlandais3

 

Enregistré avec musiciens locaux comme la chanteuse Marta Sebestyen ou le multi-instrumentiste Nikola Parov et des musiciens Irlandais (Bill Whelan, Antony Drennan, Maitin O' Connor, Kenneth Edge...)

Ce disque est une brillante réalisation qui voyage entre la musique traditionnelle et le jazz en nous faisant découvrir de nouveaux horizons.

 

"Dance of Suleiman" est un de mes titres préférés.

 

 

 

 

Au milieu des années 2000, Andy et Donal ont une nouvelle fois envie d'interpréter de la musique des Balkans.

 

irlandais4

                              Donal, Bruce, Andy, Nikola et Rens

 

Création donc d'un nouveau groupe "Mozaik" dont le répertoire va se partager entre des airs de Bulgarie et Macédoine et des traditionnels irlandais.

Mozaik un groupe "international" puisque composé de nos deux Irlandais, du violoniste et multi-instrumentiste Bruce Molsky (qui est Américain) , du violoniste et multi-instrumentiste Rens Van Der Zalm

(qui est Hollandais) et de Nikola Parov (qui est Bulgare).

Retour donc après "East Wind" de Nikola Parov et de ses instruments typiques comme la fûte kaval, le nickelharpa (sorte de violon avec aussi des touches), le gayda (sorte de clarinette), le gadulka (instrument à archet) et aussi...la guitare (!).

Au niveau des sonorités particulières, avec lui le groupe est paré !

 

 

 

 

 

Mozaik, cinq vituoses au service d'une musique métissée surprenante mais très agréable à écouter.

Leur cd "Changing Trains" vaut le détour.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 23:06

Nouveau petit détour du côté de chez  Jacques Stotzem  dont je vous ai déjà parlé.

 

stotzi3.jpg

 

Originaire de "ma" région de Verviers en Belgique, Jacques est certainement un des meilleurs guitaristes

de "fingerpicking" au monde.

Pur autodidacte, Jacques s'est forgé une terrible réputation et donne des concerts dans le monde entier.

Ici, pas question de musique celtique mais du "picking" qui se promène à travers le blues, le jazz ou le folk.

 

 

Jacques Stotzem a développé son propre style au fur et à mesure de l'évolution de sa carrière.

S'il est d'abord et avant tout un compositeur, il affectionne de reprendre des morceaux de Jimi Hendrix, Rory Gallagher, Neil Young ou des Beatles.

 

En 1982 Jacques a enregistré son premier album vinyl "Last tought before sleeping".

Sorti en 2011, le cd "Lonely Road" est déjà son quinzième enregistrement.

Jacques réalise toujours ses disques seul à la guitare acoustique sauf un cd enregistré avec Thierry Crommen à l'harmonica et un autre avec le bassiste André Klennes.

 

Par contre, il a souvent partagé la scène avec d'autres guitarites comme Jacques Pirard, Fred De Pauw, Benjamin Schoos ou Jacques Pirotton.

 

 

"Picking in Paris" extrait de son dernier cd

 

Depuis 2005 et avec la complicité de Francis Géron, Jacques Stotzem a créé à Verviers le "Festival international de la guitare".

Quelques guitaristes de grand talent comme Steve Hackett, Scott Henderson, Philip Catherine ou Andy

Mc Kee se sont donc produits dans sa ville natale.

 

 

Depuis quelques années enfin, Jacques fait certains concerts en compagnie de la chanteuse Géraldine Jonet plutôt dans un style blues-rock.

Un duo très dynamique animé par beaucoup de complicité.

 

 

 

ici une reprise de Rory Gallagher

 

Pas mal les Belges non ?

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 21:18

Une fois n'est pas coutume, un petit détour par l'Espagne et une de ses régions celtes : les Asturies.

 

Si toute trace de langue celtique a disparu en Espagne depuis le VI ème siècle, la culture celte est encore présente dans deux régions : la Galice et les Asturies.

Ces deux régions assez montagneuses dessinent de très jolis rivages au bord de l'océan Atlantique.

 

Le sentiment d'identité celtique étant présent dans une partie de la population, une série d'artistes s'expriment dans divers domaines et bien entendu en musique.

Le revival folk des années '70 et '80 a été à l'origine de prises de consiences chez un certains nombres de musiciens traditionnels.

La polularité toujours plus grande de festivals celtes comme celui de Lorient à fait découvrir aux amateurs du genre les musiques de Galice et des Asturies.

Des artistes comme Susana Seivane, Milladoiro, Hévia et bien sûr Carlos Nunez sont devenus des figures de proue de ce style de musique.

 

Je ne suis pas un spécialiste du groupe Llan De Cubel mais, les ayant découvert sur l'une ou l'autre compilation, j'ai eu envie d'en savoir plus.

  llan1

Fondé en 1984, Llan De Cubel est en fait la fusion de deux groupes traditionnels.

Un basé à Uvieu, formé par Elias Garcia (cornemuse) , Fonsu Mielgo (tambour asturien), Susi Bello (guitare)

et Daniel Lombas (percussions) ; l'autre basé à Cuideiru, un duo formé de Guzman Marqués(fiddle) et

Marcos Llope (flûte).

Après s'être rencontrés dans un festival folk, ils décident de s'unir et d'appeler leur groupe Llan de Cubel

(nom d'une montagne dans la région de Cuideiru).

 

Comme c'est souvent le cas, au fil des années des musiciens quittèrent ou rejoignirent le groupe (JM Cano,

Flavio Rodriguez, H.Urquhart et X.N. Exposito).

Llan De Cubel est à présent composé de Elias Garcia (bouzouki, bass-pedal), Fonsu Mielgo (percussions, claviers, vocaux) Marcos Llope (flûte et chant), Xan Rodriguez (gaita, la cornemuse asturienne et vocaux),  Xel Pereda (guitare et vocaux) et Simon Bradley (fiddle).

 

 

Les musiciens de Llan De Cubel sont très imprégnés par leur musique traditionnelle mais se sont aussi intéressés à d'autres formes de musiques celtiques.

Depuis 1984, ils ont fait de nombreuses recherches au niveau des archives et du collectage de la musique des Asturies.

Accumulant ainsi au fil du temps un solide bagage dans le répertoire de leur région.

 

Llan de Cubel, ce sont des marches, des saltones, des polkas...mais aussi des chants traditionnels

ainsi que des nouvelles compositions.

 

Ce qui me plait particulièrement en écoutant Llan De Cubel ce sont leurs arrangements.

Par moment, leur interprétation me fait penser à celles des groupes irlandais.

Mais non, il s'agit bien de musique celtique version espagnole...et c'est très agréable aussi.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 16:59

Toujours un plaisir pour moi de présenter un nouveau cd de Claude Besson.

Notre ami Claude a décidé de rendre hommage à Brassens, réalisant ainsi un vieux rêve.

 

Une idée excellente qui ne surprend pas vraiment quand on sait l'admiration que Claude a pour le grand Georges.

Depuis très longtemps, j'ai ressenti des similitudes entre le personnage de Claude et celui de Georges Brassens.

D'autres que moi l'ont d'ailleurs surnommé le "Brassens de Bretagne" et je partage volontiers cet avis.

Même si jamais, au grand jamais, Claude n'a copié les chansons de Georges.

 

Etant moi aussi un admirateur de Brassens, j'étais très curieux de découvrir ce cd.

 

"Claude Besson chante Georges Brassens" contient 15 titres.

Une série de chansons très connues et d'autres qui le sont moins.

 

besson1jpg

 

Georges Brassens, c'étaient des musiques en apparence assez simples.

Georges s'accompagnait à la guitare avec un deuxième guitariste (Barthélemy Rosso puis Joël Favreau) et un contrebassiste (Pierre Nicolas).

Musiques simples en apparence car les accords de guitares n'étaient pas des plus faciles chez Brassens.

 

Claude Besson a donc voulu restituer le même type d'accompagnement pour mettre en valeur la poésie de Georges.

Donc plusieurs guitares à cordes métalliques ou en nylon pour marquer le rythme ou habiller la mélodie de notes harmoniques.

 

J'aime beaucoup la guitare de Claude dans le premier titre, "Les passantes".

Idem dans les deuxième titre "Le mouton de Panurge" avec des intonnations plus graves par moment.

 

Texte superbe que celui de "La non demande en mariage"

...j'ai l'honneur de ne pas te demander ta main

   n'écrivons pas nos noms au bout d'un parchemin..."

Et très bonne interprétation de Claude Besson.

 

Bon jeu de guitare aussi dans "la princesse et le croque-notes" avec des passages sifflés par Claude.

 

Autre texte extraordinaire , celui de la chanson "Mourir pour des idées" (d'accord mais de mort lente).

qui illustre si bien la constestation "douce" de Georges Brassens.

Claude a fait la aussi beaucoup de recherches au niveau de ses guitares.

 

De nouveau une poésie fantastique dans "Le testament" une chanson pleine d'humour et de finesse.

Claude y pose sa voix avec beaucoup de complicité.

 

besson3

 

Aimant moi aussi taquiner les rimes, je trouve qu'on reconnaît bien la manière d'écrire de Georges Brassens.

Souvent, on termine une phrase puis on cherche une rime pour la phrase suivante...et ce n'est pas toujours évident.

Je pense que Brassens écrivait parfois "à l'envers".

Exemple, dans "Le testament" il veut mettre en garde l'éventuel nouveau conjoint de sa femme de ne pas "fouetter ses chats".

Il veut absolument utiliser le mot "fantôme" (qui fera du tort à celui-ci) .

alors il amène cette rime en écrivant :

"même si je n'ai pas un atome,

  une once de méchanceté,

  s'il fouette mes chats,

  y'a un fantôme

  qui viendra le persécuter..."

 

J'ai souvent remarqué cette manière de travailler chez Georges.

 

La chanson suivante "Comme une soeur" illustre la patience en attendant son tour pour être aimé.

Avec une fois de plus, de très bonnes guitares de notre ami Claude.

Autre chanson, "Les quatre bacheliers" à propos de l'ouverture d'esprit d'un père.

 

Les trois titres suivants sont chantés par Françoise Bihannic alias madame Besson.

Déjà présente ça et là sur les albums précédents de son mari, Françoise Bihannic a une très jolie voix.

Elle nous chante "Les oiseaux de passage", "Histoire de faussaire" et "L'orage".

J'aime bien son interprétation un peu jazz (Histoire de faussaire") dans laquelle elle met beaucoup d'intonnations.

Le titre "L'orage" démontre une fois de plus toute la pudeur et l'humour de Brassens.

avec des trouvailles comme : " les pays imbéciles où jamais il ne pleut..."

 

Claude Besson prend ensuite le relais pour les quatre dernières chansons du cd.

"Bécassine" (choix de cette chanson par un artiste...Breton !) est un titre que je ne connaissais pas.

J'aime beaucoup la musique dont le style me fait un peu penser à du traditionnel et dont les orchestrations sonnent très folk.

 

Viennent ensuite "Sale petit Bonhomme" (encore un beau texte) puis "A l'ombre du coeur de ma mie"

dont les accompagnemts me rappellent un peu "La bienvenue, la malvenue" (une des plus belles chansons de Claude).

"Philistins" (on n'a pas toujours les enfants qu'on aurait souhaités) termine le disque tout en douceur.

 

Pas à dire mais quand  talent se conjugue avec admiration le résultat ne peut être que de qualité.

En réalisant ce rêve, Claude Besson nous livre là un cd remarquable.

 

besson2

 

 

Et en plagiant "La chanson pour l'Auvergnat" on pourrait même écrire :

 

 Merci à toi Claude Besson,

 Merci à toi pour ces chansons,

 Que l'on se plait à fredonner

 Qui dans nos mémoires sont gravées.

 

 Ce n'étaient rien que quelques notes

 pour accompagner quelques mots

 Mais tu as su leur rendre vie

 Et pour ça on te remercie.

 

 Toi le Besson, toi le Breton

 Si Georges écoute ces chansons

 Nul doute que sur la plag(e) de Sète

 Il fera la fête.


 

Nul doute que ce "Besson" nouveau est un grand cru.

 

 

Pour commander ce cd :

http://www.claude-besson.com/

 

et les autres

http://culture.celtie.free.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 22:10

On trouve décidément des choses étonnantes en surfant sur You Tube.

 

Autrefois, je vous avais parlé du groupe YS   formé par les anciens musiciens d'Alan Stivell.

René Werneer, Michel Santangeli, Pascal Stive et Jacky Thomas avaient enregistré l'album "Madame le frontière" en 1976.

Il s'agissait d'un très bon disque enregistré dans la foulée du concert d'Alan à Dublin.

Certes Alan n'y jouait pas mais Pierre Chereze avait bien remplacé Dan Ar Braz aux guitares et le son de l'album d'Ys était proche de celui de "Dublin".

Un folk celtique d'une conception assez rock donc qui avait plu à beaucoup d'amateurs du genre.

Invité sur ce disque, Gabriel Yacoub ajoutait de la guitare acoustique sur le titre "madame la frontière".

 

"Comment vouloir qu'une personne chante" était chantée par Pascal Stive.

Une chanson mélodieuse bien harmonisée par les claviers de Pascal et le violon de René Werneer.

 

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que  Gabriel Yacoub l'avait aussi enregistrée.

Publiée dans "l'Anthologie de la chanson française" cette chanson date de 1555 avait été arrangée par Roland de Lassus à l'époque.

C'est assez curieux de la redécouvrir en 2011 dans une version beaucoup plus acoustique et plus traditionnelle que celle chantée par Ys.

 

 

 

 

Comment vouloir qu'une personne chante (version intégrale)

Comment vouloir qu'une personne chante
Quand elle n'a pas son cœur en liberté ?
Laissez chanter ceux que l'amour contente,
Et laissez-moi, et laissez-moi dans mon malheur pleurer. (bis)

Pleurez, mes yeux, pleurez mon sort funeste :
J'ai tout perdu en perdant mon Iris.
Cruel destin, ce qui me reste,
Et rendez-moi, et rendez-moi ce que vous m'avez pris. (bis)

Prenez mon cœur et donnez-moi le vôtre :
Il est à vous, je ne prétends plus rien;
Mais si j'apprends que vous aimez un autre,
Tout aussitôt je reprendrai le mien.

J'avais juré de n'aimer qu'une fille;
J'avais juré de la toujours aimer;
Quand je la vois, je passe mon martyr;
Quand je la vois, je passe mon tourment.

Que faudra-t-il, belle Iris, pour vous plaire ?
Faut-il mon sang ? Il est prêt à couler.
Mais si mon sang ne peut vous satisfaire,
Faut-il ma mort ? Vous n'avez qu'à parler.

Après la mort, vous pleurerez, je jure.
Vous m'aimerez; ce ne sera plus temps.
Vous marcherez dessus ma sépulture
En regrettant le plus fidèle amant.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Musique Celtique : ma Passion
  • : La musique celtique est ma Passion. Alan Stivell, Donal Lunny, Andy Irvine, Gilles Servat, Claude Besson, John Doyle, Christy Moore, Kevin Burke, Gabriel Yacoub, Tri Yann, Karan Casey, Tannahill Weavers, Dan Ar Braz, Ossian ,Silly Wizard,Capercaillie, Solas, Lunasa, Dervish, Altan, Old Blind Dogs,Fairport Convention, Clannad,The High Kings, Davy Spillane, Cormac Breatnach, John Mc Sherry, Michael Mc Goldrick, Tony MacManus, William Jackson, Phil Cunningham, Tim Edey, Steven Cooney, Liam O' Flynn, Julie Fowlis,Cécile Corbel, Gwenael Kerleo...
  • Contact

Traduction Google

Gadgets fourni par Google

Recherche

Contactez-moi

Si vous avez des questions,
mon mail est rakaniac@gmail.com
Je vous répondrai avec plaisir.


 

Me voici (à droite), ma fille (à gauche), et nos 2 labradors noirs : KI DU (chien noir en breton) & YEPA (princesse de l'hiver en indien)

 

 
Cliquez sur la harpe
pour revenir à l'accueil

Irish Festival

Irish Music Festival
Miltown Malbay 1991

  Autres photos dans
l'album Irlande 1991

 

  Si vous avez des questions,
contactez-moi : rakaniac@gmail.com

 Je vous répondrai avec plaisir.

 


Cliquez sur la harpe

pour revenir à l'accueil

Articles Récents

  • Les albums de ma jeunesse (25) Runrig : Play Gaelic
    C'est en août 1984 que j'ai découvert ce groupe originaire de l'île de Skye en Ecosse. Ce jour-là FR3 diffusait une émission qui couvrait le Festival Interceltique de Lorient. A l'époque je n'avais pas de magnétoscope et j'avais donc enregistré le son...
  • Les albums de ma jeunesse (24) Dick Gaughan & Andy Irvine : Parallel Lines
    Toujours à la recherche de disques d'Andy Irvine, j'avais découvert ce trente-trois tours dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Après une tournée en Allemagne en 1980 Andy Irvine et Dick Gaughan s'étaient retrouvés pour des enregistrements en compagnie...
  • Les albums de ma jeunesse (23) Davy Spillane : Atlantic Bridge
    Né à Dublin en 1959, Davy Spillane encouragé par son père se met à l'apprentissage de l'uilleann pipe dès l'âge de douze ans et ce parallèlement à l'étude du tin whistle (qui est un instrument de base par lequel passent de très nombreux jeunes musiciens)....
  • Les albums de ma jeunesse (22) Andy M. Stewart & Manus Lunny : At it again
    Cette fois un mélange de musiques écossaises et irlandaises avec ce vinyle qui date de 1990 et qui sera un de mes derniers car un an plus tard je passais au format cd. Un duo donc entre le guitariste et joueur de bouzouki Manus Lunny et le chanteur écossais...
  • Les albums de ma jeunesse (21) : Andy Irvine & Paul Brady
    Dans la continuité de mes découvertes à retardement depuis le groupe Planxty (1985) je m'étais efforcé de me procurer tous les albums manquants à ma collection. J'ai donc trouvé (chez Green Linnet, USA) ce disque enregistré par Paul Brady et Andy Irvine...
  • Les albums de ma jeunesse (20) Kevin Burke & Micheal O' Domhnaill : Promenade
    J'avais déjà chroniqué deux fois ce duo mais je voulais y revenir dans cette série de LP qui ont marqué la fin de ma jeunesse. Ici on se retrouve fin des années '80 ou début des années '90 suite aux découvertes de 1985 à la Fnac de Bruxelles. J'avais...
  • Les albums de ma jeunesse (19) Christy Moore : Ordinary Man
    C'est à la Fnac (mais cette fois à Liège) que j'ai acheté ce vinyle fin des années '80. J'avais découvert Christy Moore quelques années plus tôt avec le groupe Planxty et j'avais directement aimé ce chanteur. Après la séparation de Planxty, Christy avait...
  • Les albums de ma jeunesse (18) : Stockton's Wing "Light in the Western Sky"
    C'est durant les années '80 que j'ai découvert les Stockton's Wing en achetant ce vinyle. Paru en 1982 "Light in the Western Sky" était déjà le troisième opus de ce groupe. Originaires de Ennis dans le Conté de Clare, Paul Roche (flûte & whistles), Kieran...
  • MoïRa : Sortie de "A New Age"
    A plusieurs reprises j'ai déjà ouvert ce blog à des artistes qui ne sont pas spécifiquement "celtiques". C'est le cas pour la chanteuse MoïRa que l'on pourrait d'avantage classer en chanson ... En janvier de cette année je vous avais présenté la chanteuse...
  • Les albums de ma jeunesse (17) : Patrick Street
    Tout comme Silly Wizard, J'ai découvert "Patrick Street" au tout début des années '90 dans le catalogue de Green Linnet aux U.S.A. Les Américains faisaient de beaux efforts de marketing en y présentant les groupes avec les noms des musiciens, le type...